AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Mar 30 Oct - 20:30

CARTE
D'IDENTITE



[/url]©avatar


    NOM : Cameron

    PRENOM : Kiara

    ALIAS ET SURNOM : Shadowbane (sobriquet donner dans le milieu de la pègre) / Porsha (Nom de stripteause très connue dans le milieu) / Kiki (pour les intimes).

    AGE : J’ai 22 piges

    DATE DE NAISSANCE : Le 16/01/1990

    METIER : Terroriste / Voleuse / Ex-trafiquante de drogue pour le compte d’un cartel de la drogue /Ex-stripteaseuse / péripatéticienne à mes heures perdues.

    NATIONALITE : Américaine.

    GENRE : Femme.

    CLAN : Confrérie




Pouvoirs :





  • Description :


    “ Born to be survive ! ”
    Kiara Cameron.


    1.Création organique (pouvoir offensif) :

    Ce pouvoir est basé sur l’assemblage/désassemblages d’organes ou d’organisme vivant que je peux créer pour me procurer des avantages et des améliorations comparables à des biens matériels procurable autant dans un magasin que dans un arsenal standard quelconque : exosquelette, combinaison environnementale, tenue de camouflage, gilet pare-balle, couteaux de combat, armes létales / non-létale, jumelle, parachute, deltaplane, etc….... La seule différence, c’est que ces biens prennent la forme d’armes/équipements biologique et naturelle que mon pouvoir, m’autorise à concevoir.

      Améliorations physique : Pour commencer je suis en mesure de me créer une sorte d'exosquelette musculaire visqueux, lisse et noirâtre qui recouvre chaque centimètre carré de mon corps à l’échelle moléculaire et s’y compresse fermement sans la moindre gêne ou entrave à ma circulation sanguine. Équivalent à une seconde peau parfaitement hermétique et imperméabilisé, mais pour faire simple : visualisez plutôt ma combinaison de chaire comme un gilet pare-balle fait d’acier et de kevlar. Comme vous pouvez le voir il en découle une immense résistance face aux attaques conventionnelles, absorbant l’impact des balles d’armes à feux divers, des coups physiques de classe 3 et d’armes tranchantes. En plus d’être en mesure de réguler la température corporelle de mon corps pour me permettre de réguler ma température corporelle et me permettre de supporter des températures environnementales planchant de -70°C à 60°C, y compris dans en milieu aquatique. La structure organique de cet exosquelette joue le rôle d’extension musculaire qui vient soutenir ma morphologie afin d’accroitre ma force musculaire. Du coup je peux facilement soulever, tracter et presser des objets avec une force de classe 3 sans être blessé ou épuiser par mon utilisation. Cette force surhumaine affecte aussi sa mobilité, capable d’effectuer des bonds de 8 mètres de haut, pour 10 mètres de long, et de courir à une vitesse de 90 km/h et 130 km/h en sprintant. Malgré son imposante résistance, cette combinaison organique demeure très vulnérable face aux acides, attaques thermiques type lance-flamme, au froid extrême, aux déflagrations, a l’électricité ainsi qu’aux armes blanches fait en alliage peu orthodoxes comme l’adamantium, le vibrarium et le carbonadium (seul l’ormium fait exception a la règle). Il ne faut pas oublier que ce n’est pas du bio-métal !D j'ajoute égaleemnt que : plus ma combinaison organique sera déchirée et plus je me montrerais vulnérable contre toute attaque conventionnelles. Sans elle, je me montre aussi vulnérable qu'une simple humaine n'ayant rien sur elle. Ce qui ouvre une large brèche que mes adversaires peuvent exploiter.

      Il prend l’aspect d’un costume surmoulant noirâtre , avec un énorme motif sur mon torse représentant une araignée stylisée blanc contrastant avec le noir (dont les raisons sont décrite dans la partie " histoire "). Pour plus de discrétion avec sa combinaison organique, je peux lui faite imiter n’importe quel vêtement existant, au même titre que ma combinaison organique personnalisable (mais dont les avantages ne changent pas) auquel je peux l’arborer indéfiniment jusqu'à l’épuisement total de mes ressources. En plus du confort exceptionnel qu’il offre, c’est le fait que mon sens du toucher est parfaitement conservé. En réalité, d’innombrables terminaisons nerveuses parcourent la combinaison, suintant à travers les pores de mon épiderme corporel et établissent une connexion directe à mes nerfs. Les deux marques blanches sur le masque n’obstruent pas ma vue puisqu’elles sont connectées a mes nerfs optiques. Le masque intégral en lui-même ne fait qu’un avec mon visage, ma bouche et mon larynx, se perdent et complexifier dans mes voies respiratoires, filtrant l’air raréfié ou empoisonné par des gaz toxiques ainsi que l’oxygène dissous dans l’eau. Mêlé à des expansions palmées au niveau des pieds et des doigts développés par mon pouvoir, cela me permet de respirer sous l’eau, de nager aussi vite que si je courais sur terre, ainsi que de pouvoir plonger jusqu’à 3 000 mètres de profondeur grâce à la résistance de ma combinaison vivante Au-delà je ne m’y aventure jamais car la présence très réduite d’oxygène, j’étoufferai par le manque d’oxygène avant de sombrer dans l’inconscience et t d’en mourir en moins de 5 minutes. Sans oublier la résistance insuffisante face à cette différence de pression énorme. Mais cela ne s’arrête pas là. Il me confère une voix inhumainement aiguë et un rugissement bestial sortit tout droit d’un film d’horreur, protégeant ainsi mon identité. Il altère également mon aspect facial en me conférant une bouche très large qui peut s’élargir jusqu'à mes oreilles et me donné une image très intimidante de moi. Garnie de dent aiguisée et longue de 3 centimètres qui sont le prolongement de ma propre dentition, avec une 1 tonne de pression dans ma mâchoire. De quoi déchiqueter la chair et les os comme du beurre. Ainsi qu’une langue préhensile longue de deux mètres qui vient parfaire l'aspect monstrueux que je vêtit. Bien évidement, je peux dissimuler cette bouche effroyable sous mon masque et l'exposer quand bon me semble.

      Cette chair visqueuse est pourvue d’une myriade de micros griffes (conçu en même temps que mon exosquelette) qui me permette d’adhérer sans problème au sol, aux murs et plafonds faits en bois, en béton, en plastiques, en métal et en briques avec n’importe quelle partie de mon corps enveloppé dans la texture. En revanche, la dernière chute que j’ai faite après avoir tenté d’adhérer sur un mur en verre, lors d’une mission, m’a confirmé le contraire. Je peux me déplacer aussi bien en marchant qu’en courant sans s’y décrocher.

      Améliorations visuelles : S'il m'est possible de créer un exosquelette organique complexe octroyant de nombreux avantages sur le terrain, ca l'est encore plus pour la possibilité de me conférer des avantages sensorielles et plus précisément la vision. Tout en demeurant des améliorations temporairement étant donner qu'elles disparaissent automatiquement par ma seule volonté ou si je " tombe dans les vapes ". Le processus est simple ! Je créer divers micro-capteurs cellulaires sous forme de bâtonnet dans les marques blanches de mon masque, ce qui me donne 2 modes visuels que je peux interchanger en modifiant juste la structure des capteurs : Une nyctalopie pour voir pleinement dans le noir le plus total ainsi que la vision thermique pour détecter une présence humaine par leurs signatures thermiques. Je ne suis pas non plus obligé de garder ces améliorations visuelles en permanence puisque je peux les retirer comme bon lui semble, étant donné qu’ils ne sont que des extensions organiques. Pour la simple et bonne raison que ce boostage des sens donne en retour un handicap assez pénible. En effet, je deviens fortement déstabilisée par les flashes aveuglants affectant profondément sa vision.

      Armes / extensions organiques diverses : Après vous avoir cité plus haut ce dont j'étais capable de faire avec ce pouvoir, alors c'est un jeu de d'enfant pour moi de fabriquer des excroissances « solide » telles que des griffes acérées et rétractables de dix centimètres sur mes doigts comme sur mes doigts de pieds. Faite dans une kératine suffisamment dense pour pouvoir, avec le soutien de ma force surhumaine conférer par mon exosquelette, trancher l’acier, ainsi que d’enfoncer entièrement mes griffes (soit 6 centimètres de long) dans la tôle d’une voiture.

      Ou encore de générer des protubérances sous forme de tentacules, aussi gros que mon bras, qu’elle est à même de contrôler jusqu’à une vingtaine. Chacune possède la même résistance que ma combinaison organique et peut s’étendre sur une vingtaine de mètres, dont la force est répartie par la puissance musculaire de mon exosquelette (Force classe 3 divisée par X tentacules). Cela veut donc dire que ces excroissances tentaculaires n’augmentent pas ma force, bien au contraire. Celles-ci peuvent sortir de n’importe quelle partie de mon corps, aussi bien mes jambes, mes bras, sur mon dos ou encore sur mon ventre. Rendant mes attaques imprévisible, dans l’unique but de mutiler, embrocher, broyer et déchiqueter mes proies. Ou même encore, de me mouvoir avec si quelqu'un / quelque chose m'aurait sectionner les jambes. Toutes peuvent devenir des gueules garnies de crocs de langues baveuses.

      Dans le cas ou j'aurais subis des blessures / plaies suffisamment béantes pour être victime d'une hémorragie externe très importante (suite a un affrontement), je peux me servir de mes excroissances organiques pour obstruer intégralement mes blessures étant donné que ce sont des extensions cellulaires de mon organisme. Celles-ci se désagrègent à mesure que mon second pouvoir (que nous aborderons après) se charge de cicatrices ces mêmes blessures. Au moins cela m'évite de mourir suite a une perte critique d'hémoglobines !

      Sur chaque revers de mes mains, je peux concevoir un orifice auquel je peux projeter des toiles organiques blanche et collante que je peux usé pour : me déplacer d’immeuble en immeuble, capturé mes ennemies ou encore de les étouffer par une toile déployer. Disons que je me suis inspiré de l'homme-araignée en concevant cette arme biologique. A vu d’œil, je dirais qu'elles peuvent être projetable à une distance de vingt mètres et être déployer d’une envergure semblable, pour une résistance élastique de 1 tonne par mm². Une fois émise, cette toile se désagrège au bout d’une heure.

      Et pour couronner le tout, je peux développer des ailes membraneuses d’une envergure de 7 mètres, calquées sur le modèle des chauves-souris qui, une fois déployées en pleine chute, réduisent la vitesse de mes chutes de 90% tout en me permettant de planer dans les airs. En gros, c'est une fusion parfaite entre le parachute et le deltaplane ! Donc contrairement au apparence, je suis incapable de m'en servir pour voler dans les airs de la manière qu'un oiseau par l'absence de muscle suffisamment puissant pour battre des ailes.



    2. facteur guérisseur (pouvoir passif) :

    Mon facteur n’est pas l’œuvre de mon gène X, contrairement au pouvoir ci-dessus, mais bien un prolongement de celui-ci. Son émergence s’est produite dès que j’ai commencé à utiliser mon don de création pour soigner de profondes blessures en les rebouchant. Mais sans que je m’en rende compte, cette substance organique s’est infiltrée dans mon organisme, altérant littéralement leurs fonctionnements ainsi que leurs aspects en fusionnant avec ces derniers pour ne faire plus qu’un. Donnant ainsi naissance à mon facteur régénérateur ainsi que les effets secondaires qui en découlent. Bien que cela ne soit pas visible, tous mes organes internes ont pris la même teinture que mes créations, ainsi que la couleur violette et à la liqueur plus épaisse de mon sang par la présence de ces espèces de « globules-parasites » qui ont remplacé mes globules blancs et rouges. Tous comme l'intégralité de mes muscles ainsi que mes os qui ont viré au noir. Mon sang, tout comme la quasi-totalité de ma structure cellulaire et osseuse de mon corps se régénère constamment. Sa vitesse est telle que mon processus de vieillissement est ralenti de façon démesurée, rallongeant ainsi mon espérance de vie. D'après une étude poussée par un savant de mon ancien patron, je pourrais encore fouler la terre jusqu'à 400 ans. Il me procure un système immunitaire suffisamment puissant pour pouvoir me conférer une formidable résistance et guérison surhumaine contre toutes formes de maladies, toxines et poisons naturels connus sur terre, sans en être immunisé pour autant. Leurs effets bénins ne me donneront pas de symptômes caractériels, tandis que les effets les plus virulents m’affaibliront, mais je n’en mourrais pas. Ça concerne aussi pour les effets néfastes de n’importe quelles drogues. Elle diminue drastiquement la production d’acide lactique émis par mon organisme, responsable de la fatigue musculaire, ce qui a pour effet de m'octroyer une endurance surhumaine. Je suis donc capable d’utiliser mes pouvoirs, d’effectuer des activités ou encore se battre pendant 4 heures d’affiler sans ressentir la moindre once de fatigue (soit deux fois plus que Haile Gebreselassié, l’homme le plus endurant au monde), après quoi la fatigue commence à se fait bien sentir comme pour tout le monde, et un repos bien réparateur est primordiale. Si ce facteur me donne un immense avantage, il me donne aussi un désavantage qui s’avère être très gênant. En effet, mon organisme combat même les produits chimiques comme l’anesthésie. Du coup je suis très embêté le jour où je dois subir une opération chirurgicale, d’autant plus qu’une tentative de transplantation d’organes échouerait sur le coup, car mon facteur guérisseur rejettera cet organe étranger.

    Les blessures superficielles (égratignures, éraflures, brulures au 2ème degrés, dents cassés......) se reforment en moins d’une minute, ne laissant plus aucune trace de cicatrice. Quant aux blessures profondes et gravissimes (comme les organes perforés / détruit tels que le cœur, l'œil, un poumon, les os fracturés, les lacérations profondes et les brulures aux troisièmes degrés) elles sont plus longues à guérir, mais il faut moins de 15 minutes pour que toute trace des plaies disparaisse. Tout corps étranger ayant pénétré mon organisme (balles, nanobot….) se fera expulser progressivement pour finalement être délogé en moins de 30 secondes. Une chose est certaine, un membre amputé ne pourra pas être régénérable. Mais en revanche, je pourais quand même rattacher les muscles et les tendons déchiqueter d’un bras ou une jambe couper, juste en recollant le membre en question à son emplacement d’origine. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que si l’on me décapite, qu’on me coupe en deux, qu’on m’explose dans la déflagration d’une grenade ou encore de m’écraser sous un rouleau compresseur (on ne pas faire toute la liste, quoique c’est déjà fait…), ben c’est terminé pour moi. Autre avantage plutôt intéressant, cette régénération constante me procure en quelque sorte la possibilité de ne pas succomber par hyperalgie, c'est-à-dire mourir par une sensation douloureuse d'intensité anormalement élevée suite à une stimulation douloureuse. Certes je peux toujours m’évanouir, mais la tolérance surhumaine que ce pouvoir de donne ne fait que repousser les limites du supportable à mon cerveau, sachant que je n’ai aucune maitrise sur ce pouvoir. Et c’est ce que je déteste le plus chez ce pouvoir, car le jour où je dois subir une séance de torture de ce qu’il y a de plus inhumain, mon supplice n’en sera que plus long……et plus cauchemardesque. Je doute même qu’après ça ma santé mentale soit encore intacte.


  • Niveaux de maitrise :


    " One more picture for my family album, like this I will not forget I were too dumb. "
    Kiara Cameron.


    Et bien jusqu’ici j’ai une bonne maîtrise de ma capacité à création organique, du fait de son utilisation dans ma vie quotidienne qui m’a permis de mieux apprivoiser mon pouvoir. Le minimum syndical pour pouvoir activer mes pouvoirs instinctivement en cas de danger. Malheureusement, certaines émotions violentes comme la haine, la colère, la peur et la tristesse peuvent influencer mon pouvoir. Ça s’est déjà produit lorsque je voyais les purificateurs en train de tuer mon grand frère à petit feu. Elles peuvent déclencher subitement le revêtement de mon exosquelette organique, partiel ou complet. Il n’est pas rare non plus qu’elle prolonge involontairement ma dentition sous forme de crocs lorsque la colère et la rage prennent le dessus sur moi. En arborant ma combinaison organique dans cet état, je perds tout contrôle de ma force surhumaine et de blessé grièvement et inconsciemment mon entourage. Contrairement à mon facteur guérisseur qui n’est pas affecter et c’est on ne peut plus raisonnable. Ce qui veut donc dire que mes pouvoirs sont en cours d'évolutions et peuvent évoluer sous différentes facettes.

    Bien entendu, je suis encore très loin d’avoir exploité toute l’étendue de mon pouvoir ainsi que ses aspects encore inexplorés. Tout simplement, car les applications de mon pouvoir de création sont presque infinies puisqu’il fait appel à mon imagination, mais quelques évolutions importantes méritent d’être citées. Il sera fort probable que je puisse un jour être doté d’une super force et d'une super résistance après avoir améliorer mon exosquelette, de super sens conçus par ma capacité d’assemblages organiques. Mais également la possibilité de pouvoir voler en améliorant mes ailes servant a plané dans les airs. Des améliorations de mon facteur guérisseur ouvriront les portes à une possible immunité biologique, une super endurance et peut être un arrêt total du vieillissement de mon métabolisme. D'autant plus que repousser les limites de ce même facteur en le mettant à rude épreuve n’est pas improbables. Bien sûr, certaines de ces évolutions seront faciles à maîtriser tandis que d’autres seront plus difficiles à gérer.

  • Lien entre les Pouvoirs:


    « It's a dog's head, legs and tail of a dog, so it's a dog. And the same goes for assholes »
    Kiara Cameron


    Il s’agit là de deux facettes d’un seul est même pouvoir : la conception organismes et des organes pour créer des améliorations organiques/excroissances/organes. D’ailleurs, mon facteur régénérateur provient directement de sa capacité de création. Comment j'ai fait mon compte ? Disons que lorsque j'ai eu recours à des excroissances organiques pour obstruer des blessures faites au cours de ma vie de truande, j'ai déclenché involontairement un processus d'altération de mon organisme causer par ces mêmes excroissances organique. Donnant ainsi naissance à mon facteur guérisseur.


Description Physique :








  • Apparence :

    “ I have motherfucking ass of steel ! ”
    Kiara Cameron.


    Il est clair que j’ai une beauté étourdissante à faire tourner les têtes, le genre de femme qui ne laisse pas indifférente sur le plan esthétique et qui sait capter l'attention des hommes dès son entrée sans avoir à fournir énormément d'efforts, car une certaine partie de son anatomie s'en charge très bien à ma place. Une plastie mêlée de tic habituel telle que le dandinement des hanches, triturant mes doigts ou mes cheveux ou encore le fait de glisser une main sur mes cheveux pour dégager ma vue obstruer par une mèche rebelle. Que dire, une apparence de jeune femme dans la fleur de l'âge, jeune et aussi fraîche que la rosée du matin ! Bien sûr, une telle description est bien trop sommaire pour me décrire, alors commençons par le commencement en entrant dans les détails.

    Mon visage :

    Ma tête siège une longue chevelure d’ébène volumique aussi soyeuse que du velours, qui s'écoule en cascade jusqu’en dessous de mes épaules pour aller chatouiller mes omoplates et mon cou gracile supportant ma tête bien remplie. Glissant telles des serpents qui ondulent et qui flottent au grès du vent. Dissimulant sans problème mon front légèrement proéminent. Comme toutes les Afro-Américaines, je suis né avec des cheveux frisé, presque crépu, c’est pourquoi je les entretiens très régulièrement avec une recette capillaire de ma grand-mère qui nourrit mes cheveux jusqu’aux racines et que j’achève en les lisant à l’aide d’un lisseur, sans qu'il ne manque un poil de cheveux malgré le lissage répétitif. Une coiffure encadrant un joli minois légèrement ovale, un peu anguleux, mais mon faciès aux traits négroïdes se veut féminin et très doux. Des pommettes hautes pour un menton fin et aplatit. Une dentition parfaitement aligner se cache derrière ma bouche humide aux lèvres pulpeuses et sensuelles appelant à la convoitise. Des lèvres laissant filtrée une voix au timbre chaud et suave qui excite toutes les envies et fantasmes des hommes. L’intonation de mes cordes vocales me permet même de chanter comme une star du RNB. Mais encore faut-il que j’aie la volonté de le faire. Sans parler de mes yeux de biche bordés de longs cils qui possèdent des pupilles comparables à un trou noir qui aspire la conscience de celui ou celle qui pointe ses yeux sur les miens. Un regard qui, lors de mes crises de nerfs, perd totalement l’allure joviale et sociale qu’il pouvait montrer pour se transformer en de véritables nuage noirs crachant des éclairs. Si je pouvais manier la foudre, mon regard jetterait des éclairs chaque fois que je serais contrarié, et la source de mon irritation serait foudroyée sur place. Tout comme il peut dégager un air enjôleur qui ne dit qu'une chose : " Je veux jouer avec toi ! " au même titre que mon sourire. Si envoutant soit-il qu'il pourrait faire damner un saint. Mes sourcils fins et arqués, couplés avec mon petit nez épaté accentuant ma beauté africaine qui se fond parfaitement avec ma belle peau chocolatée au contraste éclaircit. Imberbe, respirant la santé, dénuée de tout grain de beauté et autre imperfection. Ainsi que des oreilles aux lobes percées par une paire de boucles d'oreille.

    Mon corps :

    Je n’ai peut être pas une silhouette imposante, mais je n’ai pas non plus une silhouette filiforme avec mon mètre 73 pour 61 kilos, j'en tire même une certaine fierté de ne pas avoir à lever la tête pour parler à certains hommes la plupart du temps. Je suis pourvue d’un gabarit svelte et tonique qui fait la force de mon charme physique, fruits de mes années d’entretien physique en gym que je perdure par ma pratique assidue aux exercices sportifs. Il en résulte un corps flexible comme une liane dans les limites du genre humain. Mon corps est donc un atout, ma beauté distrait et mon agilité compense mon manque de force. La partie supérieure de mon corps expose des épaules arrondies auquel découlent deux bras pourvus de fines mains terminées par de longs doigts agiles aux ongles parfaitement manucurés. Suivi d'un buste finement musclé soutenant une belle poitrine opulente et arrogante qui saura combler les amateurs d’obus. Jumeler par un clivage suffisamment ferme pour défier les lois de la gravité sans montrer le moindre signe d’affaissement. Mais lorsqu'on laisse descendre son regard, pour peu qu'on y arrive, vous découvrirez alors un ventre plat auquel se dessinent légèrement des muscles abdominaux parfaitement sculptés, trahissant mon penchant pour les entrainements physiques réguliers. Pour un tour de taille légèrement en forme de sablier, proportionnel et harmonieux avec ma corpulence. Certes, ça n’a rien à envier d'un mannequin, mais ça met plus en valeurs mes autres formes qui compensent largement ce défaut. Vu du côté pile, je suis d'autant plus sensuelle par mon dos charnu aux reliefs mouvants pour une chute de reins naturellement courbée, exhibant ce qui a de mieux en matière de cambrure sexy. Mais la lascivité se dévoile au grand jour sur la partie inférieure de mon corps à travers le doux balancement de mes hanches aux courbes évasées qui se meut à merveille avec la rondeur délicieuse de mon fessier ferme et rebondi, sans une quelconque trace de cellulite ou de graisse inutile. Ainsi que de longues jambes fuselées et aux galbes musculeux, tels deux rails pour les hommes qui rêvent secrètement de visiter ma gare. Cela se poursuit par des genoux délicatement bosselés aux mollets athlétiques pour s'achever par des pieds fins aux ongles bien taillés. S'accouplant à merveille avec ma démarche féline et assuré révélant une gestuelle prête à faire baver le loup de Tex Avery.

    Mes vêtements :

    Parlons un peu de ma partie favorite : le côté vestimentaire. Ma garde-robe comporte pas mal de survêtements décontracté et confortable en tous genres : minishort, vestes, Sweet-shirt. Bref, tout ce que vêtissent les femmes du ghetto. Mais ce sont plus les tenues moulantes et extensibles qui composent en grande partie cette même garde-robe et dont je me vêtis le plus souvent afin de mettre en valeurs mes formes aguicheuses, tout en laissant une bonne partie de mon corps à découvert. C'est de loin mon type de vêtement favori, d'ailleurs impossible de résister à ces vêtements qui me collent à la peau et qui accentuent ma taille et mes formes, épousant chaque centimètre carré de mon corps pour me procurer une liberté de mouvement quasi total. La tenue la plus utilisée est un ensemble comportant un legging noir en cuir moulant de très haute qualité assortie d'un petit chemisier bleu en satin et d'une somptueuse paire de talons aiguilles. Leurs textures m’importent peu, tout ce qui compte c’est que ça colle parfaitement à la peau. Mes habits sont d'ailleurs souvent, impeccables : je prends grand soin de les entretenir avec toutes sortes de produits d'entretien spécialisés pour les vêtements faits dans une texture spécifique, cherchant toujours à donner une impression de perfection.

  • Signes Particuliers :


    " Hellooooooo ! You found me when I couldn't do it myself ! "
    Kiara Cameron


    Ben déjà il y a bien l’aspect assez particulier de mon sang, mais seulement si j’ai une hémorragie provenant d’une plaie visible. Ensuite j’ai un tatouage au bras gauche représentant une fleur, puis un autre sur la fesse droite avec écrit " Fasty ". Bien entendu, ce dernier est plus discret que l'autre pour une raison évidente ! Sans parler de mes tenues vestimentaire à la limite de l’indécence dont on imagine mes courbes, le genre de vêtements qui ne révèle rien de choquant tout en laissant parfaitement deviner ce qu’il y a à deviner !



Caractère :






“ I always said, if there was a way to go, it's have something to do with douchbag . ”
Kiara Cameron

  • Mental :


    Mes défauts :

    S’il y a bien une chose que beaucoup de gens me reprochent, c’est bien mon don pour m’attirer des ennuis pas possibles par mon attitude provocante. Mais d’un côté je ne me laisse jamais marcher sur mes pieds par qui que ce soit, avec moi c’est « œil pour œil, dent pour dent » et rien d’autre ! Comme quoi j’ai tendance à me faire plus d’ennemis que d’amis. Je n'aime pas non plus d'être commandé ! Enfin cela dépend qui c'est qui le commande et comment, car oui, il y a une façon de commandé. Il y a commandé et commander. Sauf si la personne se trouve être mon supérieur et ça l'est encore plus s'il s’appelle Magnéto bien sûr. Après tout c’est le « big boss » de la confrérie, nan ? Car il faut bien se mettre dans la caboche que je suis toute sauf calme et patiente. Déjà qu’à mon ancien bahut j’étais considéré comme la chipie de service à toujours faire la mariole pour tout et n'importe quoi. Une fois, j’ai failli me faire virer une dizaine de fois de mon ancien bahut (lycée) pour avoir enterrer vivant l’une de mes camarades dans le cimetière local par pure plaisanterie, après lui avoir passé un chiffon de chloroforme sur la figure dans le coin d'une ruelle, mais il vaut mieux oublier ce souvenir. Comme vous pouvez le voir je peux même partir dans des délires pas possibles qui peuvent faire rire tout le monde ou moi même tout simplement et cette dernière est la plus fréquente. Pour tout dire, personne ne m’a vu sérieuse mais est-ce que ça vaut le coup de toute manière ? Je suis ce que je suis, point barre ! Certes j’ai de nombreux défauts également, mais qui n’en possède pas, hum ? Quoi d'autre encore......ah oui, je suis aussi une fouineuse invétérée, une véritable chipie qui ne réfléchit pas aux conséquences de ses actes. Ma curiosité prend le dessus à chaque minute de ma vie et ça beaucoup de gens me l'ont dit ! il m'arrive donc souvent a pointer le bout de mon nez dans des endroits mystérieux, d'écouter furtivement des conversations secrètes ou encore de poser des questions épineuses sur des sujets sensibles. Vous l'avez deviné : quand j'ai une idée derrière la tête, je ne l'ai pas au cul. Ce vilain défaut m'a causé pas mal de désagrément comme le fait de se pointer au mauvais endroit au mauvais moment, mais j'oublie très vite ces tracas causer par ce même défaut que je continue de satisfaire. Lunatique sur les bords, je peux facilement passer d'un calme résigné à une explosion de colère suivant la tournure des choses, en particulier lorsque quelqu'un a le malin plaisir de toucher l'une de mes cordes sensibles. Chose fortement déconseillée à faire sous peine de passer un sale quart d'heure avec moi, foi de Cameron !

    Je ne passe pas non plus par quatre chemins pour dire le fond de mes pensées et je me fiche éperdument que cela remue le couteau dans la plaie d’autrui. Avec moi, pas de place pour la subtilité et la délicatesse ! Je suis pour ainsi dire une jeune femme très honnête dans ses propos et j’assume pleinement mes faiblesses en l’avouant pleinement. Oui, je montre une image faible de moi et alors !? Ne pas l’avouer est également une forme de faiblesse en soi, non ? Car c’est bien sous cet angle que je vois la chose. Mais s'il y a bien une chose qui me caractérise, ce sont bien mes tics. Quand je ne capte pas quelque chose, soit je me gratte la tète ou bien je penche la tête sur le côté, dessinant une expression des plus perplexe. En revanche et j'insiste : je ne tolère pas l’hypocrisie et je n’hésite pas à devenir menaçante dans mes propos. Histoire de faire comprendre à mon interlocuteur qu’il vaut mieux éviter de jouer à ce petit jeu avec moi. À mes yeux la confiance est d’or. Détruisez-la et vous subirez mon courroux. Et si cela doit passer par la case « combat » alors ainsi soit-il, ce sera avec violence que je remettrais la personne à sa place. Lorsque ce n’est pas avec mes coups, c’est avec mes vannes salaces bien placer que je riposte et il s’avère qu’elles se montrent plus efficaces que le contact physique. Car en effet, j'ai un don inné pour moucher mes interlocuteurs d'une pique acérée de joutes verbales bien placée, suintante d'ironie et d'humour pas forcément fin. Une façon de rappeler a ceux qui me cherche des noises, consciemment ou pas, qui mène la danse, du genre : « Remonte ton froc ! C'est toi qui dois le mettre, pas le sol ! » «on raconte que c'est les Chinois qui cause ces tremblements de terre en creusant la planète pour trouver du pétrole...ouuuu....c'est ta mère quand elle se lève le matin ! » ou encore « Comment tu aimes les œufs ? Frit ou brouillés ? » (avant de broyé les burnes d'un emmerdeur à coup de pompe). Bien entendue j’en garde beaucoup d’autres en réserve. Je sais, ce n’est pas la meilleure façon de démarrer une bonne relation, mais faut se mettre en tête que ceci n’est que le fruit des horribles séances de tortures subites par les purificateurs qui m'ont endurcie. Accompagné d’une perte de foi en l’existence d’un Dieu unique.

    Mais ce qui fait mon pire défaut c'est bien mon caractère ombrageux et soupe au lait naissant des sévices tourmenteuses de ces mêmes tortionnaires. Si un abruti a le malin plaisir de m’insulter gratuitement, de me provoquer ou encore de se foutre de ma gueule, alors là vous pouvez être sûr que je le reverrais illico presto à l'hospice, emplâtré avec une tonne de point de suture et tétraplégique à vie après lui avoir imprimé les 10 phalanges de mes poings sur sa face. Quand l'envie de tuer ne me consume pas bien évidemment. Mais le plus terrifiant reste mes colères noires qui me plongent dans une sorte de transe proche d’un état de berserk, dans l’unique but d’éclater la « galoche » de mon adversaire jusqu’à ce que mort s’ensuive. Dans ces moments-là, je suis sans gêne et sans réelle pudeur. Je ne fais plus les choses dans la demie-mesure sans prendre de gants.

    Quoi d’autre encore ?.......

    Et comme si cela ne suffisait pas, je suis une rancunière revancharde qui ne tolère en aucun cas les humiliations cuisantes. Dans ces cas-là, autant vous dire de suite que je n’hésiterais pas à laver l’affront à coup de vendetta violente, n’éprouvant aucune pitié, ni compassion pour la pauvre victime : seulement de la satisfaction. Vous êtes donc prévenue......

    Mes qualités :

    Après cette énumération de défauts, il est normal de penser si je ne suis pas un garçon manqué vide de toute trace de féminité tant dans son attitude que dans sa manière de pensée. Avouez-le, hum ? Et bien il n'en est rien ! En règle général je suis souriante et agréable envers mon entourage ou bien avec des inconnues, teinté d'une bonne touche de féminité autant dans ma façon de m’exprimer et d’être. Et comme pour la grande majorité de la gente féminine je suis une arachnophobe qui n'hésite pas une seconde à écraser la vilaine bébête avec un journal enrouler ! En espérant que ce ne soit pas une araignée sauteuse. Je ne supporte pas non plus de vivre dans une chambre aussi propre et organiser qu'un dépotoir, cela me rappelle les fois où je dormais dans ces vieux motels délabrés. Soit je change de chambre sur-le-champ, ou bien j'y passe le ménage en profondeur et je ferais bouffer le balai et la serpillière a celui ou celle qui y laisserait un bazar pas possible. Sans compter l'importance cruciale que j'ai de prendre soin de mon apparence, passant même des heures entières à m’admirer devant un miroir.

    Tisser des liens amicaux avec moi est loin d’être difficile, c’est juste qu’il faut faire preuve de patience avec moi, car je ne suis pas du genre à me tenir à carreaux. Ceux qui ne possèdent pas de patience ne resteront pas très longtemps avec moi, surtout ceux qui arrivent à supporter mon humour particulier. Ensuite, il faut vraiment que la personne en question en soit digne. On ne fait pas confiance à quelqu'un de dangereux ou d'instable mentalement, ni même à quelqu'un de louche ou de fourbe. Bien évidemment je ne suis pas non plus une grosse parano se méfiant de tout le monde à tout bout de champ. Disons juste que je me sens plus à l'aise avec les gens qui m'ont l'air d'être sympathiques. C'est clair que l'individu qui a une trogne de Stallone croisée avec celle de chewbacca ne m''inspira pas du tout confiance. Tous ça pour dire que je me méfie très souvent des apparences, mais une fois que vous avez toute mon estime je deviens quelqu’un avec qui on peut compter et avec qui on aime partager de bon moment, si bien qu’on ne s’ennuie jamais avec moi. Je suis très blagueuse et j’ai le rire facile. Il ne faut pas s’étonner de me voir sortir des blagues cul-cul la praline, des jeux de mots et autres calembours stupides, quand je ne suis pas en train de faire des allusions graveleuses ou de chanter des chansons paillardes. Accentuant mon côté « cruche ». Cela se reflète comme sur du cristal dans ma façon de m'exprimer. Être prise pour une abrutie à la morale légère ne me dérange pas, puisque ça permet de prendre à revers les gens me jugeant un peu trop facilement. Je deviens aussi une fidèle amie avec qui on peut compter sur soi et qui n’abandonne jamais ses coéquipiers dans la merde, même si pour cela je dois mettre ma vie en danger. Plus mes liens d'amitié et fort, plus je deviens quelqu'un d’attentionné, de protectrice et de très aimable envers tel ou telle personne. Je la réconforte du mieux que je le peux quand ses heures sombres l'accablent, je la protège contre quiconque lui veut du mal et je lui égaye sa vie dans les moments de solitudes. En d'autres termes : Gagner toute mon estime et je deviendrais votre meilleure amie, limite une maman poule.

    D'ailleurs justement en parlant de confiance, c'est quasiment la valeur qui vaut la peine d'être défendue. Une valeur que je respecte comme un samurai régissant sa vie à travers son bushido. Quand je promets de tenir une promesse ou une parole, je la respecte jusqu'au bout de mes engagements, sans distinction entre mes amis et mes ennemis. Jamais vous ne me verrez tuer un otage par un élan de cruauté après avoir reçu la rançon demander. Je ne tolérais pas non plus qu'un de mes alliés ou de mes ennemies commette cet acte et c'est avec une sévérité méticuleuse que je châtierai la raclure qui n'a pas tenu ses engagements. Allié comme ennemie, personne n'échappe à la règle. C'est l'un des rares moments ou je suis sérieuse à 300%, après celui où je suis en missions.

    Doté d’une volonté inébranlable et d’un mental d’acier hériter de mon paternel, en mission comme dans la vie quotidienne, je vais jusqu’au bout de mes intentions et je n’y renonce pas tant que je n’aurais pas accomplir mes objectifs. Vous pouvez être sure que je ne détalerais pas comme une lapine face à un mutant plus fort que moi se dresserait devant mon but. Je ne supporte pas non plus de tourner le dos à quelqu’un, préférant encore partir à reculons. Peut-on qualifier ceci comme une qualité ou un défaut ? À vous de juger…….

    Sans oublier une détermination qui servira de preuve d’allégeance parmi d’autres envers la cause que je défends : celle de la cause mutante. Je n’ai peut-être pas froid aux yeux, mais je ne suis pas suicidaire. Jamais je ne tenterai le diable face à un mutant capable de me désintégrer en un clin d’œil. Il y a une grande différence entre le courage et l’inconscience. Je ne vois pas l’échec comme une fatalité, mais bien comme un moyen d’apprendre de mes erreurs et de devenir plus forte à chaque nouvelle étape plus difficile que les précédentes, car apprendre est chez moi une seconde nature depuis que je suis gamine. C’est comme ça que j'arrive à devenir plus forte à chaque nouvelle étape franchie. Telle est mon secret. Je garde toujours confiance en moi, car c’est pour moi la clé de voute menant à la réussite. Sans elle, peu importe les efforts effectuer pour s’améliorer, ça ne vaut même pas la peine de faire une mission. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que je ne suis pas une grosse pointure intellectuelle avec le Q.I d’une surdouée et encore moins celui d’un génie. Je me situe pour ainsi dire dans la moyenne. Pourtant cela n’empêche pas les gens de me voir comme une imbécile, qui se justifie par mon manque de sérieux. Je glousse rien qu’à l’idée d’être sous-estimé alors que je suis très loin d’être la dernière des imbéciles. Si je ne suis pas quelqu'un de très calculateur, je suis en revanche quelqu’un de très instinctif doué d’une formidable capacité d’anticipation, d’analyse et d’évaluation largement supérieure à la normale. Un instinct assez poussé si vous préférez, allant jusqu'à me faire éviter de tomber dans des pièges orchestrés et manigancer par quelqu’un de plus intelligent que moi. C’est un fidèle ami qui m’a beaucoup aidé dans les bons comme dans les mauvais moments et rare sont les moments où il me trompe. Ce qui fait de moi une combattante très redoutable qui trouve (presque) toujours le moyen de se sortir des pires galères imaginables. C’est même en quoi j'ai le plus confiance au monde, jamais je n'ai eu à regretter d'avoir suivie ce précieux ami.

    Mes centres d’intérêt :

    Mes gouts musicaux se tournent essentiellement vers le rap et le hip-hop sous toutes ses formes que je respire comme un autre oxygène. C’est captivant, envoutant et en plus ça m’aide à me détendre. Il m’arrive souvent d’en jouer sur mon synthétiseur pour évacuer mon stresse et ma frustration accumuler dans ma journée. Je suis également une grande amatrice de tacos, de nachos et de burritos et autre repas mexicain très épicé. Même si cela me donne des gaz très fort, ce sont des plats auxquels je succombe facilement à la tentation. Bonne vivante, je vois la vie comme une pomme qu’il faudrait dévorer, tout en évitant de grignoter les noyaux. Je prends un grand plaisir d’engloutir des litres d’alcool jusqu’à devennir une véritable épave qui ne tient plus de debout, en plus de ne plus avoir toute ma tête. Il m’arrive même de me faire dessus (je suis sérieux…), de divaguer des mots insensés et de m’emporter facilement pour rien. Chose particulièrement exécrable pour ceux qui m’accompagnent. Fort heureusement cela n’arrive pas souvent. Sans parler de mon addiction pour le tabagisme massive auquel j’excelle sans à craindre de chopper le cancer et de voir mes chicot jaunir à la suite de mes abus. Ne parlons même pas du monde de la politique auquel je suis totalement déconnecté et du clivage « républicain-démocrate » avec leurs débats aussi stériles qu’un légume transgénique de Mosanto. À part quelques news de temps en temps je ne regarde pas vraiment la télé, pas même pour me taper des séries à la con. C’est chiant, ennuyant et ça abrutir l’esprit. En revanche je matte souvent One pièce sur mon ordinateur portable dans mon dortoir, que je trouve mille fois plus distrayant que « les experts à Miami » ou « Doctor Who ». Mon sport favori ? Le sport de chambre au sens propre comme au sens figuré ! Puis vient la gymnastique en deuxième place auquel je voue une passion ardente depuis ma plus tendre enfance.


    Mon point de vue personnel :


    • La mutation : Bah déjà pour commencer je vois la mutation comme une nouvelle étape de l’évolution de l’humanité. Pour moi c’est clair et net, les mutants sont génétiquement et potentiellement supérieurs aux humains, c’est un fait que l’on ne peut nier et bien naïve celui qui pense le contraire. Je faisais même partie de ses gamines qui éprouvaient une admiration démesurée pour les mutants et leurs pouvoirs fabuleux. Nan, mais sérieusement je ne suis pas dans la même longueur d’onde à ceux qui voient les mutants comme des êtres pas plus dangereux que les humains. Il est vrai que l’homme est capable du pire comme du meilleur, sauf qu’il a besoin d’appareil ou d’arme technologique pour accomplir son objectif et qui prend du temps à concevoir. Tandis que les mutants disposent d’un potentiel infiniment plus polyvalent que les homo sapiens sans avoir recours à la technologie et qu’on ne peut pas le désarmer comme on désarme quelqu’un. Après ça, comment peut-on croire encore qu’un mutant soit encore sur un point d’égalité avec l’homme ? Nan, mais très franchement je trouve cela irrationnelle ! Mais s’il y a bien une chose auquel je suis bien d’accord, c’est que même chez les mutants il y a des personnes sympathiques auquel on peut très bien s’entendre, mais il y a également des trous du cul qui méritent de se manger une « galoche » dans leurs bouches pour être remis à leurs places. La connerie n’est pas génétique et je suis suffisamment intelligente pour le comprendre.


    • Les humains : À mes yeux ils ne valent guère mieux que les cloportes, une race totalement obsolète et bonne à être jeté dans les oubliettes du passé comme le fut jadis l’homme de Neandertal ! Des êtres qui voient les mutants comme une menace qu’il faut exterminer, à cause de leurs supériorités génétiques et du potentiel qui en découle. Leurs craintes sont palpables rien que dans les propos cracher par les antimutants, sentant que leurs extinctions est inéluctable. C’est un fait que l’on ne peut nier et bien sot celui qui pense le contraire. Vous me diriez probablement que tous ne sont pas anti-mutant, qu'il y a des bons et des mauvais, or ils représentent quoi dans le monde ? 20 % ? 10% ? 5% tant qu'on y est ? Bref, ceux-là représentent une minorité d'humains qui n'est rien par rapport à la majorité du monde pensant le contraire. D'autant plus qu'ils sont marginalisés.........

    • La confrérie et les acolytes : Ben déjà je peux dire que mes intérêts épouse parfaitement l’idéologie de Magnéto sur toute la ligne. Mon admiration sans bornes pour cette organisation ne date pas d'hier, car j'étais déjà une pro mutante au cours de ma période post-mutation. Elle s'amplifia davantage après les évènements du cube, sans sombrer pour autant dans le fanatisme, car il peut m'arriver de ne pas tuer de jeunes enfants et adolescents humains susceptibles d'avoir un gène X latent si l'on me demande de les éliminer. J’y ai trouvé un véritable but dans ma vie qui m’a poussé à rejoindre cette organisation : renverser la race humaine de son piédestal ontologique pour redorer le blason souillé de la cause mutante pour préserver les futures générations mutantes de cette tyrannie de la peur que maintient les homos sapiens. À mes yeux, je considère la confrérie comme ma nouvelle famille qui représente le seul moyen permettant la réalisation de cet objectif en imposant l’intégration des mutants par la force. D'ailleurs, tous les changements historiques des civilisations n'auraient jamais pu se faire sans les révolutions violentes et sanglantes. L'histoire est là pour en témoigner et je ne vois pas pourquoi cela serait différent. Les personnes qui contestent ce fait véridique font partie de ceux qui ne sont jamais convaincus de rien. Les confréristes sont comme mes frères et sœurs d’armes, les acolytes comme mes supérieurs. J'éprouve une admiration sans bornes envers Magnéto en qui je vois en lui un grand homme charismatique doté d'une sagesse non négligeable, un symbole de la cause mutante qui mènera la confrérie à l’apogée de sa grandeur. Il rassemble tout ce qu'il faut pour diriger un monde bâti et diriger par les mutants. Le monde auquel je rêve chaque nuit et qui sert de levier à mes convictions.

    • L’institut et les X-mens : La cohabitation pacifique reste un contexte philosophique idyllique, mais dans la pratique ça reste infaisable. Comme c’était le cas pour les idées marxistes du XIXème siècle qui semblaient nobles à l'époque et qui au final, c'est littéralement casser la gueule. Si la cohabitation du chauve à roulette était réalisable dès le début, la confrérie n’aurait eu aucune raison d’exister. D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi les X-mens continuent à venir en aide aux humains alors que ces derniers éprouvent un mépris profond à leurs égards en guise de remerciement. Je trouve sincèrement leurs obstinations pour la cohabitation entre humain et mutants complètement infaisable. Déjà que le racisme et la xénophobie entre les peuples est omniprésents à notre époque, juste pour la couleur de peau de l'autre, de sa culture ou encore de sa religion, comment espère t"il pouvoir faire naître se sentiment de cohabitation entre deux " véritables " races différentes ? Sans parler des enjeux politiques, géopolitiques et sociaux qui a derrière ? Comme quoi le problème mutant ne se résume pas exclusivement à une simple tolérance. Cela nécessite des changements majeurs dans les rouages du système que le gouvernement ne souhaite pas appliquer. Mais je dois dire que l’institut est un excellent pensionnat venant en aide aux jeunes mutants n’ayant aucun repère, ce qui est préférable que de les voir livrer à eux même. Mais ça s’arrête la !

    • Le BAM : Pour tout vous dire je ne vois pas le BAM comme une menace pour la cause mutante, mais bien comme un petit pas pour la suprématie mutante et un grand pas pour l’intégration des mutants dans la société. C’est vrai quoi, je me rappelle encore qu’il y a 2 ans le gouvernement n’acceptait aucun mutant au sein de ses institutions étatiques. Et ce n’est qu’après l’histoire du cube que les homo sapiens furent contraint de recruter les homo supérior pour leurs potentiels. Autrement dit : combattre le feu par le feu. Je suis bien consciente que cela met des bâtons dans les roues de la confrérie, mais il faut bien un organisme juridique et pénal efficace pour la future mutocratie d’Amérique et du monde. Il y aura toujours des criminels et des salopards qui pulluleront la future société mutante et ce n’est pas l’extinction de la race humaine qui va résoudre tous les maux du monde. De toute façon le système d’incarcération humain demeure inefficace pour les mutants dont beaucoup d’entre eux peuvent en sortir comme dans un moulin.

    • Les purificateurs : Comment éprouver de la sympathie envers ces fils de chiens ? S’il y a bien une chose que je déteste encore plus que les humains c’est bien ces fanatiques. De véritable nazi en puissance se cachant dans une tenue ecclésiastique, des démons sous forme humaine. En tant que mutante je ressens une animosité profonde à leurs égards et si un jour j’en croise un dans une ruelle, je peux vous assurez que je le tuerais dans d’atroces souffrances après lui avoir soutiré des informations sur l’emplacement de leurs bases, histoire de faire du ménage chez eux. Peu importe qu’ils soient 10, 50 voire 100 contre moi, je ne reculerais devant rien pour tous les massacrer. Ces enfoirés m’avaient capturé ainsi que mon grand frère et m’ont obligé à le voir en train de se faire torturé sans que je puisse faire quoique ce soit pour briser mes entraves. J’entends encore ses cris de martyres mêlés à ses lamentations sinueuses venir me hanter chaque nuit entre deux rêves. Cette vengeance, j’en ai fait un but : mettre un terme aux agissements de ce groupuscule une bonne fois pour toutes afin qu’aucun mutant ne subisse ce que j’ai vécue. Bien que cette haine s’atténue avec le temps, elle resurgit et devient plus puissante dès que le mot « purificateurs » est mentionné. Pour le moment, mon but n’est pas au sommet de mes priorités, mais si j’apprends que les purificateurs ont fait de nouvelles victimes mutantes dont l'une d'elles est un être chère, alors je prendrais mon but au sérieux. BEAUCOUP plus au sérieux ! Et croyais moi........les retombées de leurs actes s'abattront sur eux dans un impact tellement fort qu'ils emporteront leurs derniers instants sur terre toute l'agonie et de souffrance que je leurs infligerais !




Histoire :







  • Talents Particuliers :

    “ Make me feel ... make me feel alive! ”
    Kiara Cameron

    Bah déjà je suis une virtuose du synthétiseur qui sait jouer de la bonne musique comme on n’en fait plus de nos jours. Si vous recherchez quelqu’un pour animer un lieu avec du bon son du ghetto, ne chercher pas plus loin vous avez toqué a la bonne porte ! De plus, c’est la seul façon pour moi d’exorciser mes « démons ».

    Je possède également de bonnes connaissances en matière de piratage informatique, mais rien d’exceptionnel. Ne vous attendez pas à me voir hacker Facebook ou encore le réseau informatique de la NASA. Mes piratages se tournent essentiellement sur les films, les musiques et les jeux vidéo. Un savoir-faire acquis via des centaines de tutoriels vidéos assez explicite. Sans oublier une capacité d’analyse, d’anticipation et de déduction très bonne voir excellente.

    En ce qui concerne mes capacités au corps à corps je me débrouille assez bien dans le combat de rue, si bien que je serais capable de mettre à terre un homme non entrainé et non armé sans problème. Ainsi qu'une très bonne maîtrise dans la manipulation d’armes a feux, mais en revanche je suis aussi doué dans le maniement d'armes blanches qu'une junkie sous amphétamine. Tout ceci je l'ai appris dans la grande école de la vie et acquis par pure expérience, suite à des hauts et des bas. Que ça soit dans le corps à corps qu'à l'arme blanche, mais encore loin de tenir sur un pied d'égalité face à un expert en la matière.

    En revanche, je peux vous garantir que je suis une grande gymnaste de niveau international, acquis par les entrainements intenses de mon club auquel j’éprouvais une passion débordante depuis que je suis gamine, et dont les tenues de gym m'allaient comme un gant de velours. avant de quitter mon club peu de temps après le décès de mes parents. Je suis donc pourvu d’une souplesse étonnante et d’une agilité assez impressionnante. Outre le fait d’être une acrobate aguerrie, je peux effectuer des acrobaties complexes ainsi que des cascades et figures millimétriques, en plus de savoir maîtriser une panoplie complète de positions et de sauts me permettant de me faufiler presque partout. J’ai donc un très bon niveau sportif qui m’a conférait une endurance et une vitesse de pointe approprier à mon niveau.

  • Possessions :

    “ touch to your ass, not my properly ”
    Kiara Cameron

    Je dispose d’une Kawazaki Zx6r noire que j’utilise toujours pour me déplacer dans la grande pomme et un ordinateur portableThinkPad X1 pour m’occuper dans mes heures perdues. Sans oublier mon inséparable synthétiseur numérique K2600X pour composer mon rap ! j'ai plus de 500 millions de dollars sur mon compte en banque, acquise durant mes 6 ans de truandage avec Menendez. Ainsi qu'une garde-robe imposante auquel j'ai en ma disposition des combinaisons, des robes moulantes courte ou longue de tout style (mini robe, robe bustier…..) décolleté plongeant, body, minijupe prêt du corps avec chemisier ouvert jusqu'au nombril et leggings standard ou à guêtre haute. Accompagner de bottes diverse et varier (talons aiguilles, bottes hautes avec ou sans plate forme, bottes cuissardes.....) que je porte exclusivement pour sortir en ville la nuit. La grande majorité d'entre elles va du latex au vinyle, en passant par le cuir et le satin. Sans parler d'une panoplie de produits cosmétiques de luxe et d'un sac a main de luxe Dior.

  • Biographie :

    " We won a battle, now the war can begin ! "
    Kiara Cameron

    Voir sur le deuxième post........







Dernière édition par Kiara Cameron le Mer 13 Fév - 16:56, édité 255 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enora Lacourt-Bourdieux
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Ven 2 Nov - 8:50

Le sale voleur que tu es m'a volé ma date de naissance IrL! Quel toupet!
Encore un Ashfield? Oo

Bienvenue! Very Happy

_________________

Messages RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Jeu 8 Nov - 23:18

Biographie :




Pour tous vous dire, je me souviens plus des détails précis du jour de ma naissance, mais en même temps comment se souvenir d’un évènement que personne au monde n’est apte à se rappeler ? Tout ce que ma mère m’avait dit sur son accouchement c’est qu’il faisait tard. Au moins à 2 heures du matin. En tout cas elle m’a bien affirmé que j’avais bien braillé lorsque je suis sorti de son ventre, ce qui ne la pas empêcher de me blottir dans ses bras et de me câliner dans un amour maternel que peu de mères éprouvaient à leurs bébés, un amour que rien dans l’univers ne saurait retranscrire. Que mes pleurs furent vite cessés pour laisser place à des rires spontanés tandis que je me faisais bercer dans les bras de Morphée.

Je suis né à l’hôpital New’York’s Bellevue Hospital Center de New York. Issu de Dwane Cameroun, un camionneur gagnant un salaire honnête pour une vie honnête. Et de Jayla Cameron, une coiffeuse travaillant dans un salon de coiffure local. Bien que son salaire ne fût pas glorieux, elle gagnait de quoi avoir une vie décente. Le minimum syndical. Loin d’être l’ainé de la famille, j’étais né dans une famille nombreuse comme on n’en trouve plus à notre époque actuelle. Il y avait l’ainée de la famille, Jordan, ayant 12 ans à cette époque. Jamal, qui avait 4 ans de moins que Jordan. Ainsi que Jayden qui lui, était âgé de 6 ans et de Jasmine, ma sœur qui est née en même temps que moi. Deux nouveaux rejetons que maman venait d’engendrer. Et ouais poto, ça en fait de la famille ! En tout cas, papa et maman n’avaient pas froid aux yeux à vouloir fonder une famille aussi grande avec les moyens financiers. C’est dans ce même hôpital que ma mère offrit le nom de cette belle famille à moi et à ma soeur. Kiara Cameron pour moi, Jasmine pour ma soeur. Bizarrement, je m’étais mise à brailler dès que j’ai reçu ce nom, comme si cela allait me porter malheur. Coïncidence ou mauvais présage ? Je ne l’ai jamais su et je m’en fiche complètement de nos jours. Ce qui est sûr c’est que j’étais fier de mon nom de famille et je le suis encore aujourd’hui.


~~~



Il aura fallu attendre mes 10 ans pour que je me souvienne pleinement de ce que j’ai vécu jadis. Les souvenirs, les impressions et les images antérieures ne sont que des brides sans importance. Mon enfance n’avait rien de particulier vu qu’il se déroulait dans un HLM situé dans un quartier du Bronx, l’endroit le plus pauvre de New-York après Mutant où la majorité des bâtiments étaient dégradés et plus de la moitié de sa population vivaient dans le seuil de pauvreté. C‘est à cette même époque que l’effectif familial fut réduit de moitié en deux ans. D’après ce que j’ai pu entendre de mes parents en cachette, Jordan avait quitté le nid familial pour s’engager dans l’armée, Jamal lui, débutais sa nouvelle vie de dealeur de crack tandis que Jayden étudiait à l’université de Floride, Reitz Union. Notre famille n’était plus comme avant mais j'avais Jasmine avec qui je jouais régulièrement. Qu’est-ce qu’il l’a déclenché et pourquoi ? C’est une question dont je n’aurais jamais la réponse, hélas......

Alors que j'étais encore humaine, j’éprouvais une admiration démesurée pour ces enfants et adolescents mutants capables de faire des choses que je trouvais trop cool. Certaines gamines comme moi partageaient le même avis tandis que d’autres ne les aimaient pas ou en avaient peur. En tout cas je me suis faite beaucoup de copines parmi elles et je n’hésitais pas à me montrer très protectrice face aux petites pestes qui venaient leur chercher les noises. C’est dans ces moments-là que je me forgeais une réputation de gamine butée comme un âne, une teigne « de la mort qui tue ». Même quand je me faisais battre par trois filles en même temps, je revenais toujours à la charge pour me défouler sur elles pour qu'au final, plus personne ne venait leur chercher des crosses. Oui je l’avoue je n’ai pas spécialement était très sage dans ma jeunesse. Je n’étais encore qu’une humaine et pourtant j’étais une pro-mutant pure et dure, si bien que cela inquiétait la directrice de l’école qui convoquait mes parents sur mon comportement. Ce fut donc à mon tour de subir leurs sermons qui se bâclaient par des privations de sorties, de déserts et de jeux vidéo. Heureusement, ma mère s’était battue comme une diablesse pour persuader la directrice de me garder à l’école avec des arguments en béton armé. Ce n’était qu’une simple coiffeuse et pourtant elle avait de quoi faire une avocate terrible ! Je me souviens encore du ton soutenu mêlée à des gestes fluides et cordonné accompagnant ses mots. Après de tels efforts, je me suis faite violence pour ne pas me faire remarquer en classe et en récré. J’avais juste limité mes conneries, mais je ne les ai pas arrêtées. N’empêche que c’était suffisant.

C’est à cette même époque que la mutation de Jasmine s’éveilla un soir, au début des grandes vacances d’été. Son cri rassembla tous les membres de la famille vers sa chambre et lorsque nous sommes arrivés sur les lieux, nous fûmes étonnés. Ma sœur produisait, sans le vouloir, des créatures humanoïdes portant une similitude singulière avec les fées des contes pour enfants. Ces dernières naissaient à l’intérieur de champignons de chairs ou de fruit de peau, virevoltantes toutes autour de Jasmine, voyant en elle leurs mère. À la vue de ça, elle posa ses mains ou plutôt ses pattes sur son visage et sanglota de toute son âme : elle était devenue une mutante. Elle savait parfaitement à ce qui advenait à la plupart des personnes qui devenait mutantes, c'est-à-dire être rejeté de la famille telle une vieille merde et livrer a elle-même. Elle ne voulait pas finir comme eux, comme ces pauvres gens victimes de la main du destin. Mais papa et maman n’étaient pas ces monstres sous apparence humaine. Au lieu de la chasser du foyer familial, ils s’installèrent à ses côtés puis l’enlacèrent dans leurs étreintes d’amour. Tout comme eux je me suis rapproché de Virginie et je me suis blotti contre elle pour lui montrer que sa mutation n’avait pas altéré mon affection pour elle. Personnellement, je trouvais ses créatures féeriques vraiment fantastiques. Je me rappelle encore de ce qu’avait dit ma mère à ma grande sœur.



- « N’ai craint ma chérie ! Nous ne t’abandonnerons pas et nous ne t’abandonnerons jamais de chez nous. Même en tant que mutante tu restes toujours notre chère fille adorée, notre petit rayon de soleil. »



Contrairement à la majorité des parents d’enfant mutant, les miens privilégiaient toujours l’amour de leurs filles avant leurs images publiques. Très vite, la tristesse sur son visage fit place à la joie et se laissa bercer par papa et maman. Ce fut la première fois que je me tenais face à une mutante d’aussi près. Pour tous vous dire, j’étais beaucoup plus émerveillé que terrifier par le pouvoir de ma chère sœur ce jour-là. Dans ma naïveté de gamine je ne comprenais pas pourquoi tant de mondes éprouvaient une telle haine envers ces êtres. Ils étaient comme nous, doués de conscience et de sentiment semblable aux nôtres. Telle fut les questions que je me posais. Toujours assise aux côtés de ma grande sœur adorés, je commençais soudainement à ressentir une étrange sensation de voir mon entourage aux ralenties pendant un bref instant, à peine une milliseconde. Et qui s’accompagnait par un mal de crâne court, mais intense. À peine cinq secondes. Je l’ignorais à cet âge-là, mais les premiers symptômes latents de mon gène X commençaient à émerger.

Le compte à rebours était lancé……

Ce fut une décision difficile pour papa et maman, mais ils furent contraints d’envoyer Jasmine à ce fameux établissement que j’avais entendu parler à la télé. L’institut Charles Xavier. Bien qu’elle vivait une vie plus ou moins normale dans le quartier, elle ne pouvait pas poursuivre ses études dans son lycée avec sa mutation instable sans attirer les foudres des élèves. Peut-être que si sa mutation était discrète cela n’aurait pas été nécessaire pour elle, mais ça n’était pas le cas. Elle le savait et c’est pourquoi elle accepta la décision de ses parents de son propre grès.

Ce n'est qu'après avoir embrassé ma sœur de tout mon cœur que maman et papa l’inscrivent à cet établissement connu pour héberger des mutants tout en leur donnant un cursus scolaire identique à ceux des écoles publiques. Après quoi, la vie n’était plus la même sans Jasmine. Son absence me laissait un vide dans mon cœur que je ne pouvais combler par mes occupations de gamine. Chaque mois je recevais bien des lettres de nouvelles provenant de ma sœur qui me réconfortaient, mais juste pour un temps. Puis au fils des mois, cela ne me suffisait plus. Je voulais aller voir ma sœur adorée à l’institut de Charles Xavier ! Chose que j’ai pu faire lorsque père ou mère était en congé. Je réconforter Jasmine du mieux que je pouvais étant donné qu’elle mettait énormément de temps à s’adapter à la vie dans l’institut. Et mes consolations portaient ses fruits, ils étaient de puissants leviers moraux l’aidant à surmonter sa condition de mutante. Je passais le plus de temps possible avec elle, car je ne l’a voyait que deux fois par an : une visite pendant les vacances de noël et l’autre en début juin. Bien sûr je n’avais pas oublié mes chers frères, le seul souci était le fait qu’ils étaient littéralement injoignables, sauf pour Jayden qui téléphoner une fois tous les 4 mois. Je me demandais même s’ils s’étaient attiré des emmerdes, mais ça, je n’en savais rien. Pas plus que mes parents…….



~~~



Cinq ans plus tard, alors que j’avais 15 ans, un revenant débarqua chez moi au début des vacances de Noël : Jayden. Il était revenu à la maison ! J’étais tellement enthousiaste et folle de joie de son retour inattendue que je n’ai pas résisté à lui demander la raison pour son interruption à donner des signes de vie depuis un bout de temps. Il m’avait répondu que c’était ses études qui l’absorbaient en permanence. J’étais entièrement d’accord pour son explication vu que je me disais que les grandes écoles étaient très dures. Bref ! Il resta une semaine chez mes parents pour passer de bons moments avec papa et maman comme au bon vieux temps. En tout cas, il n’était pas au courant pour la mutation de Jasmine et de son intégration à l’institut du Westchester. Il affirma ensuite qu’il ne restait à maison que pour une semaine avant de retourner à son appartement d’étudiant en Floride, étant donné que les congés de papa s’achevaient en même temps. Or je voulais rester plus de temps avec lui, vu que j’étais en vacance scolaire et que Jayden avait lui aussi ses propres vacances. C’est alors qu’il lâcha ces mots qui ont captivé toute mon attention :



« Si tu veux, je peux t’emmener avec moi dans mon . Comme ça nous passerons notre temps libre ensemble, dans mon appartement. Comme je n’ai pas prévu de cadeau pour toi, je me suis demandé si ce séjour te conviendrait. Ça te va ? »



C’est clair qu’à ce moment-là je n’ai pas hésité une seule seconde à saisir cette opportunité en or massif. Une fois l’aval de mes parents donné le jour suivant ainsi que mes affaires préparées, je suis donc parti prendre l’avion pour la Floride aux côtés de Jayden. Cela faisait si longtemps que j’attendais ce moment que je trépidais d’impatience pendant tout le trajet aérien. Cela se reflétait vivement dans mes pupilles. Un comportement de gamine qui donnait le sourire à mon grand frérot et qui se fichait complètement du regard furtif des passagers. Mais ce que je ne savais pas, c’est que ce Noël allait être bercé dans le sang et la souffrance. Sans parler du cadeau très particulier que j’allais recevoir dans pas longtemps. Ce Noël allait être cauchemardesque……

Après 2 heures de trajet, Jayden et moi avions pris un Taxi pour rejoindre l’habitat de mon grand frère. Il était 20 h 30 à cet instant. Durant le trajet, j’observais les buildings et les grattes ciel de la ville telle une touriste qui admirait la ville d’un pays étranger. Une fois le taxi arrivé à destination j’ai suivi Jayden jusqu'à franchir l’entrée de son appartement, situé au 10ème étage. L’intérieur n’était pas spacieux, mais il demeurait vivable et confortable pour autant. Valise roulante en main, je me suis mise à inspecter toutes les pièces de l’habitat avant d’aller caler ma valise dans une chambre comportant un lit, une armoire et une table de chevet. Ça ne pouvait être que la chambre d’amie. Soudain, j’entends le bruit de quelqu’un qui s’est écroulé par terre dans la salle à manger. Sursautant sur le coup, mon rythme cardiaque s’accélérait brusquement. Un long frisson parcourra ma colonne vertébrale. Que s’est-il passé ? Je l’ignorais et je tenais à le savoir. Je quittais ma chambre en quatrième vitesse pour rejoindre le salon et je me suis arrêté net en apercevant Jayden allonger sur le sol. Un homme habillait dans un uniforme à mi-chemin entre la tenue ecclésiastique et le para militaire se tenait à côté de lui. Je restais figé pendant un instant, mes yeux s’écarquillaient tandis que je poussais un cri de panique, cette inconnue avait fait du mal à mon grand frère et il allait s’en prendre à moi ! Apeuré, je me suis enfui pour alerter la police, mais au même moment j’ai senti un coup derrière ma tête puis ce fut le trou noir. Tout était passé si vite.

L’agresseur n’était pas venu seul……


~~~





Lorsque j’ai repris conscience, clignant mes yeux à maintes reprises pour chasser le flou de ma vision, je me réveillai dans un lieu sordide partageant des similitudes effrayantes avec les salles de torture moyenâgeuse. Balayant l’endroit d’un regard effrayé, je me voyais assise sur une chaise et ligoté comme un saucisson. Mon attention se tourna sur les cris et les coups de fouet situer sous mes yeux. Je n’arrivais pas à croire ce que je venais de voir. Jayden était attaché sur une table de torture relevée, son corps était parsemé de lacérations faites par les coups de fouet de l’homme que j’ai aperçu dans le salon. J’étais horrifié ! J’avais la sensation de vivre un sale cauchemar et pourtant cela avait l’air si vrai. Je ne comprenais pas pourquoi ils le traitaient d’abomination du diable, de monstre démoniaque et autres insultes à connotations religieuses. Le groupe était focalisé sur mon grand frère, sans que l’un d’eux remarque mon réveil.



« Tu es plutôt tenace, suppôt de Satan ! Mais ce n’est qu’une question de temps avant que tu nous craches le morceau. N’essaie pas de jouer au plus malin avec nous, on sait tous que tu fais partie des confréristes de Magnéto en plus de faire partie de ses meilleurs espions. Alors encore une fois je te le répète : où se cache la confrérie !!? »




Cette réponse eut l’effet d’une onde de choc en moi. Jayden était donc un terroriste, un partisan de Magnéto ? Cela voulait donc dire qu’il était……un mutant ! C’était donc pour ça qu’il était injoignable depuis un bon moment…….
J’avais souvent entendu parler de cette organisation diriger par ce mutant aux pouvoirs magnétiques incommensurables, que c’était lui qui orchestrait une grande partie des attentats terroristes partout dans le pays. Notamment l'histoire du Cube qui a fait la une des journaux à travers le globe. Avec pour but de placer les mutants en priorité dans la société. Bien que je n'étais pas une mutante, j’adhérais entièrement à ses idées, car la supériorité raciale était une évidence en plus d’être une pro-mutante. Mais il semblait bien que la mutation de Jayden ne lui permettait pas de se libérer, d’autant plus que j’ignorais quel type de pouvoir il disposait. Je venais tout juste d’apprendre qu’il était mutant. Une chose était certaine, ce n’était pas un mutant élémentaliste ou un mutant doté de capacité physique inhumaine, autrement il aurait réduit nos inquisiteurs en charpie depuis belle lurette. L’atmosphère était très tendue et malgré les blessures porter au corps, Jayden l’envoyait se faire foutre en lui expulsant un beau cracha en pleine face de son bourreau. C’est à ce moment-là que l’horreur débuta. Après s’être essuyé la figure contre une serviette, le chef du groupe saisit un pieu en fer qu’il sortit d’un four et dont le bout était chauffé à blanc, puis il l’enfonça dans l’articulation de sa main droite à l’aide d’un marteau. Jayden poussa un cri de martyre glaçant qui figea mon visage dans une expression d’effroi. Je suppliais en pleurant à chaudes larmes d’arrêter cette barbarie immonde, au lieu de ça le bourreau intensifia ses méthodes de tortures. Mes jérémiades se fondèrent avec ma haine abyssale pour ces démons sous forme humaine. L’un de ses collègues m’a même forcé à regarder la scène pour me faire souffrir davantage, ainsi que Jayden. Il m’a même bâillonné de force pour me faire taire, tant les intonations de ma voix étaient insupportables pour eux, vu que je criais à m'en arracher les sphincters. Lorsque je me débattais comme une damnée pour me libérer de mes entraves, mais l’homme qui me forçait a contemplait cette scène abominable me donnait des baffes pour me calmer, mais c’était futile. Le visage de mon frère se crispait et se tordait de douleurs tandis que ses gémissements de martyre et ses pleures se mêlée aux hurlements affligeants que j’arrachais pour qu’ils arrêtent ce carnage. Le corps meurtri de mon frère était maintenant crucifié sur la table de torture, couverte de sang et de brulures aux troisièmes degrés. Sa respiration était entrecoupée de spasmes épisodiques, n’ayant plus la force de crier à pleins poumons. Il poussait des jurons et autres insultes en tout genre sur ces fanatiques religieux, qu’ils étaient des sous-hommes de la pire espèce, de la laisser en dehors de cette histoire. Mais ce fut vain. Mon cœur s’emballait comme jamais il s’est emballé de toute sa vie, je pleurais tellement que mes yeux rougissaient de plus belle. La personne que je tenais à cœur était en train de mourir dans une mort lente et atroce, sans que je puisse faire quoi que ce soit pour l’aider.

Je voyais les secondes défilaient en minutes et les minutes en heures à mesure que le temps passait, si bien que la notion même du temps s’estompait dans ma conscience. Combien de temps suis-je resté cloitré dans ce lieu sordide ? Qui pouvait me le dire ? Probablement des semaines voire même des mois entiers en voyant mes vêtements qui se désagrégeaient, souillés par mon propre sang. Dès qu’ils avaient suffisamment broyé, compresser et châtier Jayden, deux d’entre eux transportèrent Jayden quelque part tandis que leur chef se chargea personnellement d’être mon bourreau et je peux vous dire que j'en ai mangé des vertes et pas des mûres". Cette raclure m’en a fait baver de toutes couleurs, y compris les nuances qui vont avec ! Toutes les scènes de ma vie défilaient simultanément dans mon esprit entre les coups de fouet, les morsures ardentes de sa barre chauffée à blanc et autres méthodes de torture ancestrales. Toute cette souffrance me donnait une migraine impensable, une migraine à me faire vomir l’intégralité de mon déjeuner sur moi. Même si je n’étais pas officiellement une mutante, à ses yeux j’étais quand même une abomination de dieu au même titre que mon frère, étant donné que nous étions de la même famille. Il pensait que je détenais les informations qu’ils voulaient extraire de Jayden et il a persisté à le croire dur comme fer. Quand il en avait fini avec moi, ses collègues m’ont enfermé dans une cellule miteuse, humide et froide. Dans les ténèbres abyssales. J’étais toute seule, prise en tenaille par la faim, la soif et la douleur infligées par les châtiments corporels de mon bourreau, du coup, il m’était impossible de trouver un repos réparateur. On me donnait bien de quoi a mangé, mais cela n’avait rien avoir avec un repas décent : un vulgaire morceau de pain et un verre d’eau. Bien entendu, cela était loin d’être suffisant pour calmer mon estomac. J’avais tellement faim que je n’avais plus la force de crier à l’aide et de pleurer. Puis au bout d’un certain temps, je retournais dans la salle de torture auprès de mon grand frère, lui aussi en piteux état, et les fanatiques réitéraient .J’avais la sensation de vivre une véritable personnification de l’enfer judéo-chrétien. Je les haïssais, je les haïssais de toutes les fibres de mon être. Oh my god j’avais trop la haine, une haine indescriptible !! Leurs existences étaient qu’une insulte à la vie ! Ils méritaient de périr dans d’atroces souffrances. Mais ils ne se sont pas arrêtés là ! Oooh que non, toute cette souffrance n’avait pas étanché la soif de ces sadiques, en particulier leur supérieur.

Un jour, alors que j'étais toujours ligoté sur une chaise en bois par des cordes tandis que que Jayden était complètement au bout du rouleau, tant physiquement que mentalement, au point d’être à demi-conscient, le bourreau fit signe à l’un de ses collègues d’aller lui chercher quelque chose. Puis il se pencha vers lui pour lui chuchoter quelque chose à l’oreille.



« C’était quoi la question que tu m’avais posée ? Ah oui, pourquoi j’ai pris ta petite sœur, hum !? Pour que tu sois plus coopérative, mais visiblement cela n’a pas l’air de fonctionné. Avant que tu n’ailles rejoindre ton créateur dans les entrailles de l’enfer, j’aimerais te montrer une dernière chose. Un souvenir de ta dernière heure …….»



Lorsqu’il se redressa, je vis son collègue revenir avec une table roulante. Un drap teinté de sang envelopper quelque chose, quelque chose comme……un cadavre. Le bourreau s’approcha de la table et retira d’un geste sec le linceul, révélant la carcasse mutilée et carbonisée d’un individu afro-américain. Son visage, son uniforme de la navy……je le reconnaissais entre mille……Oh mon Dieu…….c’était Jordan !!! Dès cet instant fatidique, mon visage se crispa d’effroi et mon rythme cardiaque grimpa d’assaut sur cette vision atroce. Je n’en croyais pas mes yeux, Ils avaient tué Jordan dans une mort des plus atroces !!! Jayden écarquilla difficilement des yeux, lâchant une faible insulte quand le persécuteur esquissa un sourire méprisable. J’ai ressenti d’un coup une onde de choc psychologique qui frappa mon esprit de plein fouet.

Ça avait commencé !

J’ai senti une étrange sensation envahir chaque cellule de mon corps, comme si je voyais les secondes défilaient en heures sous mes yeux. Je voyais les purificateurs qui semblaient être figés comme des statues, tout comme l'atmosphère complètement plonger dans un silence de mort. Évidemment, je ne faisais pas attention à ce détail dans ma rage incontrôlable. Toujours a cet instant, j'ai fini par réussir a me libérer de mes entraves en les frottant contre une pointe tranchante entreposait derrière moi, ce qui me permit de me libérer d’un geste sec de mes bras puis de me jeter sur le bourreau, de le pilonner par une pluie de coups violents dans sa face, déchainant un flot de rage et de colère en pleine face dans un martèlement de phalanges. Je n'hésitais pas non plus à mutiler leurs figures avec leurs outils de tortures tranchant, crevant ses yeux et lacérant sa gorge comme une bête sauvage. Réitérant l'acte sur ses collègues. Quand je me suis calmé sous le poids écrasant de la fatigue, leurs cadavres n’étaient plus que des squelettes dépourvus de leurs chairs, hormis quelques morceaux de chair putréfiaient. L'endroit semblait être ravagé par des siècles d'abandon, les murs fissurés de toute part et le matériel en très mauvais état, entièrement rongé par la rouille. Celui que j’ai tabassé sans relâcher avait le crâne en miettes

Tentant de reprendre mon calme en respirant profondément, mon regard croisa un miroir plaqué contre un mur sur ma droite. Je me suis approchais en face et j’ai pu mieux constater ce qui venait de m’arriver. J’ai donc compris que j’étais devenue une mutante. Pour le moment, je mis ça de côté pour me focaliser sur plus important, Jamal. Enfin…….de ce qu’il en restait, car en plus d’avoir tué ces fanatiques religieux j'avais également ôté la vie à mon frère ainé, involontairement. Tout comme les autres il ne restait plus rien de lui si ce n’est que son squelette.

Jayden n’était plus de ce monde……

J’ai brusquement éclatai en sanglot, à genoux et poussant un long hurlement de rage, de tristesse et de haine. Je ne venais pas de perdre un, mais deux êtres chers sous mes yeux dont un que j’avais tué dans ma rage incandescente. Je pleurais sur la dépouille de Jayden comme je n’ai jamais autant pleuré de ma vie. Mes lamentations étaient si intenses qu’elles devaient être audibles depuis d’extérieur. Je savais que cela n’allait pas ramener Jordan et Jayden, mais mon cœur ne supportait cette perte insupportable, d’ailleurs comment ne pas succomber à un tel bouleversement !? J’interrompis mes jérémiades après un long moment pour quitter cet endroit au plus vite. En remarquant le plafond vouté des couloirs, je devais me trouver dans les catacombes d’une église. Tel le Minotaure du labyrinthe de Cnossos, je déambulais dans les couloirs de cet endroit dont j’ignorais l’emplacement. Après un quart d’heure à errer dans ce labyrinthe, j’ai fini par emprunter la porte de secours d’une église abandonner, dans une ville qui ne ressemblait nullement à la grande pomme. Potsdam, c’était le nom de la ville en me référent sur une annonce immobilière trouvait en chemin.

Le manteau de la nuit s’était étendu dans le ciel et j’en étais ravi. Après quoi, j’ai passé un quart d’heure à lever mon pouce vers la route avant qu’un camionneur ait l’amabilité de me prendre. Ça tombait bien, lui aussi il y allait pour livrer une cargaison de mobilier pour un Wall Mart.



~~~




Après 6 heures de trajet non-stop, le conducteur me déposa non loin de mon quartier. Il faisait nuit ce jour-là et les coupe-gorge n’étaient pas très loin, surtout dans les ruelles de ce quartier défavorisé, mais je n’en avais rien à foutre. Tout ce que je voulais c’était de rentrer chez moi et de digérer cet évènement traumatisant. Étrangement, j’avais tenté d’appeler mes parents pour qu’ils viennent me chercher. Impossible de les joindre. Arriver en face de ma porte d’entrée j’ai voulu l’ouvrir, mais elle était fermée. Je tente alors de sonner a maintes reprises, toujours rien. C’est quoi ce délire !? C’est bien ce que je me suis demandais. Au même moment, j’entendis quelqu’un en train de monter les escaliers. Ce quelqu’un c’était la voisine d’en face, une personne du troisième âge. Après lui avoir expliqué brièvement ce qui m’était arrivé, mais en occultant ma mutation, je lui ai demandé ou se trouvaient mes parents. Elle fut très étonnée que je lui pose cette question, mais ce qui sortit de sa bouche, après avoir pris son courage à deux mains, résonna dans ma tête. Ce fut l’impression que j’ai ressentie



« Navré de te décevoir jeune fille, mais……..tes parents sont morts dans un accident de voiture. Kiara !? Est-ce que ça va !?...... »



Si ça allait bien !? Elle était drôle de dire ça ! Je sentais tout mon univers s’écrouler brutalement tel un château de cartes, balayer par le souffle dévastateur de la mort. Mon corps s’est figé sur place, les yeux rivés dans le vide et la bouche entrouverte, comme si la nouvelle m’avait changé en statue de pierre. Un peu comme le regard de Médusa dans la mythologie grecque. Combien de temps je suis resté comme ça ? Moi-même je ne m’en souviens pas. Je sais juste que la vieille dame m’avait pris ma main et m'avait emmené chez elle, au rez-de-chaussée du l’HLM. Probablement la chambre d’ami. Heureusement, c’était une pro-mutant tout, du coup ils n’ont pas hésité à me loger. J’étais assise sur le bord d’un lit, mon esprit était plongé dans un deuil d’une intensité qu’aucun langage terrestre ne saurait décrire. Pourquoi !? Pourquoi le destin s’acharnait-il sur moi !? Qu'avais-je fait au Bon Dieu pour mériter ça !?J’en avais marre ! Je n’ai pas cessé de m’apitoyer sur mon sort pendant des jours et des nuits entières. Il est clair qu’après une telle perte ma santé mentale en fut altérée. Je ne connaissais pas encore toute l’étendue de ma mutation et je m’en foutais complètement à l’époque. Ce qui m’incombait c’était de revivre une nouvelle vie, repartir à zéro. Si seulement c’était vrai…….

Même les vaines consolations de la vieille dame ne venaient pas à bout de mes lamentations. Ayant perdu toute foi en Dieu, je me suis tourné sur la dernière chose qu’il me restait en tête : mettre fin à mes jours une bonne fois pour toutes ! De toute façon je n’avais plus rien à y perdre. J’avais un poignard. Mais je n’avais pas trouvé le courage de le faire, j’avais comme une sorte de blocage mental qui m’en empêcher. Probablement mon instinct de conservation particulièrement développé. Finalement, j’ai vite abandonné l’idée de quitter ce monde. N’empêche que je devenais bien plus impulsif qu’auparavant, jusqu'à m’emportais avec quelqu’un pour trois fois rien. La perte de mes parents me poussa à arrêter l’école et de quitter mon club de Gym national pour ouvrir un triste chapitre de ma vie en tant que pickpocket dans les bas-fonds d’Harlem. Je n’aimais pas cette profession (si on peut appeler ça une profession), mais je n’avais pas le choix si je voulais gagner ma croute : c’était ça ou bien vivre comme une SDF sous un pont délabré. Mes débuts n’étaient pas terribles, je me faisais souvent griller par mes victimes, ce qui m’a valu de sacrés ennuis pour les fuir. Heureusement pour moi, ma mutation m’a était d’un grand secours pour semer mes poursuivants et prendre leurs affaires sans qu’ils n’aient eu le temps de remarquer la disparition soudaine de leurs biens. Mais en raison de la maîtrise insuffisante sur mes pouvoirs, il n’était pas rare que mes tentatives de vols foirent. D’un côté cela n’a rien d’étonnant quand on sait que je suis assez lente à m’adapter dans un milieu de vie différent de l’ancien. Des baffes et des coups, j’en ai reçu, mais cela ne m’a pas empêché de réitérer l’acte.

Que dire des motels miteux où je passais mes nuits ? L’odeur était infecte, une bonne majorité des lits avaient des matelas troués comme du gruyère dont certains rongeurs nuisibles tels que les rats ont élu domicile. Bonjours pour dormir pénarde entre les bruits de craquements générer par les rongeurs mêlés avec le klaxon des embouteillages. Au fil des mois qui suivirent, l’accumulation des biens et richesses voler m’a permis d’avoir un cadre de vie plus décent et moins dégelasse dans un T3 confortable à New-York. Bien entendue je ne m’attendais pas à rouler dans l’or grâce a la kleptomanie, malgré l’aide colossal de ma mutation que je méprisais. D’un côté j’étais contente de faire partie de la communauté mutante, mais de l’autre je n’avais pas achevé mon deuil pour la mort de Jayden. Après tout, c’est bien moi qu’il l’est tuer. Pour arrondir mes fins de mois, j’ai donc trouvé un job que j’avais tant rêvé de faire ; quelques années auparavant : devenir stripteaseuse ! Et faut croire que mon niveau international en gymnastique a facilité mon insertion dans ce métier très sensuel. « The Betweencat » est le nom du club ou je travaillais. Durant mes 2 années de service, alors que j’avais 18 ans, beaucoup de clients se ruaient comme des taureaux en rut devant une vache sexy présentant sa croupe, pour me voir déhancher sensuellement sur ma barre, avec une coordination fluide digne d’une déesse africaine. Cela m’a valu des pourboires à profusion, des encouragements de mon patron et par-dessus tous, le surnom que l’on m’a attribué : Porsha. Un bel avenir semblait se dessiner devant moi et j’étais bien parti pour le construire. Dans un même temps, je tentais désespérément de téléphoner à mes « Brother » mais rien n’à faire, impossible de les joindre. Dans ces moments-là, mon cœur se faisait d’un sang d’encre. L’hypothèse qu’ils leur aient bien arrivé une bricole n’était pas loin d’être vrai et c’est ce que je craignais plus que tous. Mon esprit déchiré par la perte de mes deux frères ne s’en remettrait jamais.



~~~





1 an plus tard, au cours d’une journée banale dans le club, après avoir terminé ma journée de travail, que je l’ai rencontrait pour la première fois. Cet octogénaire installé au fond du club qui m’observait pendant des heures avec un intérêt grandissant qui m’intriguait. Accompagner de ses gardes du corps dont l’un d’eux est venu à moi pour me demandais que son patron souhaitait me voir. Chose que j’ai faite sans discussion. Malgré son âge, le vieil homme était habillé comme s’il avait encore ses 20 ans et cela ne semblait faire ni chaud ni froid aux passants. -Un vieux jeune- me suis-je dite en voyant son accoutrement très à la mode. Antonio Menendez, tel fut son identité. Il se présenta comme étant le nouveau propriétaire du Betweencat avant de me féliciter pour mon numéro de danse qui, selon lui, « transpirait la luxure à l’état pur ». Pour moi c’était clairement un compliment qui me flattait à cœur et qu’il souligna en cas où je l’aurais mal pris. Après avoir échangé des banalités mondaines avec moi, il termina cette petite discussion en me proposant de le suivre pour un entretien particulier. Pendant un instant je restais interdite avant d’accepter son offre. Je ne savais pas pourquoi il voulait me voir, mais je m’y ça de côté vu que je le saurais à mon rendez-vous. C’est donc à bord d’une limousine Lincoln town car que mon nouveau patron me conduisit chez lui, dans une villa luxueuse avec vue panoramique sur l’atlantique. Que dire aussi de sa salle de bureau que je pénétrais, qui devait faire 10 fois la superficie de mon salon voir plus ? Ce gars était clairement plein aux as, un multi milliardaire. Je m’installai sur l’un des sièges en cuir noir que me montra Menedez puis il débuta l’entretien en entrant directement dans le vif du sujet. D’abord il m’affirma de connaître ma mutation que je tentais de cacher du mieux que je pouvais pour ne pas me virer comme une malpropre. Dès cet instant mon cœur a fait un sursaut pas possible, pensant qu’il allait me virer voir pire, mais il me rassura en disant par la suite que ce n’était pas son intention. C’était même tout le contraire : il voulait faire de moi l’une de ses dealeuses « d’élite » avec une sincérité profonde.

Après quoi il m’avait fait un discours sur le pourquoi du comment dont je me rappelle plus de tous les détails, mais en résumé c’était le patron d’un puissant cartel de la drogue extrêmement réputé dans le milieu de la pègre pour sa politique de recrutement qui privilégient les mutants. Les humains ayant des préférences plus porter aux mutants qu’aux humains étaient très rares et étaient mal vus chez les puristes. En tout cas c’était grâce à eux qu’il disposait d’une influence tentaculaire à échelle mondiale…..et le fait qu’il se faisait rarement griller par la justice par le pouvoir de la corruption financière. C’est d’ailler grâce à un mutant métamorphe doué en renseignement qu’il avait su pour mes pouvoirs chronopathiques et particulièrement pour ma capacité à pouvoir altérer l’âge de toutes choses, ajoutant que des mutants de ma trempe était très rare à dénicher et qu’il convoitait depuis fort longtemps. C’est pourquoi il fit signe à l’un de ses larbins d’aller lui chercher quelque chose. Ce quelque chose était une grosse mallette chargée de liasses de billets. 10 millions de dollars, c’était le montant qu’il m’offrit si je lui redonnais sa jeunesse d’antan. En tant qu’opportuniste avérer, je ne pouvais pas passer devant tant d’argent sous mes yeux, c’était clairement impossible ! Devant ça j’ai non seulement accepter de travailler pour son compte, mais aussi d’utiliser mes pouvoirs d’altération temporels pour lui rendre ce que le temps lui avait pris. Ce fut un pari risquer à ce moment-là, car je ne maitriser pas suffisamment mes pouvoirs pour réguler correctement l’altération de l’âge. J’ai donc usé de toute ma concentration et de mon énergie pour garantir un résultat satisfaisant. En quelques minutes, Menendez passait du parrain octogénaire au jeune trentenaire au charisme imposant le respect par sa prestance retrouver. L’opération fut un succès et pendant un moment il savoura sa nouvelle jeunesse avant de venir me donner une accolade en guise de remerciement. Et je le lui rendis. Ce geste marqua la fin de mon travail honnête pour le monde underground du crime et de l’illicite.

Désormais, j’étais devenue une délinquante au service d’un baron de la drogue. D’abord j’étais une dealeuse de drogues qui transportaient les marchandises d’un endroit à un autre sans me faire arrêter ou remarquer par qui que ce soit. Bien que mon deuil fût encore présent, il demeurait enfoui au plus profond de moi. Suffisamment pour consacrer une bonne partie de mon temps libre à l’affinement de mes pouvoirs, de les rendre moins instables afin qu’ils ne me lâchent pas dans le besoin. Les échecs se firent moins sentir comme auparavant, jusqu’à ce que je sois quasiment intouchable dