AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Dim 25 Nov - 9:11

(fin septembre)



Encore une belle journée de fin d'été. Malgré l'inquiétude de Sanzo, le soleil réchauffait l'atmosphère de ses doux rayons. New york allait il connaître un changement climatique …
Les cours de la semaine n'avaient pas été si fastidieux qu'il l'avait redouté, au contraire. Les prof étaient super et vraiment intéressants. De plus confronter ses idées avec des camarades était bien plus stimulant qu'écouter un vieil homme. Sanzo ne regrettait pas son vieux prof, il avait fait ce qu'il avait pu et permit au jeune homme de ne pas être à la traine.
Bref tout se passait bien. Il avait meme fait la connaissance de plusieurs mutants garçon et fille. Ses bouquins et son ordi dans un sac, il avait décidé de profiter du beau temps pour étudier dehors.
Sur la terrasse des jeunes travaillaient ou s’amusaient. 2 jeunes étaient entrain de s'affronter aux échecs, Sanzo les regarda un instant, c'était vraiment impressionnant. Un des garçons finit par faire tomber son roi alors que seulement quelques pièces avaient bougé … Sanzo s'éloigna de l'endroit joyeux mais un peu trop bruyant à son goût. Il descendit les marches et hésita .. le parc ou les bois. Le parc pouvait être sympa mais la nature domestiquée … et puis il n'y avait pas assez d'arbres, il se dirigea donc vers le bois. Sur le chemin il aperçut encore de jeunes mutants qui s'entrainaient, des groupes de filles qui bavardaient en riant … puis enfin le calme.
Le beau chemin de cailloux devint un simple chemin de terre, la voute céleste passa du bleu au vert et la fraicheur tomba. Sanzo leva les yeux, les arbres plusieurs fois centenaires formaient un dôme de verdure. Il sourit et respira à plein poumon. Son odorat décuplé lui donna plus d'information qu'il en aurait souhaité : l'odeur de terre humide, la chlorophylle des arbres et végétaux et surtout celles des nombreux petits animaux : rongeurs bien sur ainsi que les oiseaux. Sanzo mourait d'envie d'oter ses chaussures et il regrettait d'avoir pris ses affaires. Les yeux fermés, il resta un long moment à humer l'air et finit quand meme par oter ses chaussures. Ses orteils s'enfoncèrent avec délice dans la terre meuble. Il se mit à ronronner véritable moteur. Il était là à son bonheur parfait quand un petit miaulement se fit entendre. Il ouvrit les yeux, cessa son ronronnement et le miaulement s’arrêta. Il jeta un regard mais ne vit rien de précis. Il se remit à ronronner et le miaulement repris. Les oreilles en mouvement il tenta de déterminer d'où venait le son. Il finit par le localiser dans un buisson extrêmement dense, bien trop pour un humain. Il s'agenouilla sur le sol sans égard pour son jean mais il ne vit toujours rien. Il tenta un "miaulement" des plus humain et bien sur la petite bête ne lui répondit pas, il ne parlait pas "chat". Elle ne semblait réagir qu'à son ronronnement. Il s'assit un peu mieux et se remit à ronronner sa queue se balançant doucement. Le petit fauve ne semblait pas vraiment décider à sortir de sa cachette. Sanzo se demanda depuis combien de temps la pauvre bête était là et surtout ce qui avait bien pu lui arriver. Il détestait qu'on fasse du mal aux animaux et bien sur plus particulièrement aux chats. A cet instant il envia Kuragi qui pouvait se transformer en loup. La métamorphose en félin lui aurait été bien utile. Alors qu'il était à ses pensées, un petit nez suivit de 2 grands yeux inquiets apparurent à la limite du buisson. Sanzo la regarda et posa doucement ses mains au sol. Une petite tête sortit timidement. Sanzo avança son visage. Les 2 félins étaient presque nez à nez. Vu la différence de taille Sanzo évitait tout mouvement brusque qui aurait pu effrayer le petit chat. Etait ce le ronronnement ou bien la petite bete avait elle senti un .. "allié" toujours est il qu'elle vint se frotter à lui joue contre joue en ronronnant de concert.
C'était un beau petit chat blanc tacheté, jeune. Sanzo le laissa faire un moment avant de le caresser doucement. Le chat ne s'enfuit pas au contraire il semblait apprécier. Le jeune homme finit par s’asseoir et d'une main douce attrapa le minou comme le font toutes les mamans chats et autres, par la peau du cou. Le chaton ne se débattit pas. C'était une petite femelle. Il la fourra dans sa chemise bien au chaud.
Que faire du chaton ??? il ne savait pas si les animaux étaient autorisés dans l'Institut mais la laisser là … seule dans la foret... Tant pis il la garderait en cachette, pas question de l'abandonner. Il se releva et ramassa son sac. Le chaton curieux avait grimpé sur son épaule, lui enfonçant ses griffes dans la chair et se mit à jouer avec ses cheveux. Les 2 félins s'enfoncèrent un peu dans le bois. Sanzo finit par trouver une sorte de clairière un peu plus loin et s'y installa. Bien sur "Kitty" n'allait pas le laisser tranquille bien au contraire. Quel bonheur pour le chaton cette queue qui bougeait, sans parler des livres et de l'ordinateur...

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Dim 25 Nov - 20:00

Mardi 25 Septembre – 13 : 10 P.M.
Elle allait se faire tuer. Rachel allait se faire tuer. Les Cuckoos allaient la tuer. D’oh !

Elle était partie le matin même, après c’être levée à dix heures, comme de norme, et avait mit une heure à se préparer, comme de norme encore, avant d’aller voir le Professeur X pour son cours, sachant qu’il n’avait pas de nom particulier vu son niveau scolaire déficient. Elle était partie par la suite au Réfectoire pour manger avec les Cuckoos, en l’absence remarquée de Caitlyn et d’Amy ; ce n’était cependant pas cette exception à l’habitude qui signait son arrêt de mort, mais le fait que lorsqu’elle était retournée aux dortoirs pour y prendre ses affaires, elle avait trouvé la porte de leur chambre ouvert. Et Cerberus, la petite chate adoptée quelques mois plutôt par les Pictsies et quelques semaines plutôt par les Stepford et elle-même et qui n’était pas sensée sortir de la chambre (chose justifiant l’atroce litière puante qu’elle devait changer toutes les semaines pour se responsabiliser), était introuvable. Elle avait dû profiter de l’ouverture pour ce lancer à l’exploration de l’Institut comme elle le faisait jadis. Conclusion de fils en aiguille : la rousse allait se faire tuer.

Elle avait étendue ses perceptions extrasensorielles aux alentours, couvrant l’Institut, mais n’avait put localiser la petite boule de poils disparue. Elle allait donc devoir y aller à l’ancienne, ou plutôt changer de lui pour appliquer la même méthode : il était toujours plus simple d’avoir un plan 3D dans la tête sur un rayon de 100m que de chercher manuellement. Maintenant sa concentration sur ce qu’elle appelait sixième et septième sens, respectivemet le sens Télékinétique et télépathique, Phénix se déplaçaient dans l’Institut en y percevant chaque mouvement et chaque esprit, hormis celui qu’elle cherchait. Son Meow avait prit la tangente dehors. La chance…

Vêtue d’une combinaison en molécules instables noire et verte, comme elle lui avait été donnée par l’Institut, mais qu’elle avait altérée moléculairement pour en faire un pantalon, une brassière de sport ainsi que des gants longs noirs lui remontant jusqu’aux biceps, la Grande Rousse, surnom donné par Caitlyn en raison de son mètre soixante-quatorze, retourna à l’extérieur. Elle n’avait pas beaucoup de temps avant d’être en retard mais devait retrouver la félidée avant de s’en retourner en classe. Son visage à l’ossature sculptée trahissait son inquiétude, la peau clair comme les marques rouges sang telles des griffues étant plissé de contrariété, tandis que ses yeux verts, dont le gauche était recouvert d’un phénix lumineux et géométrique, parcourait inutilement les environs. Les Marques d’Assermentations se poursuivaient sur tout son corps svelte, mais elle ne les avait pas maquillées aujourd’hui, et n’essaierait pas de les dissimuler par Télépathie au Professeur X, c’était inutile, même si le réflexe était toujours présent.

Etant diplomatiquement passée par la fenêtre pour ralentir sa chute quelqu’étages plus bas, elle s’interrogea sur l’endroit le plus probable où la petite chate aurait put fuir. Elle n’était plus dans l’Institut, restaient les alentours ; les terrasses étaient dans sa portée de perception, ainsi qu’une partie du parc ou du bois. La jouer à pile ou face : le bois.

C’était plutôt logique d’ailleurs : il y avait un lac dans le parc, un chat n’aimait pas l’eau, donc, le bois. Commençant à courir dans sa direction, Rachel pénétra sous les arbres, visualisant parfaitement son environnement, même si c’était loin d’être suffisant pour couvrir le domaine.

C’était comme chercher une aguille avec une botte en foin, ou un truc dans le genre ; les Pictsies l’avaient appelée Cerberus, mais Pandora lui convenait mieux : une boite à connerie ! Fallait l’aimer celle-là aussi, des fois. Sa vue était presque une gêne dans ses recherches, mais elle gardait les yeux ouverts cependant. Il y avait plein de bestioles dont elle localisait les esprits, et les identifiait comme tel car elle ne parvenait pas à communiquer, mais aucune portant la marque familière de Cerberus.

Continua d’avancer d’un pas rapide, elle finit par localiser un esprit intelligent, n’y pénétrant pas mais trouva à son côté la présence familière qu’elle cherchait. Suivant la direction, la rousse finit par arriver à une petite clairière, où se trouvait un jeune homme d’à peu près sa taille, aux longs cheveux blanc-gris et au visage étrange, avec des yeux de chat relativement proche l’un de l’autre, et un duvet argenté encadrant une bouche aussi fine que l’était son nez. Il avait même une queue de même couleur ; p’tain, un hybride-chat.

Nullement étonnée, la rousse ce concentra sur ce qui jouait avec l’hybride : Cerberus. Dissipant sa télépathie et par ce fait le phénix lumineux sur son œil, repliant ses perceptions extrasensorielles à leur minimum de dix mètres, elle ralenti le rythme et resta éloignée, n’osant approcher. L’autre devait être en train de travailler, avec son ordi et ses livres, et elle allait le déranger à coup sur. En même temps, à ce niveau là, sa chatte semblait y prendre un malin plaisir.

Restant à l’orée de la clairière, Rachel observa, simplement ; elle attendrait que Cerberus en ait fini avec l’hybride pour aller la récupérer, tant pis, elle serait en retard. Elle préférait se justifier auprès du professeur qu’approcher sans y être invité un inconnu.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Lun 26 Nov - 14:15

Sanzo referma son ordinateur et ses livres avec Kitty impossible de travailler. Le chaton était bien trop remuant. "aie" … les dents et les petites griffes de l'animal étaient vraiment bien aiguisées et sa queue plus sensible qu'il ne le pensait. Se tournant à demi, il attrapa le chat par le cou et la gronda en lui donnant une pichenette sur le nez. La chatte parut penaude et émit un petit miaulement avant de lécher le nez de Sanzo. Ce dernier se mit à rire puis la reposa doucement. Le chaton avait envie de jouer c'était compréhensible. Il déchira une page de cahier et la roula en boule. Le bruit intrigua Kitty qui sauta dessus. Bien sur le papier se mit à rouler. Kitty se mit en position de chasse sous le regard amusé de Sanzo. Son petit derrière se tortillant, elle sauta sur le papier qui de nouveau se mit à rouler. Le grand fauve était en pleine chasse. Malheureusement pour elle, la boule de papier alla se réfugier dans le buisson. Kitty alla la suivra quand elle fut attrapée par la main de Sanzo, il n'allait certainement pas la laisser retourner sous ce buisson. Il la repoussa avec délicatesse avant de tenter d'attraper le papier.
Alors qu'il était à 4 pattes, le bras entièrement dans le buisson, la main tâtonnant la terre à la recherche du jouet coupable, son regard se porta sur une tache rousse parmi tout ce vert à l'orée du bois. Ses yeux se rétrécirent, c'était une chevelure, longue et rousse bien sur. Il pensa de suite à Caitlyn puisque c'était la seule rousse qu'il connaissait mais la jeune femme semblait plus grande. Il retira son bras rapidement et attrapa le chat avant de le cacher dans sa chemise. L'avait elle vu ??? allait elle l'obliger à l'abandonner … il ne savait que faire, vacillant entre son instinct de fuite et sa conscience humaine. Il jeta un rapide regard au dessus et derrière lui. Les branches de l'arbre n'étaient pas très hautes, il pourrait en attraper une d'un bond. La possibilité de fuite étant acquise, il fixa la jeune personne. Kitty s’énervait et de nouveau enfonçait ses griffes dans la poitrine de Sanzo. Alors que sa queue s'agitait furieusement il se mit à ronronner pour calmer la petite minette .. en vain, elle pointa le bout de son nez. Il la repoussa encore tout en fixant … "l'intruse" …

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Lun 26 Nov - 16:16

Cerberus semblait plutôt bien s’amuser avec l’homme-chat, se défoulant comme elle devait avoir l’habitude de faire avec les Pictsies : violement. A la limite, un chaton donnant des coups de tête, c’était mignon, mais lorsqu’il y allait des griffes et des crocs, tout aussi petits fussent-ils, c’était déjà moins mignon. Pas pour rien qu’elle avait été nommée CERBERUS ! BROYWEUR DE MONDE ! DÉWOREUR DE RÊWES ! TUEUR DE WÉROS ! (ou juste Cerberus pour les intimes) par des petits bonshommes bleus aux cheveux rouges vêtus de kilt et mesurant une demi-douzaine de centimètres.

L’hybride savait y faire avec les chats, peut-être grâce à son hybridité, en tout cas, Phénix l’observa silencieusement, retenant ce qu’elle pouvait. Déjà, la punition, c’était la prendre par le cou et lui mettre une pichenette sur le nez ; ayant toujours eut peur de faire mal à la petite boule de poils, Rachel usait d’un verre d’eau plein pour faire comprendre à son animal de compagnie qu’elle avait fait une connerie. Exit la douche, visiblement Cerberus réagissait bien mieux à la pichenette sur le nez, essayant de se faire pardonner d’une léchouille plutôt qu’allant se cacher sous un meuble.

D’ordinaire, quant la rousse voulait calmer la bestiole dopée à la caféine, elle se contentait de créer une petite boule de feu dans un champ Télékinétique pour que Cerberus s’y frotte à s’en faire tomber les poils, toute contente de la chaleur, mais l’idée de la boule de papier n’était pas bête non-plus ; après, c’était les Cuckoos qui risquaient de faire la tête si elle empruntait l’une des pages de leurs bouquins pour faire jouer le chat de chasse. C’était très mignon, de la voir, le cul en l’air et queue dressée, remuant les fesses avant de sauter. Bon, fallait pas qu’il y ait de l’orage, mais c’était un détail.

A force de sauter sur la boule de papier blanche, la boule de poils blanche alla la coincer dans des buissons, l’hybride empêchant la poursuivante d’aller dans les herbes, donnant de sa personne pour récupérer le jouet.

Etendant ses perceptions extrasensorielles, Rachel visualisa aussi bien le papier que celui qui le cherchait, guidant par télékinésie l’objet jusqu’à la main, discrètement. Pas assez cependant, car le regard de l’hybride vint jusqu’à elle, la faisant détourner les yeux, non sans toujours percevoir son environnement.

Laissant la boule de papier à son buisson, l’autre mutant rattrapa Cerberus et la fourra dans le col de sa chemise, au grand déplaisir de cette dernière (Cerberus, pas la chemise, même si elle allait être griffée également). Une pensée forte raisonna sur le plan psychique, trois simples mots : « L’avait-elle vu ??? ». Même sans activer la lecture des pensées, certaines des plus importantes se manifestaient sur le plan psychique, notamment celles fortement liées à une émotion, et un télépathe le captait comme un écho, à moins de s’en protéger ; étant donné que Rachel usait des ses sens mutants, ce n’était plus le cas, et si elle ne pouvait télépathiquement rattacher cette pensée à un esprit, il n’y avait personne d’autre que l’élève dans les environs, donc c’était lui par défaut.

Que faire ? Aider Cerberus qui de toute façon était tumultueuse de nature et pouvait prendre le fait qu’elle se retrouve dans la chemise pour un jeu ? Cela impliquait s’imposer à l’autre mutant, qui visiblement, s’inquiétait de la présence de la rousse. D’un autre côté, elle ne voulait pas qu’il fasse mal à son chat ni que son chat lui fasse mal. Cruel dilemme ; s’imposer, elle devait s’imposer. Bon, cela aurait été plus facile si elle appliquait ce qu’on lui disait, mais partant du principe qu’elle se rendait invisible, elle et son plateau, quant elle mangeait avec les Cuckoos et ses autres amis (elle n’était visible qu’à leurs yeux), le premier contact n’était pas chose facile.

Déjà, elle devait éviter que Cerberus ne fasse mal ; simple, elle entoura les petites pattes de champs télékinétiques pour qu’elle arrête de griffer. Ensuite, la phase la plus compliquée : parler. Ravalent sa salive et relevant la tête, elle prit une grande inspiration.

Par où commencer ?

Salut, j’m’appelle Rachel Summers, j’viens d’un futur apocalyptique ou les mutants sont parqués comme les Juifs durant WWII et j’faisais parti des commandos de la mort qui les traquaient. Non, mauvaise idée ; d’autant que pas grand monde savait cela, et surtout pas chez les X-Men.

Une accroche, il lui fallait une accroche ; certes, il y avait une différence entre la théorie et la pratique, mais quant on ne savait pas faire avec la pratique, on devait bien user du théorique, non ? Sinon, ça servait à quoi ?

Une nouvelle inspiration et elle osa ouvrir la bouche :

- Euh, salut, lui fais pas mal s’te plait ; l’est bourrine sur les bords, mais l’est pas méchante.

Oui, pour cracher à la gueule d’un connard essayant de la massacrer à coup d’épée dans un vaisseau spatial, elle était douée, mais pour se présenter à un élève de l’Institut Xavier, c’était une autre paire de manche, surtout quant cela impliquait la santé d’une boule de poils et que les trois partis devaient en ressortir vivants.

Rachel dégluti en voyant l’autre la fixer, cependant c’était moins les yeux animaux que le fait de la fixer qui la gênait. Elle ne voulait pas l’envoyer chier, même si s’eut été bien plus facile, donc elle s’effaçait complètement.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Mer 28 Nov - 7:45

La jeune femme s'approcha et Sanzo ne put s’empêcher de gronder. Pris par surprise, il avait toujours tendance à mal réagir et la fuite était sa première solution. Pourtant à première vu elle n'avait rien d'extraordinaire meme si elle aussi était jolie. Elle ressemblait à Cait … avec quelques années de plus, surement ses cheveux roux. Sanzo avait l'impression de découvrir la gente féminine depuis qu'il était à l'Institut. Cependant quelque chose le gênait, l'inquiétait voir le terrorisait meme mais il n'arrivait pas à comprendre quoi. Une sorte de danger latent, c'était comme franchir un pont de pierre étroit au dessus d'un précipice. On savait que c'était dangereux mais on espérait que le pont tienne, que le vent ne souffle pas trop fort … bref c'était quitte ou double …
Sa queue se balançait de plus en plus vite. Il la fixa un long moment luttant contre son animalité qui lui disait de fuir. Sa lutte interne se voyait sur son visage. Ses oreilles ne cessaient de se coucher et se relever tandis que sa queue fouettait l'air. Il n'était pas content c'était sur et surtout indécis. Kitty avait elle senti le combat du mutant ou bien était ce la présence de sa maitresse, toujours est il qu'elle se mit à se débattre, cherchant à sortir du piège de la chemise en émettant de petits miaulements plaintifs. A cause de la "protection" autour de ses griffes, elle n'arrivait pas à déchirer la chemise ni à grimper ce qui l'énervait encore plus. Sans le vouloir, sa maitresse l'avait … piégée. Ce fut un miaulement de douleur qui attira l'attention de Sanzo. Quittant des yeux la jeune femme, il pencha la tête. Kitty avait réussi à sortir son museau mais les boutons étant trop rapprochés elle se retrouvait coincée, n'arrivant pas à sortir totalement sa tête, ses pattes griffant inutilement le tissus. La douleur et la peur avaient envahi totalement la petite bete et curieusement chassée celle de Sanzo. Il n'avait plus qu'une idée en tête la libérer. Lorsqu'il approcha ses mains pour défaire le bouton elle se mit à cracher et à essayer de mordre. Il les retira vite fait. Il connaissait les dégâts que pouvaient faire un chat piégé. Il n'avait toujours pas remarqué qu'il ne sentait plus les griffures de Kitty.
Si la situation n'avait pas été aussi tragique, cette petite gueule qui s'ouvrait et se fermait sur le vide, ses yeux étirés en arrière auraient pu être risible. Sanzo essaya de se calmer pour la calmer elle. Mais entre la jeune inconnue, la chatte énervée, son "combat" personnel, il avait beaucoup de mal. Il jeta un regard malheureux à Rachel

"vous pouvez m'aider". Les 2 félins semblaient perdus, s'influençant bien trop l'un l'autre. Meme les paroles de la jeune femme ne parvinrent pas à briser ce cercle.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Mer 28 Nov - 19:02

Il feula ; l’hybride chat feula, lui faisant bien comprendre qu’elle ne devait pas approcher.

Rachel fut perdue, son regard se perdant dans le vide alors qu’elle ne savait comment réagir ; elle n’avait jamais réagit à l’agression que par deux solutions : l’effondrement, qui la soumettait à la volonté de l’autre ou depuis qu’elle était ici, en appelait à son habileté avec les mots pour la consoler, et l’agression. Mais elle ne voulait pas s’effondrer, elle n’avait pas de raisons que les larmes la submerge et que la douleur la ronge, elle luttait trop contre cela dans les moments réellement difficile pour craquer face à un hybride qui lui crachait à la gueule. Mais alors quoi ? Elle n’allait pas l’agresser à son tour, c’était un élève de l’Institution Xavier, et si ce ne serait pas la première fois, elle ne voulait pas le faire. Elle faisait des efforts pour s’intégrer, et cela passait par se montrer civilisée ; mais du fait, elle ne savait pas comment réagir.

Il puait la peur, lui faisant regretter sa présence ; elle n’avait pourtant rien fait pour éveiller une quelconque crainte, mais le résulta était là : l’appendice caudal de l’hybride s’agitait, et ses oreilles se couchaient régulièrement, alors qu’il la fixait, chose qui la mettait plus que mal à l’aise. Poings serrés et visage détourné, Phénix ne bougeait pas.

Que faire ? Que faire ? Que faire ?

Cerberus miaula, à plusieurs reprises, de petits cris plaintifs, attirant le regard de la rousse sur l’homme-chat. Visage crispé, les yeux verts semblèrent infiniment plus froids, et les traits déjà acérés plus marqués encore. Rachel tremblait légèrement. Elle ne voulait faire de mal à personne, mais son chaton semblait véritablement en difficulté ; plus de jeu possible, elle était bien coincée.

Un miaulement de douleur, surprenant aussi bien l’hybride chat que l’hôte du Phénix ; Cerberus avait passé sa tête entre les boutons de la chemise, mais s’était retrouvée coincée. Et alors que l’hybride essayait de l’en défaire, elle crachait à son tour.

Les regards revinrent à elle. Crispée de tout son corps, paniquée à l’intérieur mais simplement menaçante à l’extérieur, Rachel renvoya un regard des plus froids aux yeux félins. Que faire ?

"vous pouvez m'aider"

Ce n’était pas une question, elle avait le droit d’agir. Ne pas y aller trop fort, elle ne devait pas y aller trop fort.

D’une simple pensée, Rachel arracha tous les boutons de la chemise, libérant Cerberus aussi bien des tissus que des protections télékinétiques ; un chat retombait toujours sur ses pattes, elle n’avait pas à s’en préoccuper ; l’autre chat, par contre, elle ne savait pas si c’était vrai.

N'ajoutant rien, elle élargie à nouveau ses perceptions télékinétiques, voulant suivre Cerberus où qu’elle aille, même si son regard restait fixé sur l’autre.

Elle ne parvenait pas à relâcher la tension, crispée de tout son corps, continuant de le fixer, un œil vert et l’autre transfiguré par le phénix de lumière. Elle s’attendait parfaitement à le voir répondre à l’agression par l’agression, et il n’aurait pas le temps de courir la distance les séparant qu’elle l’aurait déjà immobilisé ; immobilisé, pas tuer. Elle ne voulait plus tuer, mais savait que c’était bien plus facile que de garder en vie. Elle devrait doser la pression, ne pas l’appliquer aux points sensibles… ou alors l’enfermer dans une bulle, c’était plus simple et moins risqué.

Elle n’aurait pas besoin du moindre geste pour ce faire, mais cela ne l’empêchait pas d’être tendue. Elle avait, bien involontairement, développé un physique de guerrière, bien qu’elle fut plutôt maigre d’apparence, cela ne faisait aucun doute. Une adolescence dans une armée où seuls les plus forts survivaient, cela laissait des traces ; et pas uniquement les Marques d’Assermentations ou une musculature fine mais bien présente, mais également des cicatrices, que sa tenue laissait apercevoir en de nombreux points, tant elles étaient elles-mêmes nombreuses.

Malgré l’amorce du conflit, Rachel n’attaquerait pas la première, parce qu’elle ne savait pas si elle n’était pas en train d’avoir le mauvais réflexe, et de fait, malgré l’utilisation de sa télépathie pour percevoir son environnement, elle restait éloignée de l’esprit de l’hybride. Entrer dans sa tête aurait permit de prévoir ses mouvements et ses actions, et ne pas le faire était une erreur stratégique évidente, mais elle n’avait pas à pénétrer son esprit tant qu’elle avait un autre choix.

Phénix n'avait pas peur, la violence, à défaut de lui être agréable, étant sa spécialité, à son grand malheur. Elle ne voulait pas faire de mal, et si nécessaire, en faire le moins possible. Il ne restait qu’à attendre la réaction de l’hybride, et à voir où Cerberus allait.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Jeu 29 Nov - 8:13

Sanzo fixait toujours la jeune femme qui ne bougeait pas alors que Kitty s'énervait de plus en plus. Soudain les boutons de sa chemise s'arrachèrent tout seul, libérant la minette. Sanzo fut tellement surpris qu'il resta immobile à fixer sa poitrine mise à nue. Il n'avait meme pas honte d'etre à moitié déshabillé devant une jeune inconnue tellement le phénomène qui venait de se passer l’intriguait. Sa peur s'était évanouie faisant place à une profonde curiosité, la nana était super forte. Kitty quand à elle s'était réceptionnée avec grâce sur le sol et maintenant qu'elle était délivrée de sa prison s'étira de tout son long. Elle regarda Sanzo avant de rejoindre Rachel, la queue hautement dressée. Arrivée à sa maitresse, elle se frotta en ronronnant de pur bonheur.
Sanzo la suivit des yeux. Là ça faisait un peu beaucoup pour le jeune homme. Il n'était arrivé que depuis peu et avait eu à faire à Caitlyn et son tempérament de feu, à Enora et son charme, à son ami loup …et maintenant cette étrange jeune femme alors que depuis pratiquement 6 ans il n'avait eu de réel contact qu'avec Karl et son père. Instinct de protection ou juste un manque d'envie, il ne se souvenait plus vraiment de sa période "avant accident". D'un naturel plutôt réfléchi malgré une certaine spontanéité (surtout à parler sans réfléchir), Sanzo avait tendance à analyser la situation … enfin une fois après avoir repris son emprise sur sa "mutation".

Il se laissa donc tomber par terre et s'assit, son cerveau travaillant à toute vitesse. Kitty était prisonnière de sa chemise, elle ne pouvait pas se libérer toute seule c'était un fait. Ce n'était pas lui qui avait touché aux boutons et à moins que sa chemise est une conscience propre (ce qui serait digne d'un très mauvais roman de science fiction) les boutons n'avaient pas pu s'arracher tout seul … donc solution logique, la jeune femme était intervenue... mais comment … De plus Kitty semblait bien la connaître donc elle n'était pas une ennemie … au contraire, la petite chatte se frottait de bonheur et elle ronronnait.

Son regard se reporta sur la jeune femme, elle était plutot fine mais Sanzo la sentait tendue, réponse probable à sa propre attitude. En plus un étrange symbole était apparu dans l'un de ses yeux.
Peut elle avait elle aussi cru que le jeune homme voulait faire du mal à la minette …

Maintenant qu'il avait analysé la situation et qu'elle lui semblait clair, il se détendit. Il n'avait pas du tout envie de se battre surtout après ce qu'il venait de voir. Il n'aurait pas le temps de faire un pas qu'elle l’exploserait dans tout l'Institut. Il n'avait pas envie de finir en lambeau comme sa chemise et puis se battre déja il n'aimait pas ça mais contre une fille ... ce n'était pas digne d'un gentleman.

Il se leva promptement et s'avança un peu vers Rachel les mains levées, maintenant qu'il avait repris le "contrôle" sur sa peur, c'est sa curiosité naturelle qui s'activa


"hé t'es une mutante aussi ... tu serais pas la grande soeur de Feu Follet.. enfin je veux dire Caitlyn ??? cool ton pouvoir mais … " (il montra sa chemise) "me fait pas la meme chose hein ??? je te veux pas de mal. J'étais inquiet pour Kitty" (il montra la petite chatte)

Comme en réponse à Kitty, il se mit aussi à ronronner mais plus doucement. Il ne cherchait pas vraiment à apaiser son interlocutrice c'était juste un réflexe de groupe comme lorsque les humains se mettait à rire ou à bailler si un membre le faisait.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Jeu 29 Nov - 13:56

Les chats représentaient deux aspects opposés dans l’imaginaire collectif, un peu à l’instar d’elle-même si elle y réfléchissait bien : ils incarnaient la douceur, petites boules de poils ronronnantes et paresseuse, mais aussi la cruauté, jouant avec leur proie avant de les tuer. Cette ambivalence était aussi présente chez Rachel, aux exceptions qu’elle ne ronronnait pas, et qu’elle ne prenait aucun plaisir à tuer. Mais elle aussi, elle était dans ces deux extrêmes, sa fragilité ne laissant pas entrevoir sa dangerosité et cette dernière éclipsant totalement la première lorsqu’elle se révélait.

Mais malgré qu’elle penchait à cet instant vers les ombres de son passé, observant et analysant la scène avec une clarté aussi experte qu’inquiétante, il y eut un acte contre lequel la fausse froideur de son cœur ne put rien.

Ayant suivit Cerberus de l’esprit, elle ne fut pas surprise lorsque cette dernière entra en contact avec ses jambes, cependant, elle devait bien s’avouer s’être plus attendu à la voir s’enfuir. Ce n’était pas le cas, et la petite blanche était dans ses pates, ronronnante et passé en phase affective. Phénix ne savait si elle devait se laisser aller à la confiance de la petite chatte et répondre à son affection par l’affection ou bien si elle devait continuer de se tenir prête à une confrontation improbable. Son instinct lui dictait une simple chose, mais il n’était pas adapté à ce monde ; pas encore en tout cas.

L’autre s’assit, ou plutôt se laissa tomber sur les fesses, la laissant interdite de ce fait, tant elle ne s’y était pas attendu ; cet acte était d’un illogisme parfait, car il se contentait d’ignorer la menace comme si elle disparaitrait d’elle-même. Etait-ce ce que devait faire la rousse ? Elle n’avait plus aucune raison de rester sur ses gardes, puis l’autre avait rompu sa propre tentative d’intimidation.

Elle se détendit un petit-peu, ou tout autant qu’elle put, et se baissa, accroupie pour caresser son animal de compagnie libéré, continuant de fixer mentalement l’hybride. Cerberus avait l’air d’aller bien, plus de peur que de mal, chose plutôt rassurante ; et à laquelle elle n’était pas habituée, bien qu’il semblait que ce fut une des règles de ce monde : il y avait toujours plus de peur que de mal, ici, là où elle était habituée à autant de mal que de peur, voir plus de mal, dans son monde d’origine.

L’autre élève finit par se calmer, sa queue de chat étant un bon indicateur de son humeur, se levant pour s’avancer vers elle, mais levées ; signe de réédition ? Elle n’aimait pas cela, s’était plutôt des mauvais souvenirs, aligner des gens avec les mains levées…

Rachel prit la petite chate dans ses bras, continuant de la caresser ; elle avait joué dans la terre, cela se voyait sur le pelage blanc. Salle bête, elle allait encore mettre des traces de pattes partout dans la chambre, comme elle adorait faire ses sprints une fois sortie de la litière.

L’adolescent-chat l’interpela, le déclarant qu’elle était la grande sœur de Feu Follet, alias Caitlyn ; Caitlyn Elioth ?! Ce n’était pas Fuzzy son surnom ? Feu Follet, stupide, elle contrôlait l’électricité. Et grande sœur, stupide aussi, c’était Cait’ la plus vieille des deux. L’autre trouvait le pouvoir de Phénix cool, et n’avait rien vu de ses capacités, mais ne voulait pas qu’elle lui fasse la même chose ; elle n’avait pas suffisamment de maîtrise pour arracher les organes et autres attributs internes, mais l’écartèlement, cela la connaissait, en effet, bien plus simple à faire qu’une désintégration.

Il ne lui voulait pas de mal, et était inquiet pour « Kitty ». Chez elle, Kitty c’était Katherine « Kitty » Pryde, prof d’informatique et X-Woman, alter-égo de celle qui avait été sa meilleure amie, Kate Pryde. Mais bon, cela devait être un surnom de chat aussi ; ça n’allait pas à Cerberus, « Kitty », mais en même temps, Cerberus ne lui allait pas vraiment non-plus. Après, si c’était pour tomber dans des noms comme Boule de Neige (même si cocaïne définissait mieux l’état de nervosité de la boule blanche), Rachel préférait l’imagination des Pictsies.

Se relevant, toujours son animal de compagnie dans les bras, elle s’attendait droit à un coup de boule dans le menton, la petite chate exprimant son affection comme ses maitres précédents, mais ce n’était ni douloureux ni désagréable, juste le choc d’une petite tête poilue pleine d’entrain et dénuée de délicatesse.

Cependant, cela n’aiderait en rien Rachel à savoir comment se comporter : devait-elle s’excuser pour la chemise ? Possible, mais elle ne le ferait pas : l’autre lui ayant demandé son aide et le sort du tissu la laissant parfaitement indifférente, à l’inverse de son petit félin. Que lui répondre ?

L’hybride se mit également à ronronner, faiblement à en être presqu’indistinct, mais alors qu’il se rapprochait, elle l’entendait plus clairement. Elle-même ne faisait rien, à part chercher quoi dire et gratter sous la gueule de sa bestiole.

Il s’inquiétait pour elle, c’était surement par là qu’il fallait commencer.

- Elle va bien, et son nom c’est Cerberus, pas Kitty, commença-t-elle, marquant une pause. Je ne te ferais pas de mal, sauf si tu m’y oblige. Et je suis pas la sœur de Cait’, j’ai pas de sœur ; mais je connais une Caitlyn : Caitlyn Elioth, alias Fuzzy.

Lâcher le bon nom au bon moment dans la bonne conversation pouvait ouvrir nombre de portes, elle le savait sans jamais l’avoir vu. S’il était un ami de la Ptite Rousse, les choses seraient surement plus simples, si tant est qu’elles puissent l’être. Rachel ne croyait pas en les ennemis de mes ennemis sont mes amis, son expérience personnelle lui racontant qu’ils n’étaient que des ennemis de plus, ainsi ne croyait-elle pas non-plus que les amis de ses amis étaient ses amis. Cela c’était montré vrai à un certain degré, avec les Cuckoos, Amy et Caitlyn, ainsi qu’un nombre plus que restreint de leurs connaissances, mais pas suffisamment pour que la rousse y croit.

Elle avait l’habitude de se murer dans le silence, malgré la trahison de Xavier à cet égard.

Toujours immobile, elle laissa approche l’autre élève, ne cessant de le fixer de ses yeux différents.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Jeu 29 Nov - 15:39

Sanzo avançait toujours. La petite chatte témoignant une réelle affection voir amour à Rachel il n'avait plus aucune raison d'etre sur la défensive. Il referma tant bien que mal sa chemise détruite en souriant pour montrer que cela n'avait pas grande importance et qu'il ne lui en voulait pas. Contrairement à Caitlyn et Enora plutot volubiles la jeune femme ne parlait qu'à demi mot et phrase courte … pas simple pour lancer une conversation.

- Elle va bien, et son nom c’est Cerberus, pas Kitty, commença-t-elle, marquant une pause.

{Cerbérus joli nom } pensa t il {mais un peu étrange pour une chatte …} En effet pour lui Cerbère était le chien à 3 têtes gardien des Enfers.

 Je ne te ferais pas de mal, sauf si tu m’y oblige.

"t'inquiète c'est pas dans mon optique et puis je ne frappe pas les femmes. Désolé pour mon attitude je n'aurais pas du réagir aussi violemment … d'ailleurs je ne sais pas ce qui m'a pris…"

il se tut un moment pensif. Il détailla la jeune femme. Elle était toujours sur la réserve c'était flagrant mais sa main grattouillait Kitty .. enfin Cerberus. Ce qui montrait l'affection de la jeune femme envers sa chatte. Impossible de jouer la comédie, la minette ne l'aurait jamais laisser faire.

Et je suis pas la sœur de Cait’, j’ai pas de sœur ; mais je connais une Caitlyn : Caitlyn Elioth, alias Fuzzy.

"Ouai c'est elle, pas très grande, cheveux flamboyants, parler franc … Feu Follet quoi... "

bon elles n'étaient pas soeur mais elles se connaissaient. Au moins Rachel ne le prendrait pas pour un extra terrestre tombé d'il ne savait ou … ni meme pour un ennemi … sauf si elle n'aimait pas Cait … il aurait du y penser avant d'ailleurs ....

Il approcha doucement sa main et se mit à caresser Cerberus. Lui aussi cherchait quoi dire, il aurait voulu en savoir plus sur Rachel .. son nom par exemple mais la jeune femme ne lui laissait que très peu d'ouverture. Ils restèrent un moment dans un silence seulement troublé par le ronronnement de Cerberus …

Il finit par secouer la tête, agacé par cette situation. Il n'était pas un monstre quand meme et Rachel non plus juste 2 jeunes qui faisaient connaissance. Il se força à reprendre


"raaa c'est complètement idiot tu ne crois pas …. (ce n'était pas vraiment une question) tu ne vas pas me réduire en pâtée de chat et je ne vais pas te faire de mal non plus. On ne pourrait avoir une conversation normale comme des gens civilisés."

il recula d'un petit pas et lui tendit la main en souriant " bonjour je m'appelle Sanzo, élève fraichement débarqué à l'Institut et ami de Caitlyn et Enora (il s'avançait un peu mais bon … elle n'était pas censé le savoir et ce n'était pas non plus un véritable mensonge. Ils ne se connaissaient pas depuis très longtemps mais il les aimait bien et espérait que la réciproque était vrai) et .. tu es???"

il souriait toujours et son visage marquait un réel intérêt pas simplement une curiosité polie.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Jeu 29 Nov - 20:48

Il l’avait interrompue ; déjà que Rachel n’avait pas particulièrement d’aisance à parler avec les inconnus, mais l’hybride lavait en plus coupée dans sa phrase, lui rétorquant que ce n’était pas dans son optique et qu’il ne frappait pas les femmes. Quelle galanterie, s’il avait la bienveillance de les laisser parler quant elles le voulaient, c’était encore mieux.

Bon, il s’excusait également de sa réaction ; attendait-il qu’elle en fasse de même ? Rachel ne savait pas, alors sans changer son geste, elle poursuivit, malgré quelques difficultés à reprendre sa phrase, son discours.

L’autre lui fit une brève description de Caitlyn, omettant nombre de détail comme sa gentillesse, sa bienveillance et sa grande capacité à ce mettre dans des situations incongrue, le bordel qu’il y avait dans sa tête et les paroles sages qui en ressortaient, sa générosité et son envie d’aider les autres ; mais ils parlaient bien de la même Caitlyn. Il continuait à l’appeler Feu Follet, ce qui était visiblement un qualificatif de son caractère, même s’il ne figurait pas dans le vocabulaire de la rousse.

Ne faisant toujours aucun autre mouvement que celui que caresser son animal de compagnie, elle laissa l’autre s’approcher jusqu’à ce qu’il put en faire autant, restant silencieuse. Cependant, le Phénix sur son œil disparut, ses perceptions extra-sensorielles se rétractant à leur distance inconsciente. Ils ne partagèrent que la machine à ronrons dans ses bras, n’échangeant pas un mot de plus, jusqu’à ce que l’hybride secoua la tête avant de reprendre la parole.

"raaa c'est complètement idiot tu ne crois pas… tu ne vas pas me réduire en pâtée de chat et je ne vais pas te faire de mal non plus. On ne pourrait avoir une conversation normale comme des gens civilisés."

Une conversation normale comme des gens civilisés ; oui, elle devait ce civiliser pour être acceptée, ici. La politesse, les normes sociales, tout ce bordel innommable, c’était ça être civilisé. Elle ne voyait pas trop quoi dire ; son prénom, peut-être. Oui. Mais cela ne déboucherait sur rien : elle ne révélerait rien de qui elle était vraiment, d’une parce que cela faisait mal, et de deux, parce que c’était un secret. Un secret de polichinelle à cause de Xavier, mais un secret quant même.

Il lui souriait, la regardant avec de grands yeux, faisant un pas en arrière et lui tendant la main.

Il se présenta, un simple nom suivit d’informations personnelles comme le fait qu’il soit nouveau et un ami de Cait’ et d’Enora. Sanzo… Sanzo… Caitlyn lui avait-elle déjà parlé d’un Sanzo ? Enora Lacourt, sans l’avoir jamais rencontrée elle la remettait, par contre, Sanzo…

"Et… tu es ??? "

Rachel fit plusieurs allers-retours entre la main qui lui était tendue et le visage de Sanzo, ne sachant que faire ou que répondre, stoppant d’ailleurs ses caresses le temps de la réflexion.

- Enchantée de te rencontrer ? s’hasarda-t-elle, levant les sourcils et la gamme vocale pour signifier son interrogation.

Elle savait qu’il fallait conclure des présentations par une formule de politesse, cependant, la main tendue lui semblait étrange ; ce n’étaient pas les hommes qui se serraient la main ? Et les femmes qui se faisaient la bise (même si certains hommes se faisaient la bise entre eux) ? Et la galanterie qui voulait que la bise prévale sur la poignée de main ? En même temps, elle n’aimait pas l’idée de la bise, et ne serrait pas de main non plus.

Que faire ? A part gratouiller Cerberus qui, elle, se moquait bien des conventions sociales de la civilité ; d’la bouffe, d’la pionce et d’la compagnie, et elle était contente. Une vie simple, une vie de chat.

- Je m’appelle Rachel, finit-elle par dire, sans un mot de plus.

Il avait déjà donné son ancienneté, donc ce sujet était exclut, ainsi que ses amies, donc celui-là aussi était éliminé ; restait l’origine, mais Phénix ne voulait avoir à répondre à son tour, les pouvoirs, même problème que précédemment, la scolarité, mais c’était une pente glissante pour elle car liée à son passé, et… c’était à peu près toutes les idées de conversation qu’elle eut trouvée, n’ouvrant pas conséquent pas la bouche.

C’était peut-être complètement idiot d’ainsi garder le silence, mais trouver des sujets de conversation, ce n’était pas aisé non-plus.

La dureté avait quitté ses traits, laissant place à un air triste et un regard perdu, puisqu’elle ne savait que faire. Elle voulait bien parler, mais de lui, hors elle savait qu’un échange réussit n’était pas à sens unique, mais les sujets qu’elle pouvait partager n’étaient pas nombreux ; du moins, pas nombreux à être sans risques. Elle lui rendit un sourire gêné, mais ne parla pas pour autant.

C’était stupide, elle le savait, car si c’était Sanzo qui avait l’initiative de la conversation, se serait lui qui posait les questions, hors elle ne voulait pas être questionnée, mais n’avait elle-même pas de question qui ne puisse se retourner contre elle.

- Te… tu aime les chats ? demanda-t-elle en regardant Cerberus, puis Sanzo.

Cette question pouvait paraitre impertinente, oui, mais elle était en réalité beaucoup plus réfléchit qu’il n’y semblait ; bien entendu qu’il aimait les chats, elle l’avait observé jouer avec le chaton, mais c’était plus pour faire une corrélation avec son pouvoir d’hybridation, sans doute proche du chat, tout en s’assurant une réponse également simple de son côté. Elle devrait rester dans les questions oui/non, c’était plus sure comme terrain. Enfin, en général.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Ven 30 Nov - 12:50

Rachel fit plusieurs allers-retours entre la main qui lui était tendue et le visage de Sanzo, ne sachant que faire ou que répondre, stoppant d’ailleurs ses caresses le temps de la réflexion.

- Enchantée de te rencontrer ? s’hasarda-t-elle, levant les sourcils et la gamme vocale pour signifier son interrogation.


Elle se moquait de lui ou quoi … Sanzo baissa son bras, blessé par l'attitude de la jeune femme. Son visage se ferma et sa queue habituellement dressée se mit à pendre pitoyablement. C'est vrai qu'il avait montré de l'agressivité au début mais il s'était excusé et expliqué … alors pourquoi se montrait elle si méfiante et presque méchante. Il lui semblait être courtois voir amical. Il ne comprenait pas son attitude. Il soupira … {Que les filles étaient compliquées....}
A moins que … il fixa un moment sa main. Elle était humaine, couleur chair, bon d'accord ses ongles étaient gris et non pas roses comme ceux des "vrais " humains, mais c'était la seule différence notable, ils n'étaient pas plus long que la normale. Pas de poils, pas de griffe et elle était relativement propre .. autant que puisse l’être une main et puis Cerbérus était bien plus sale et Rachel la caressait sans soucis. De plus Rachel semblait aimer les chats … Alors pourquoi ce rejet …Etait ce une forme d'hypocrisie à son égard … humain ok, chat ok mais pas les hybrides ...
Et puis elle aussi était bizarre avec son drôle d'oeil mais ce n'est pas pour ça qu'il la rejetait.
Elle finit cependant par dire son nom, Rachel rien de plus... Rachel qui ?? Rachel sans nom ?? Rachel tombée du ciel...

puis de nouveau le silence et enfin cette phrase


- Te… tu aime les chats ? demanda-t-elle en regardant Cerberus, puis Sanzo

là elle se moquait de lui c'était sur. Demander à un hybride félin s'il aimait les chats …Il releva vivement la tête et la regarda pas très gentiment, une réponse sèche et peu aimable aux lèvres quand il vit sa tristesse et son air perdu. Elle ne se moquait pas de lui … elle souffrait mais de quoi … Il ravala sa rancœur et de nouveau s'approcha pour caresser Cerberus avant de lui répondre doucement

"oui je les aime beaucoup. C'est tellement simple de les comprendre. Pas de fioriture, pas de faux semblant avec eux. Ils ne sont pas contents .. ils partent. Ils ont peur … ils griffent. Ils sont heureux … ils nous câlinent. La vie est simple. "

Résistant à l'envie de la fixer, il poursuivit "qu'est ce qui ne va pas ?? tu sembles souffrir … c'est moi … j'ai dit quelque chose qui t'a blessé ??"

Il ne voyait pas comment et en quoi il avait pu la blesser mais bon … il se savait parfois très maladroit par manque d'habitude.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Ven 30 Nov - 19:16

Elle déçu Sanzo, visiblement, la queue se baissant en même temps que la main, rapidement suivit par un soupire. Elle le navrait, visiblement, et il dévisagea sa main. Suivant son regard, Rachel regarda elle aussi la main ; cette dernière n’avait rien d’exceptionnelle, surtout considérant sa mutation. Alors pourquoi la regardait-il ? Il envisageait de lui mettre une gifle ?

Sa question favorisa cette hypothèse, l’Hybride réagissant vivement, portant un regard froid à son encontre. Le regard de Phénix se durcit à son tour, son corps se crispant à nouveau. Ses yeux verts exprimaient généralement la tristesse, semblant perdus dans le lointain ou hésitant, le doute ou le stresse, mais s’il y avait une chose qu’il la rendait inquiétante, c’était bien lorsqu’ils exprimaient la froideur. Alliés aux marques rouges, telles des griffures, qui essaieraient son visage comme une gueule, lorsqu’elle se tendait et se crispait, prête au combat, ses yeux traduisaient parfaitement le côté tueuse, chien de guerre, qu’elle avait été. Elle pouvait faire peur, si la colère s’ajoutait à ses traits.

La rousse avait arrêté de caresser Cerberus, réellement prête à se faire agresser ; elle répondrait avec violence en ce cas, bien décidée à ne plus s’effondrer. Elle ne le voulait pas, mais ne savait pas gérer la situation autrement, une fois encore, et attendrait qu’elle se désamorce d’elle-même ou qu’elle doive y mettre un terme.

Cerberus la regarda, se frottant contre elle pour la détendre, mais rien n’y fit. La Grande Rousse ne comprenait pas, certes sa question pouvait paraitre stupide, mais l’était-elle tant que cela ? Les gènes ne signifiaient pas que l’on aime une chose, ou que l’on s’aime nous-mêmes. Sa nature était celle d’une tueuse, d’une tueuse de la pire espèce, elle avait été dressée pour ; dressée, pas éduquée ou entrainée, mais véritablement dressée. Etait-ce pour cela qu’elle aimait les tueurs, ou même simplement tuer ? Non, elle haïssait cela, mais ne savait rien faire d’autre.

A nouveau, la situation se désamorça d’elle-même, Sanzo déglutissant avant de recommencer à caresser la chatonne avant de rouvrir la bouche.

"oui je les aime beaucoup. C'est tellement simple de les comprendre. Pas de fioriture, pas de faux semblant avec eux. Ils ne sont pas contents… ils partent. Ils ont peur… ils griffent. Ils sont heureux… ils nous câlinent. La vie est simple."

Ce n’était pas faux cela, et elle avait parfaitement comprit ! Les animaux étaient simples, ils ne mentaient pas, contrairement aux humains ; toujours sincères, toujours présents quant il le fallait, de véritables amis. Sauf les fourmis, mais ça, c’était une autre histoire. Oui, peut-être était-ce cela, l’amitié : pouvoir compter sur quelqu’un aussi bien qu’on compterait sur un animal de compagnie. Ce n’était pas réducteur, enfin, pas à son sens.

"Qu'est ce qui ne va pas ?? Tu sembles souffrir… c'est moi… j'ai dit quelque chose qui t'a blessé ??"

Rachel se figea, le regardant sans réellement comprendre. Il ne l’avait pas blessé, ni physiquement ni moralement, même si ses blessures guérissaient lentement, elles étaient en bonne voie, comme en témoignaient flashs et cauchemars en régression, bien qu’elle en aurait probablement jusqu’à la fin de ses jours.

Il n’osait pas la regarder, pour ne pas la mettre mal à l’aise ; gentil de sa part, mais c’était lui qui était malaisé désormais. Elle avait cependant une idée pour éviter cela : d’un pas latéral, elle présenta la tête de Cerberus en direction de l’hybride, détachant la petite chatte de son torse pour l’avancer un peu vers Sanzo ; la bestiole ne se fit pas prier, expédiant un coup de boule en ronronnant.

- Ses précédents propriétaires lui ont apprit à faire ça, j’trouve cela mignon, déclara-t-elle. Bon, c’est vrai que quant elle a envie d’un truc à trois heures du matin, mes colocataires auraient préférées qu’elle lèche le bout du nez plutôt qu’elle y envoie un coup de tête, c’est plus diplomatique comme réveil.

Cerberus ne léchait qu’à deux moments, mais cela, Sanzo n’en saurait rien ; lorsque la gamelle était vide, et lorsque Rachel se réveillait, hurlante, après ses cauchemars. Moins fréquent, mais toujours là, et il fallait bien les trois Cuckoos et leur animal de compagnie pour la calmer, pour cesser les pleurs et les gémissements. Auparavant, du temps de l’infirmerie, elle devait attendre que le sommeil ne vainque à nouveau ses forces pour se rendormir, tandis qu’encore avant, soit elle se retrouvait dans les bras de son mari, soit ils n’avaient réellement le temps de la tourmenter, car une fois réveillée elle devait de nouveau se battre pour sa vie ; fuir et tuer, sur terre et au-delà.

Elle secoua brièvement la tête, chassant ces pensées funeste sur un passé qui l’était tout autant. Elle ne devait pas s’effondrer, il n’y avait pas de raison.

Avancer était dur, surtout quant l’on ne pouvait se retourner derrière soi sans risquer de trébucher, et de perdre l’avance qu’on avait sur ses démons. Elle fuyait ses démons, et restait loin de leurs griffes pour l’instant, s’emmurant dans le silence les concernant. Elle n’avait révélé son véritable nom qu’à peu de personne, et encore moins savaient son histoire. Elle n’était pas de ce monde, et il ne la connaissait pas réellement : Rachel Anne Richards, nationalité inconnue, âge 22ans, date de naissance 5 septembre 1990 ; elle était un mensonge, un secret. Même si depuis peu, c’était un secret de polichinelle : Rachel Anne Summers-Grey, Richards de feu son mari, âgée de 22ans mais née en 2007…

Combien de gens savaient ? Combien de gens viendraient lui demander ? Son passé, elle ne voulait pas se retourner vers lui, mais les autres, en voulant l’aide, l’y forçait, et elle trébuchait à nouveau.

Elle ne voulait pas parler d’elle, cela lui faisait mal et cela faisait peur, mais la plupart des gens ne pouvaient en avoir conscience ; se fut pour cela qu’elle éluda la question de Sanzo.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Sam 1 Déc - 9:44

Sanzo n'y comprenait vraiment plus rien. Cette fille était une véritable énigme. Elle semblait si froide et lointaine et en meme temps recelait tant de souffrance.
Garçon plutot directe une fois la glace brisée, il ne comprenait pas pourquoi elle ne lui disait pas tout simplement de partir ou qu'il l'agaçait ou ...n'importe quoi plutot que cette balance continuelle et totalement incompréhensible.
Il avait l'impression que ses paroles n'étaient pas en accord avec ses sentiments. Qu'elle lui sortait des phrases stéréotypées et toutes faites.

Sa continuelle défensive le mettait mal à l'aise comme s'il était un "méchant". Il n'allait pas lui sauter dessus bon sens … Elle le prenait pour qui ??? Il ne sortait pas des bas fonds mal famés bien au contraire. Il avait reçu une éducation relativement stricte dans le respect des autres et surtout des femmes. Mais plus le silence s'éternisait plus il avait envie de la planter là avec son chat. Après tout quelle importance avait cette fille ??? elle n'était rien pour lui … juste une mutante bizarre de plus dans cet endroit. Il préférait largement Caitlyn et sa brusquerie au moins c'était clair et net. Elle était un peu comme Cerbérus, on la faisait chi**er elle mordait, on était sympa … bon elle n'allait pas jusqu'à ronronner mais presque …
Sanzo allait tourner les talons laissant Rachel plantée lorsque cette dernière lui rapprocha la minette. Cerbère vint se frotter d'un coup de tête comme elle aimait le faire.


- Ses précédents propriétaires lui ont apprit à faire ça, j’trouve cela mignon, déclara-t-elle. Bon, c’est vrai que quant elle a envie d’un truc à trois heures du matin, mes colocataires auraient préférées qu’elle lèche le bout du nez plutôt qu’elle y envoie un coup de tête, c’est plus diplomatique comme réveil.

… … … … un long, très long silence suivit sa remarque. Sanzo la regarda stupéfait et encore plus perdu …
A priori il s'était trompé car le jeune femme semblait vouloir communiquer … ce n'était meme pas parler mais juste communiquer par la parole.
"ses précédents propriétaires" … l'aurait elle volé ??? non Cerbérus ne réagirait pas comme ça. Tout indiquait qu'elle aimait sa maitresse …
Il ouvrit plusieurs fois la bouche … hésitant … entre lui faire comprendre qu'elle le gavait ou bien se montrer compréhensif et amical. Il se demanda comment Caitlyn et Océane auraient réagi … elles l'auraient probablement envoyé bouler depuis longtemps. Mais c'était des filles. Un garçon bien élevé ne se comporte pas ainsi. Il se doit de rester courtois. C'était à Rachel de mettre fin à la conversation si elle le souhaitait pas à lui.
Cerbèrus quand à elle continuait ses petits coups de tête en ronronnant. Sanzo la repoussa doucement, ce n'était pas des coups douloureux mais bon .. à force... et se frotta la mâchoire en souriant.
Ne voulant donc pas passer pour un mufle insensible et puisque Rachel ne semblait pas vouloir répondre aux questions sur elle meme, il devait essayer une autre approche. Une approche moins directe. Il allait tenter d'en savoir plus en parlant de quelque chose qu'elle aimait : Cerbérus.


"Oui c'est mignon. Elle a quel age??"

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Dim 2 Déc - 17:46

Le silence, le silence suivit ses paroles, alors que Sanzo ne savait pas quoi dire.

Rachel ne craignait pas le silence, il était son compagnon depuis des années déjà, et n’étant pas particulièrement bavarde, elle savait apprécier sa compagnie. Cependant, ce silence hésitant, elle ne l’aimait pas. Elle avait horreur d’être mal à l’aise, mais encore plus horreur de mettre les gens mal à l’aise, car elle les comprenait parfaitement. Que faire cependant ? Elle ne lui faisait pas confiance, et ne voulait pas aborder de sujet glissant.

Cerberus était la seule parfaitement à l’aise, dans son match de boxe crânienne et unilatérale face à l’hybride, refermant sa bouche lorsque lui l’ouvrait. Finalement, il la repoussa, se frottant la machoire, puis reprit la parole, demandant à Phénix quel âge avait son chat.

Les yeux de la rousse s’arrondirent, ses sourcils se levant alors qu’elle se rendait compte que l’âge n’était déterminé avec précision, les Pictsies n’ayant pas fait de carnet d’identité. Elle ne savait même pas où ils avaient bien put trouver la bestiole, à vrai dire, cependant savait qu’elle avait tous ses vaccins et autre, à l’inverse d’elle-même, qui ne supportait pas la médecine ou les instruments chirurgicaux, ces derniers ayant laissés de trop grandes marques sur son passé, marques à jamais présentes sur son corps.

Rachel resouleva sa bestiole, la regardant dans les yeux ; seigneur-dieu, dommage qu’elle n’arriva pas à décrypter les pensées animales, elle aurait bien aimé savoir. Un coup de boule, puis elle redéposa Cerberus par terre, ouvrant la paume de la main pour y faire apparaitre une boule de feu contenue dans un champ Télékinétique. La chaleur qui s’en dégageait été certaine, mais la boule de feu ne brulait pas, ainsi, comme à son habitude, la petite chatte commença à s’y frotter à tord et à travers.

- Quatre-cinq mois, on n’est pas sure. L’élève qui l’avait avant ne l’avait pas officiellement, et il n’y a aucun papier pour savoir où il l’a trouvé. Mes colocataires, quant elles l’ont trouvé, ont voulut l’adopter, et ont fait les démarches pour cela. Je sais pas trop en quoi ça a consisté, mais Xavier a autorisé qu’on la garde, pensant que cela m’aiderait à m’habituer.

Passant sa main dans les poils, elle n’avait plus pour but de caresser sa bestiole mais de la nettoyer, virant des doigts et de la Télékinésie les saletés qui avaient résistées aux caresses. P’tain, il y avait de la terre, des herbes, pour peu qu’elle se soit perdue elle aurait ramené de l’encre ou de l’huile de moteur !

- Pff, j’vais encore devoir te doucher ce soir, ‘spèce de chiffon va, toute blanche qui traine partout, déclara-t-elle à l’intention de la petite boule de poils, soupirant.

Elle n’aimait pas l’eau, c’était un chat, c’était dans les gènes aussi surement que ceux de Rachel faisaient d’elle un danger publique ; par contre, elle aimait beaucoup plus les boules de feu qui servaient de séchage, après coup. Aller hop, une minute chrono au gant humide et c’était fini ! Sans compter que ses maitresses passeraient la soirée à la câliner après, donc c’était plutôt un maigre sacrifice. D’ailleurs, Cerberus n’avait pas fait la gueule la dernière fois. Bon, la première il avait fallut la sortir par télékinésie de sous un meuble, mais c’était un détail !

Se relevant, laissant sa bestiole s’attaquer encore et toujours à la boule de feu, elle se tourna vers Sanzo. Elle entrouvrit la bouche, puis se tus; elle n’allait pas lui demander son âge, parce que cela impliquait qu’il lui demande le sien, et si donner son âge n’était pas compliqué, donner sa date de naissance, bien plus.

Elle détourna les yeux, se concentrant sur le point incandescent et la tâche qui lui faisait la fête.

- Désolée, j’ai… du mal, avec les gens.

Voilà, c’était dit, qu’il s’en aille ou qu’il reste à son loisir.

Elle n’avait pas de raison de se méfier de lui mais pas plus de raison de lui faire confiance, et ne sachant comment réagir, elle restait dans l’indécision. Elle ne voulait pas faire confiance trop vite, car cela la conduirait à s’attacher et à perdre les autres, comme il en avait été de Franklin dont le départ l’avait fait reporter son attachement sur Ernest, qui lui-même c’était éloigné avec le retour de sa mère adoptive et dont l’attachement se reportait désormais sur Caitlyn. Elle ne pouvait pas continuer de dégringoler comme cela, ça générait des conflits et finirait par lui faire mal. Elle avait besoin d’ami à elle, mais n’avait pas la possibilité d’en trouver, et ne parvenait pas à croire en la bonté alors même que cette dernière lui sautait à la gorge depuis son arrivée sur ce monde.

Elle ne voulait plus avoir mal, simplement. Et s’attacher, c’était prendre ce risque. Elle avait les Cuckoos, et Cerberus, au final, cela devait bien lui aller. Cela lui allait tant qu’elle ne sortait pas, et que les autres ne sortaient pas non-plus. Elle n’avait pas d’illusions : les amis de ses amis n’étaient pas ses amis. DDF, Elixir, même Amy, elle n’était pas des plus à l’aise avec eux. Même rien qu’avec les personnes qu’elle aimait, au-delà de trois, elle commençait à s’effacer (les Cuckoos ne comptant que pour une). Et face à des personnes qu’elle ne connaissait pas, une était suffisante.

Yeux perdus dans le vague, elle ne revint vraiment à elle que lorsque Sanzo lui parla.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Mar 4 Déc - 9:44

Continuant à caresser Cerberus, Sanzo attendait que Rachel veuille bien poursuivre. Au final elle était comme ces pauvres chats abandonnés, ayant subits bien trop de souffrance de la part d'humains stupides et méchants, prêts à s'enfuir au moindre geste brusque. Sanzo avait l'habitude. Il ne parlait pas "chat" mais il les comprenait d'instinct. De plus lui non plus n'aimait pas qu'un inconnu le brusque.

Rachel resouleva sa bestiole, la regardant dans les yeux ; seigneur-dieu, dommage qu’elle n’arriva pas à décrypter les pensées animales, elle aurait bien aimé savoir. Un coup de boule, puis elle redéposa Cerberus par terre, ouvrant la paume de la main pour y faire apparaitre une boule de feu contenue dans un champ Télékinétique. La chaleur qui s’en dégageait été certaine, mais la boule de feu ne brulait pas, ainsi, comme à son habitude, la petite chatte commença à s’y frotter à tord et à travers.

Impressionnant … Rachel venait de créer une petite boule de feu. Il avait tendu la main d'instinct pour empêcher Cerberus de se bruler mais il avait vite compris en la voyant se frotter sans retenue qu'il n'y avait aucun danger. Intrigué, il s'accroupit et ne put s’empêcher d'y toucher aussi d'un doigt prudent, elle était chaude mais pas brulante, c'était agréable.


- Quatre-cinq mois, on n’est pas sure. L’élève qui l’avait avant ne l’avait pas officiellement, et il n’y a aucun papier pour savoir où il l’a trouvé. Mes colocataires, quant elles l’ont trouvé, ont voulut l’adopter, et ont fait les démarches pour cela. Je sais pas trop en quoi ça a consisté, mais Xavier a autorisé qu’on la garde, pensant que cela m’aiderait à m’habituer.

Quittant la balle et le chat des yeux, il reporta son attention sur Rachel qui venait de faire le plus long discours depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Sanzo avait eu raison de persévérer et surtout de ne pas la brusquer. Il dressa une oreille aux derniers mots mais se garda bien d'intervenir meme s'il était un peu surpris et curieux. Elle ne semblait pas différente d'une humaine … alors s'habituer à quoi …
Avait elle au contraire du mal avec les mutants hybrides … Sanzo n'avait pas encore vraiment croisé de mutants autres, il ne savait pas que certains n'avaient meme pas une forme humaine ou alors tellement vague …

La jeune femme se mit à nettoyer la chatte en rouspétant mais son geste très doux démentait ses paroles. Sanzo pouvait voir les saletés voleter, c'était non seulement très impressionnant mais très pratique. Pas besoin de bain ou autre joyeuseté qu'adorait un chat … … Lui meme n'était pas super fan de l'eau. La douche passait relativement bien mais il n'avait que très rarement pris un bain. La piscine était exclue depuis le jour où il avait piqué une grosse crise. Karl avait eu toute les peines du monde à le calmer. Par chance ils avaient tenté l'expérience non dans une piscine publique mais dans la piscine privée du Manoir.
Par contre curieusement, il aimait courir dans la mer … La sensation et la joie qu'il en retirait compensait le coté désagréable. Et puis c'était juste les pieds .... Quand aux jours de pluie … …

Rachel avait fini la toilette de sa minette qui s'était remise à jouer avec la boule. Elle allait de nouveau se salir c'était certain. Il se demanda si ce n'était pas un jeu entre elles … et puis de toute façon un chat savait se laver, la toilette faisant partie de tout un rite aussi bien pour son bien-être mais aussi de communication.


- Désolée, j’ai… du mal, avec les gens.

Sanzo lui sourit, ça il l'avait compris. Il la fixa un long moment, son regard s’arrêtant non pas sur ses yeux, mais sur son menton. Une partie neutre de son visage et assez éloignée des yeux pour ne pas la gener. Soit parce que Cerberus s'amusait comme une folle soit parce que Rachel dégageait une telle souffrance, il se mit à ronronner mi de plaisir, mi pour détendre l'atmosphère.

"mais tu aimes les chats." dit il d'une voix douce

D'un doigt il poussa la boule qui se mit à rouler suivit du chat. Il la rattrapa (la boule pas le chat) et se mit à jouer avec à son tour, pensif, la faisant rouler du bout des doigts. Cerbérus n'appréciait pas qu'il lui pique son jouet et se mit à le mordiller. Il lui flanqua une pichenette sur le nez. Elle recula à peine, indignée par ce traitement injuste. Sanzo la caressa

"demande à ta maitresse de t'en créer une autre"

Cerberus avait elle compris les paroles … ou bien était elle simplement assez maline pour savoir y faire toujours est il qu'elle alla se frotter contre les jambes de Rachel en lançant des petits miaulements plaintifs.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Sam 8 Déc - 0:03

Sanzo tendit la main vers la boule de feu comme Cerberus le fit de la tête, mais lui c’était pour lui interdire le passage, ce que la petite chatte ignora royalement. Suivant son exemple, l’hybride toucha également la sphère. Rachel maitrisait peu ou prou ses boucliers télékinétiques, mais elle savait à peu près régler la résistance physique et thermique, et l’une comme l’autre n’étaient pas très élevées dans ce cas, permettant de protéger des flammes mais pas entièrement de la chaleur. Un mini-chauffage, en somme.

L’élève ne dit rien, la laissant nettoyer son chaton et lui laissant l’initiative de la parole. Il sourit, il lui sourit face à son aveu, la fixant. Elle le fixa aussi, ne comprenant pas. Pourquoi lui souriait-il ? Il se mit même à ronronner, augmentant l’incompréhension de la rousse, même si elle trouvait le bruit plutôt agréable.

"mais tu aimes les chats," conclut-il.

Oui, elle aimait les chats ; les fourmis, aussi, mais c’était une autre histoire. C’était cela qui le rendait content ? Il ronronnait parce qu’elle aimait les chats ? Il l’était peut-être à moitié chat, mais cela ne la faisait pas l’aimer plus. Il était humain, même à moitié, et c’était ce côté qui prédominait, donc elle s’en méfierait comme de tout autre.

Elle avait envie d’aller vers les autres, mais c’était difficile. Difficile car elle ne devait pas trop en révéler, car elle ne savait pas s’exprimer, car elle n’avait jamais vraiment eut à se sociabiliser. Elle était passée de la préadolescence à l’âge adulte dans une guerre d’extermination des plus sanglantes, et n’avait jamais eut d’autres amis que ses compagnons d’infortunes, ou ses protecteurs. Aucun véritable ami parmit les Limiers, ce qui lui permettait de retourner ses armes contre ses alliés sans la moindre hésitation, et Kate avait été une grande sœur, Magnéto un père et Franklin son mari ; elle n’avait jamais eut de véritables amis, et ne savait pas comment s’en forger. Elle savait se battre, elle savait tuer, c’était tout. Mauvais Curriculum Vitae.

Sanzo approcha son doigt de la boule de feu, la poussant ; le bouclier était maintenu par l’esprit de Rachel, et il était théoriquement impossible de le faire bouger pour un autre ; ce n’était en rien physique, il ne se déformait pas selon la pression mais bien selon la volonté. C’était un champ télékinétique, une force suffisante pouvait le briser, mais seul l’esprit de son créateur pouvait le faire bouger. Et l’hybride n’avait pas une force suffisante pour le briser. Cependant, alors qu’il appuyait sur la sphère, Rachel cru comprendre ce qu’il voulait en faire ; elle déplaça la sphère, dont la transparence donnait aux flammes enfermées à l’intérieure l’illusion de rouler. A l’instar de la feuille de papier précédente, Cerberus courut après. Comme Sanzo d’ailleurs.

Il rattrapa la boule de feu, entreprenant de la soulever, ce que Rachel lui accorda, la faisant jouer au bout de ses doigts. Le chaton, n’appréciant pas qu’on lui vole sa propriété, attaqua, recevant pour toute réponse une pichenette sur le nez, faisant cette fois sa forte tête. C’était sa balle et elle voulait sa balle.

L’hybride, la caressant, demanda indirectement à Rachel d’en créer une autre. Ey, elle n’était pas pyromane de service, elle créait une boule de feu, ce n’était pas pour jongler avec ! La petite chatte revint vers elle, miaulant et se frottant contre elle.

Phénix était visiblement mal à l’aise, ne sachant pas comment réagir une nouvelle fois : Sanzo avait volé un orbe de flammes qui ne lui était pas destiné (et c’était immobilisé au passage, restant figé dans les airs), frappant même la bestiole qui venait réclamer justice ! Mais la rousse n’osait le lui reprendre, cela devait faire parti d’un jeu puisque Cerberus était revenue vers elle pour avoir une autre balle de feu.

Comment réagirait-il si elle lui reprenait de force la sphère télékinétique ? Ce ne serait que justice, après tout, mais si Rachel vexait Sanzo…

Elle baissa les yeux et les épaules, le visage à nouveau triste. Recréant une boule de feu pour Cerberus, elle regarda Sanzo forcer sur la sienne de biais, s’isolant de lui par un nouveau bouclier, une demi-sphère invisible autour d’elle.

Pourquoi avait-il prit la boule ? Parce qu’il en avait le pouvoir ? C’était faux, c’était elle qui lui avait donné le pouvoir. C’était donc de sa faute s’il y avait eut injustice.

Rachel se laissa tomber sur les fesses, voutée à regarder Cerberus devant elle à se cogner encore et toujours contre le bouclier. Isolée dans cette sphère protectrice, elle se mit à penser.

La justice, cela semblait être une notion chère à ce monde : le BAM devait y veiller pour les Humains comme les Mutants, et l’égalité étaient une chose reconnue, les Droits de l’Homme englobant encore le genre mutant. Alors pourquoi voler une boule de feu sous le simple prétexte qu’on pouvait le faire, ce n’était pas juste, cela. C’aurait été à Sanzo, non à Cerberus, de réclamer pour avoir une sphère à lui. Mais il n’en avait rien fait : il c’était servit.

Il c’était servit car il avait le pouvoir de le faire ; c’était un point commun avec elle, somme toute : elle avait tué parce qu’elle avait le pouvoir de le faire. Mais elle, c’était un ordre, on l’y avait contraint. Cela n’enlevait rien au crime en lui-même, mais elle commençait à comprendre la notion de circonstances atténuantes.

L’hybride n’en avait aucune.

Sanzo avait voulut s’approprier le bien d’autrui, il allait s’y bruler. Yeux perdus dans le vague, Rachel donna sa sentence, une simple pensée suffisant à l’exécuter.

Le bouclier de la première boule de feu s’effaça, libérant la sphère de flammes qui se mit à bruler à l’air libre, et normalement. Toute sa température, tout son plasma, c’était désormais une véritable boule de feu, d’un diamètre égale à la sphère, mais qui brulait.

Cela n'avait rien de malveillant ou de malintentionné, c'était juste... juste.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Sam 8 Déc - 7:56

Sanzo jouait toujours avec l'étrange boule de feu admirant l'oeuvre sans en comprendre la conception. C'était chaud et beau. Les flammes passaient continuellement du rouge profond au jaune étincelant. Tenir ce mini soleil du bout des doigts était vraiment … non seulement impressionnant mais aussi extraordinaire. Il se demanda comment la jeune femme pouvait faire. Elle aussi était impressionnante et extraordinaire. Cerbérus pendant ce temps faisait comprendre à sa maitresse qu'elle en voulait aussi une. La chatte finie par obtenir gain de cause. Sanzo se demanda combien Rachel pouvait en faire. Il ne pensa meme pas à l'effort qu'elle pouvait fournir puisqu'il ne savait pas comment elle faisait. Alors qu'il s'amusait les yeux brillants de curiosité et de plaisir avec la boule, elle s'immobilisa et Rachel s'assit .. ou plutot se laissa tomber par terre tandis que de Cerbérus se cognait contre une sorte de bouclier invisible. Inquiet ses oreilles se dressèrent et il regarda à droite et à gauche, cherchant l'origine de cette interruption se demandant ce qui se passait mais il n'y avait personne d'autres qu'eux deux et la minette.
Soudain une vive douleur au bout de ses doigts, il reporta son regard sur la sphère. Elle avait changé. Il y eut quelques secondes avant que son cerveau n'enregistre que ses doigts étaient entrain de bruler.


"hééé aiieeee" il se leva d'un bond en soufflant sur sa main. La douleur n'était pas très forte au final. Il y avait eu plus de surprise que de véritable douleur.
Il regarda plusieurs fois sa main, la boule ou plutôt les mini flammes qui continuaient à bruler suspendues dans le vide et Rachel. Cerbèrus jouait toujours avec sa boule mais ne s'était pas approchée de celle de Sanzo. Le jeune homme finit par comprendre et se rassit. Le feu n'était plus protégé par … il ne savait trop quoi … une sorte de bouclier …
Il tendit un doigt (prudent cette fois) vers les flammes et de nouveau put sentir non seulement la chaleur mais aussi la douleur d'une brulure.

Il leva les yeux vers Rachel. Dans son regard pouvait se lire une profonde admiration,. Elle était incroyable. Cependant elle semblait si loin, si triste. Mais Sanzo ne lui en voulait pas du tout. Il n'avait pas compris qu'elle avait voulu lui donner une leçon pour avoir pris la boule de Cerbérus, cependant il n'y voyait aucune agression … peut être avait elle juste voulu lui montrer ses pouvoirs …


"houaaaa tu .. tu es … houaaa c'est super impressionnant. T'as un sacré pouvoir ? "

Il la regarda, toujours cette souffrance. Ce méprenant totalement sur les sentiments de la jeune femme, il tendit sa main "ba c'est pas grave, regard j'ai meme plus mal. J'ai plus été surpris qu'autre chose. T'étais arrivée au bout de ton contrôle ou t'as voulu me montrer ce que tu savais faire ?? et …."

il se tut. Malgré sa curiosité dévorante, accabler Rachel de question n'était pas la bonne solution. Il ne voulait pas qu'elle se renferme encore plus. Alors comme lorsqu'il était enfant et qu'il écoutait les cours de son vieux précepteur, Sanzo s'assit sagement et regarda Rachel d'un air attentif et patient. Un élève curieux devant son professeur. Cerbérus se fichant totalement des 2 humains continuait à s'amuser avec sa balle.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Dim 9 Déc - 22:17

Ou pas.

Le propre de la justice n’était-il pas qu’elle ne dépendait du jugement d’un seul ? Quelle différence y avait-il entre justice et vengeance, en ce cas ? Et que voulait-elle le plus ? Justice, ou Vengeance ? Pas la vengeance, pas ici, elle ne pouvait se venger de personne, sinon d’elle-même, et les cauchemars s’en chargeaient déjà. Avait-elle bien fait ?

Elle ne savait pas, elle savait juste qu’elle s’était permise d’être juge, jurée et bourreau, et que de cette subjectivité pour résulter autant de bien que de mal, selon qu’elle prenne la bonne décision ou la mauvaise. Elle n’aurait dû se permettre de punir Sanzo, mais lui donner une autre chance, une chance de s’expliquer ; n’était-ce pas comme cela, qu’ils faisaient, ici ?

Le cri de l’hybride ne fut en rien ce qu’elle attendait ; plus de surprise que de douleur, il avait retiré sa main à temps et ne c’était pas brulé, ou tout du moins pas gravement. Qu’elle eut ou non fait une erreur, cette dernière n’était pas si grave que cela, physiquement.

Rachel resta les yeux perdus dans le vague, s’interrogeant sur ces notions sorties d’un lointain passé et qu’elle devait manier avec précaution. Justice, Vengeance, cela revenait au même dans son monde, et elle ne savait pas à quoi elle avait carburé, la première ou la seconde, jusqu’à lors. La seconde, surement. Maintenant qu’elle n’avait plus personne à haïr, elle devait se comporter conformément à la première, pour peu qu’elle parvienne un jour à la comprendre. En quoi le jugement de plusieurs individus était-il différent de celui d’un seul ? En quoi Dieu, notion futile qu’elle avait depuis bien longtemps perdu, ayant cessé de croire qu’Il les avait abandonnés le jour où elle avait réveillé le Phénix, était-il plus à même de juger quelqu’un que la première personne venue ?

On ne pouvait juger que parce qu’on en avait le pouvoir, et le pouvoir, elle l’avait. C’était peut-être cela, le plus tragique. Elle ne devait pas regarder le monde à travers le prisme de ses pouvoirs, mais le faisait sans cesse, car l’homme était un animal de pouvoir ; la nature voulait que ce ne soient pas les plus forts qui survivent, mais ceux qui s’adaptaient le mieux. Elle était de l’espèce la plus forte, et son expérience personnelle contredisait le rôle de la force dans la survie.

Sanzo rapprocha à nouveau sa main des flammes, la retirant de nouveau par reflexe ; pourquoi ? Pourquoi avait-il fait cela ? Blessé une fois, il retentait sa chance. N’était-ce pas ce qu’elle-même faisait ? Blessée par la vie, elle retentait sa chance à vivre ? Mais les erreurs du passé restaient les faiblesses de son avenir ; et que d’erreurs, que de faiblesses…

"houaaaa tu… tu es… houaaa c'est super impressionnant. T'as un sacré pouvoir ? "

Rachel sorti de sa rêverie, ne comprenant pas ; c’était une question, impertinante vu ce qu’elle avait démontrée, mais surtout étrange vu ce qu’elle avait fait. Il ne lui en voulait pas, il se montrait même… enthousiaste. Il lui montra sa main, la rassurant sur le fait qu’il n’avait plus mal, qu’il y avait eut plus de peur que de mal, mettant l’acte sur un défaut de contrôle ou une maladresse, voyant l’innocence en elle avec une naïveté qu’elle enviait.

Il était curieux, et faisait son possible pour ne pas l’agresser.

Elle avait faite une erreur ! C’était elle la coupable dans l’histoire !

Coupable d’avoir prit un droit qui ne lui appartenait pas, celui de juger ; là d’où elle venait, on ne nous donnait pas de droit, on les prenait.

Elle ne bougea pas, bien que son visage prit un air coupable, se fiant à ses autres perceptions pour le voir, fuyant le regard de sa victime.

Heureusement que son erreur n’avait été très grave, mais si cela avait été le cas ? Elle ne devait plus présumer de ses droits, mais elle ne voulait pas suivre aveuglément ce qu’on lui disait, et trouver un équilibre, là-dedans, c’était dur. Un grand pouvoir et de grandes responsabilités, comme disait Jub’ (étrangement, Caitlyn c’était, à défaut de l’inverse, pas la même chose : tu l’utilise pas ton grand pouvoir, et voilà, tout est réglé !).

Sanzo s’assit, séparé d’elle et du chat par le bouclier qu’elle avait érigé entre eux, bouclier qui ne tarda pas à s’évaporer, en même temps que les deux boules de feu, laissant Cerberus sur sa fin.

- Je… désolé… c’est pas une question de contrôle… enfin, pas de mes pouvoirs… mais de moi…

Elle avala sa salive, fermant les yeux et respirant calmement.

- J’ai un grand pouvoir… oui. Mais… mais il ne m’a pas apporté que des bonnes choses… Il m’a même plus apporté de malheur qu’autre chose. Je veux pas en parler.

Elle laissa passer un temps, bien consciente de couper Sanzo dans son élan mais le sujet de ses pouvoirs pouvant dériver sur d’autres beaucoup plus sensible, le Phénix, notamment. Mais elle ne voulait pas le laisser lui aussi sur sa fin, ainsi, prenant Cerberus dans ses bras pour la caresser et se rassurer elle-même, elle reprit la parole.

- Pour faire court, je suis Psychokinésiste, Télépathe et Voyageuse Temporelle. Et toi ? Ta mutation t’apporte quoi ?

Elle avait parlé lentement, craignant pour les questions qui pourraient suivre, mais faisait l’effort de réparer son erreur précédente.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Lun 10 Déc - 13:33

Sanzo attendit en silence un long, très long moment surtout pour lui. Dévoré par la curiosité, il fourmillait de mille questions mais Rachel faisait preuve de gentillesse et de dépassement de soi pour lui répondre, il devait en faire autant en se retenant. Elle évitait son regard et semblait coupable .. mais coupable de quoi … Sanzo ne lui faisait aucun reproche. Et puis s'il réfléchissait bien, la 1ère balle avait été pour la petite chatte pas pour lui. Il aurait du lui demander si elle voulait bien en faire une pour lui … Il comprenait sa réaction. Ne le connaissant pas vraiment et ayant du mal à communiquer elle lui avait fait comprendre à sa façon. Une façon maladroite et pas évidente mais bon …

Rachel poursuivit en parlant de son pouvoir et surtout en lui disant clairement qu'elle ne voulait pas en parler. Sanzo ne put s’empêcher de sourire. C'était la première fois qu'elle lui demandait quelque chose aussi explicitement. Il laissa donc tomber le sujet. Il en savait déjà beaucoup au regard du caractère renfermé de la jeune femme.
Cependant elle lui fournit quelques explications. Psychokinesiste … psycho, la pensée, kiné le mouvement … cool comme pouvoir. Il comprit alors qu'en fait c'était elle qui avait fait bouger la boule de feu. Il la fixa vraiment très impressionné et stupéfait.
Télépathe … ainsi elle pouvait lire dans les pensées … il ne comprenait pas bien alors pourquoi elle se sentait si malheureuse elle devait savoir qu'il ne lui en voulait pas. Il eut un moment de gêne et se mit à rougir violemment. En fait si ça se trouvait elle était entrain de lire en lui comme dans un livre ...
il ouvrit la bouche et baissa les yeux en proie à une gêne encore plus grande … Il ne savait pas comment fermer son esprit … ça marchait pas comme un livre, il ne pouvait s’empêcher de penser.. et puis finalement était ce si important que ça .... Il ne pensait pas à mal et c'était surtout la curiosité qui le dévorait ... donc pourquoi s'en faire ...
Rachel lui demanda quel pouvoir il avait et ses pensées se dirigèrent tout naturellement vers ceux ci


"heu .. ben … à vrai dire pas grand chose .. enfin je cours vite et je peux sauter assez haut … je crois que c'est tout... et heu … parfois comme Cerberus, je ronronne pour me calmer ou me rassurer… mais je ne sais pas trop si ça calme les autres. J'ai pas vraiment eu beaucoup de contact non plus … c'est pas que j'aime pas au contraire mais .. je n'en ai pas eu l'occasion... "

il se tut un instant avant de sourire "en tout cas j'ai pas de pouvoirs comme les tiens … faire bouger les choses, lire dans les pensées …. (nouveau silence songeur) remarque en y réfléchissant bien je me demande si c'est une si bonne chose … Je comprends mieux ton attitude, les gens ne doivent pas toujours t’apprécier …. être avec une personne qui peut lire en soi …. "

il posa ses coudes sur ses genoux et son menton sur ses mains jointes, les yeux rivés sur Cerberus mais plus pour ne pas ennuyer Rachel que par peur. "tu vois moi je m'en fiche … j'ai rien à cacher … et je n'ai pas peur … J'ai confiance. Il y a une grosse différence entre avoir des pouvoirs et les utiliser sciemment à mauvais desseins. Je sais que tu ne me feras aucun mal volontairement... Et puis, je n'ai pas à te juger. "

il se tut, après tout si elle lisait en lui elle comprendrait ce qu'il tentait de lui faire passer. Lui non plus n'était pas toujours très doué avec les mots … surtout face à ce genre de personne.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Lun 10 Déc - 23:12

Il sourit, Sanzo sourit ; pourquoi ? Parce qu’elle avait fait un effort pour lui parler ? Parce qu’elle avait des pouvoirs intéressant ? En tout cas, son sourire changea vite, alors qu’il commença à rougir ; les yeux de Rachel s’écarquillèrent, ses sourcils se levant. Cela y était, elle ne comprenait plus rien. Pourquoi rougir et baiser les yeux alors qu’il souriait l’instant auparavant ? Elle n’avait pourtant rien dit d’incorrecte ou… c’était parler de ses pouvoirs ?

C’était possible, mais il lui répondit quant même : sa mutation ne lui permettait pas grand-chose, courir plus vite, sauter plus haut, et ronronner. Pas de sens ou de capacités physiques accrus, pas de meilleur sens de l’équilibre, pas d’instinct surdéveloppé, juste le ronronnement et la fuite. Ouef, on avait vu plus utile comme mutation, mais au moins personne n’essaierait de l’utiliser, puisqu’il n’avait aucune valeur génétique. Pas de risque d’être considéré en fonction de ses pouvoirs, il serait juste un humain avec des traits félins ; un zéta, en un sens.

Il sourit à nouveau, la laissant dans l’incompréhension encore une fois ; il était heureux d’avoir fini par engager la conversation ou simplement content de parler ? Il se souriait à lui-même ou il souriait au monde ? A elle ?

Rachel ne savait pas, alors continua de le regarder sourire ; Amy, elle avait comprit ses sourires, pour la rassurer et lorsqu’elle progressait, même si sa transformation avait faussé tout cela. Sanzo, lui semblait sourire pour sourire, à mon que ce ne soit elle qui le fasse sourire. Et cela l’aidait un petit peu.

Elle essaya de lui sourire à son tour, un timide sourire, alors qu’il parlait.

"en tout cas j'ai pas de pouvoirs comme les tiens… faire bouger les choses, lire dans les pensées… remarque en y réfléchissant bien je me demande si c'est une si bonne chose… Je comprends mieux ton attitude, les gens ne doivent pas toujours t’apprécier… être avec une personne qui peut lire en soi… "

Le sourire de Rachel disparut immédiatement, tué dans l’œuf alors qu’elle baissait la tête de honte ; c’était vrai que les Télépathes n’étaient généralement pas les gens les plus appréciés, et elle-même avait été logée dans la chambre de trois télépathes parmi les plus puissantes au monde, pour être apte à la gérer, autant à résister à ses assauts Télékinétique par une résistance physique des plus performantes au monde qu’à ses capacités télépathique, son propre potentiel étant estimé par Xavier comme le sixième à l’échelle humaine, sachant que sous l’influence du Phénix il était sans limite…

L’hybride bougea, s’accoudant à ses genoux et posant son menton sur ses mains croisée, reprenant la parole. Il se moquait bien que l’on lise ses pensées, c’était quelque chose de rare ; il considérait n’avoir rien à cacher, il lui faisait confiance. « Il y a une grosse différence entre avoir des pouvoirs et les utiliser sciemment à mauvais desseins » ; cette phrase la frappa. On pouvait aussi les utiliser à mauvais desseins contre son gré, ou pouvait être manipulé, avoir un grand pouvoir, c’était avoir de plus grandes emmerdes, surtout.

"Je sais que tu ne me feras aucun mal volontairement... Et puis, je n'ai pas à te juger. "

La rousse releva le regard à cette phrase, dévisageant Sanzo ; qu’en savait-il ? Ne lui avait-elle pas fait du mal volontairement quelques instants plus tôt, avec sa boule de feu ? N’avait-il pas comprit à quel point elle était dangereuse ou refusait-il de le voir, comme tous les autres ? Plus important encore : pouvait-il réellement s’empêcher de la juger ? Ernest l’avait fait, c’était le seul à avoir réussit ; Amy l’avait jugée traumatisée, Cait’ mignonne, les Cuckoos comme à protéger… Seul Ernest ne l’avait jamais jugé, et désormais qu’il s’éloignait pour retrouver sa mère adoptive, c’était elle qui était laissée seule ; oh, il n’était jamais loin, mais pas assez présent à ses yeux. Sanzo pouvait-il le remplacer ? Surement pas, mais pouvait-il devenir aussi proche ?

Si elle n'essayait pas, elle n'en saurait rien. Le bouclier télékinétique qui la séparait de l'hybride s'évapora.

- Tu… tu ne sais rien de moi, de ce que j’ai fais. Comment peux-tu savoir que je ne te ferais pas de mal ?

S’interrompant, elle regarda vers l’Institut, n’étant pas sure de vouloir connaitre la réponse. Ses mains s’immobilisèrent, se posant sur Cerberus pour la maintenir au calme et la laisser se gratter seule le temps qu’elle enchainait sur la suite des événements. Un soupir, et elle reprit, ne laissant pas le temps à Sanzo de parler, sans crainte qu’il ne l’interrompe encore une fois, maintenant qu’il avait comprit que la parole de lui était pas facile. Mais pour le faire sourire, elle voulait bien essayer de faire des efforts.

- Je suis Télépathe, oui, mais cela ne signifie pas que j’use de mes pouvoirs en permanence, reprit-elle en regardant le jeune homme. Là, je suis normale.

Le phénix doré apparut sur son œil gauche alors qu’elle étendait son esprit, usant sciemment de ses capacités télépathiques.

*Et là je suis dans ta tête,* continua-t-elle mentalement, grattant à peine la surface, avant de se retirer vivement, le phénix s’évaporant.

Rachel baissa les yeux, un peu honteuse.

- Les gens devraient plus me craindre pour le fait que je peux raser l’Institut en une seconde que parce que je pourrais lire dans leur tête, soupira-t-elle tristement.

Regardant la petite boule de poils ronronnante entre ses mains, et l’effet calmant que cela pouvait déjà avoir sur elle, Phénix se demanda ce que pouvait bien avoir comme effet celui de Sanzo. Proportionnellement à la taille, il devait être bien plus fort.

Fermant les yeux, elle n’osait demander une démonstration ; elle-même en avait déjà faite une, mais ne voulait qu’il puisse en demander une en retour, ou que cela passe pour un échange de service. Pinçant les lèvres, elle resta silencieuse quelques instants. Roh, et puis zut, elle voulait l’entendre !

- Tu pourrais me montrer comment tu ronronne ? S’il te plait ?

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Mar 11 Déc - 8:13

Pensif, Sanzo écouta Rachel se livrer. Son contact mental fut si léger qu'il se demanda s'il n'avait pas rêvé. Elle l'avait fait avec une étrange douceur et retenue. Bon au moins elle ne lisait pas continuellement dans les esprits ...
Il allait lui répondre quand il fut surpris par sa dernière question. C'était la première fois que quelqu'un lui demandait de ronronner sans raison apparente. Le plus souvent il le faisait lorsqu'il était triste ou après un moment de stress pour se rassurer et surtout lorsqu'il était heureux. Enfant il le faisait systématiquement le soir, lorsqu'il était dans son lit et que Karl lui lisait une histoire. C'était devenu un rituel meme mais en grandissant cet état s'était peu à peu atténué.

Cependant il ne réfléchit pas longtemps, la jeune femme s’intéressait à lui, s'ouvrant d'une certaine façon. Trouvant sa demande bien plus importante que ses autres questions, il s'approcha un peu en glissant sur le sol. Tant pis pour le jean. Il s’arrêta juste avant que ses genoux ne touchent ceux de Rachel. Quittant les bras de sa maitresse Cerbérus vint s'allonger à moitié sur les 2 mutants. Son train arrière sur les genoux de Rachel, le bout de sa queue s'agitant mollement et les pattes avant allongées à leur maximum sur les jambes de Sanzo. Elle posa sa petite tête dessus et bien sur se mit à ronronner. Un dixième de seconde plus tard, Sanzo se mit aussi à ronronner. Plus doucement que Cerberus mais assez fort quand meme. Il se détendit rapidement. Sa queue s'affaissa et meme si ses oreilles restaient en mouvement, c'était des petits mouvements bien paresseux. Ses paupières se fermèrent à demi sur ses pupilles en fente. Un large et franc sourire étira ses lèvres. Un rayon de soleil et son bonheur aurait été parfait.
Un léger vent écarta la frondaison et le soleil coquin se mit de la partie. Sa douce chaleur envahit Sanzo, son ronronnement s’amplifia et meme déborda. Il se sentait en parfaite harmonie avec son environnement. Lors de ces moments de détente profonde il avait l'impression que ses sens se décuplaient. Le léger bruit des feuilles sous le vent, les bruits furtifs des rongeurs, le chant mélodieux des oiseaux. S'il avait fait un effort il aurait meme pu entendre les rires joyeux de leur condisciple mais il en avait pas envie. Et les odeurs … encore plus intense que les sons. Ses lèvres se retroussèrent sur ses canines il cherchait non seulement à les respirer mais à les gouter. Le goût de la terre poussiéreuse, la chlorophylle des herbes, la sève des arbres sans parler de l'odeur de la jeune femme. Une bonne odeur sucrée et celle plus forte de Cerbérus. Les odeurs, les sons tout cela contribuait à sa sérénité.
Il prenait conscience de ce qu'il était, de qui il était.
Si Rachel pouvait lire ses pensées en cet instant .. si elle aussi pouvait avoir accès à ce moment de bonheur … Sans sortir de son état, il tendit la main doucement vers le front de cette dernière (toujours sans la toucher) et d'une voix basse et tendre, vibrante à cause du ronronnement il lui dit
"viens … vas y lis … tu n'as pas à avoir peur … tu ne me feras aucun mal pas plus que tu n'en ferais à Cerbérus" Cette assertion était profondément encrée en lui. Elle ne lui ferait aucun mal … non pas qu'elle ne puisse pas le faire, il avait compris qu'elle était extrêmement dangereuse mais qu'elle ne voudrait pas le faire. Son père lui avait apprit qu'on avait toujours le choix. Le choix de faire souffrir ou celui de guérir, celui d'accepter ou celui de refuser. Il n'était pas aveugle simplement confiant … et puis s'il ne pouvait plus faire confiance …
Pour un peu il se serait roulé en boule sur les genoux de Rachel comme Cerbérus mais il se retint. Il ne voulait pas la forcer à quelque chose dont elle ne semblait pas prête. A elle de choisir...

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   Mar 11 Déc - 21:11

How To Save A Life (Album Version) by The Fray on Grooveshark

- Tu pourrais me montrer comment tu ronronne ? S’il te plait ?

Et il le fit ; pas de question, même pas de parole, un simple mouvement pour se rapprocher d’elle et se placer à quelques centimètres, Cerberus se décidant à faire le pont entre les deux, toujours ronronnante. Puis une nouvelle vibration vint se joindre, un autre plus timide et discret, mais plus puissant à la fois.

Elle le regarda fermer les yeux à moitié ; elle le regarda sourire, et sourit à son tour. C’était un sourire simple et sincère, un sourire qui n’avait rien de discret, dévoilant des dents blanches entre des lèvres épaisses ; un sourire d’enfant.

Rachel se laissa bercer par les ronrons simultanés, et alors le vent vers et le soleil se joignaient à la partie, chacun caressant de ses attributs, réchauffant la peu ou soulevant les cheveux, le chant de Sanzo se fit plus fort.

Il sourit encore plus, dévoilant des canines de chat ; elle en fit de même, même si elle n’avait pas de telles canines. L’hybride semblait heureux, en paix, et cette paix, il la lui communiquait également par sa vocalisation. Mais il voulut aller plus loin, tendant sa main vers le front de la rousse, lâchant quelques mots : il voulait qu’elle lise ses pensées, il ne voulait pas qu’elle ait peur, confiant dans le fait qu’elle ne lui ferait aucun mal. Pas plus qu’elle n’en faisait à Cerberus.

Rachel regarda la main, puis la boule de poil, sa bouche s’entrouvrant, son sourire laissant place à un léger tremblement. Elle n’avait pas peur, cependant, car elle comprenait. Elle comprenait ce qu’il voulait : lui faire partager son bien-être. Elle était surprise, et de ce fait, hésita.

Avec lenteur, elle passa une main sous celle de Sanzo, et l’autre au-dessus, prenant la main tendue avec plus de précaution que si elle avait été de cristal ; elle ferma les yeux à son tour, complètement, et pénétra dans son esprit.

Depuis combien de temps elle-même avait-elle été incapable de voir une telle chose ? Les flammes, surement. Des flammes qui ne se reproduiraient pas ici. Elle y croyait enfin, et savait qu’elle aurait une chance d’accomplir sa promesse si jamais l’inverse devait s’avérer.

Elle avait été incapable de le voir par ses propres yeux, mais à travers ceux de Sanzo, elle y parvenait. Il lui montrait le chemin comme personne n’avait osé le faire avant lui. Il ne lui avait pas dit qu’elle voyait mal le monde, il lui avait montré comment lui le voyait, la laissant libre d’y adhérer ou non.

Jamais Phénix ne se souvenait avoir vu le monde comme Sanzo Aoe, surnommé Silver Cat, le voyait ; il avait effectivement des sens plus affutés, mais c’étaient ce que percevait ces sens qui importait réellement, de même que l’harmonie qu’il en retirait. Le vent dans les feuilles, doux souffle de la nature, portait les chants d’oiseaux à qui savait écouter, rythmant une chorégraphie de rongeurs soulevant une poussière qui dansait à son tour, à travers les herbes et les branches, portée par le souffle en une harmonie que l’hybride percevait, sachant l’écouter et la sentir, sachant en profiter ; sachant en profiter et en faire profiter.

Dans la sérénité offerte en cadeau, ses espoirs n’avaient plus l’air chimériques, et son cœur n’était plus rongé par le doute ou la culpabilité, ils n’y avaient plus leurs places. En paix, et dans une paix qu’elle n’avait jamais connue. Pas même lorsqu’elle avait courut dans ce parc et ces bois, étant enfant, peut-être même à cette époque d’ailleurs, lorsque sa mère vivait encore ; mais elle n’était alors pas assez grande pour comprendre à quel point c’était beau. Aujourd’hui, elle le comprenait, et le voyait enfin.

Elle avait vu le pire, fait le pire et subit le pire, mais jamais elle n’avait vécu le meilleur que lui promettait l’hybride. Comme lui montrait l’hybride. L’harmonie, la paix, la sérénité, il les lui offrait sur un plateau, de bonne grâce les partageait avec elle. Quoi qu’elle eut put faire, il lui faisait confiance. Il n’avait aucune raison de le faire, mais le faisait quant même, c’était son choix. Il s’imaginait ce qu’elle pouvait faire, mais croyait fermement qu’elle ne lui voulait pas de mal.

Et c’était vrai. C’était même plus que ne pas vouloir lui faire de mal, elle voulait le connaitre, désormais. Elle voulait le protéger, elle voulait son amitié. Elle aurait put le connaitre en un instant, télécharger ses savoirs et sa mémoire, mais elle ne le fit pas, restant dans sa tête pour percevoir le monde comme lui, pour se fier à ses sens, pour partager sa paix intérieur.

La Grande Rousse réprima un sanglot, se courbant légèrement, yeux toujours clos, visage souriant malgré les larmes, les cicatrices et la marques du Phénix. Elle réprima un sanglot, non de tristesse, mais de joie. Son sourire s’élargit un peu plus alors qu’elle rouvrait les yeux, regardant Sanzo sans quitter pour autant le cadeau que lui faisait son esprit.

- M… merci…

Un mot, un simple mot ; bien insuffisant face à ce qui lui avait été offert, mais suffisant pour Sanzo.

Elle lui avait sourit, et continuait de lui sourire, tentant toujours sa main entre les siennes, laissant des larmes de joie s’écouler doucement sur ses joues face à la beauté de ce qu’il lui montrait, tant le monde que la paix.

C’était éphémère, elle le savait, mais désormais, elle saurait que chercher.

- Merci… Sanzo.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Silver Cat ... sitter [PV Rachel A. Summers]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande d'Evolution de Rachel A. Summers
» Rachel Summers [TERMINEE/TC]
» blue, gold and silver glitterbug
» combien pr 1 baby sitter ?
» recherche baby sitter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: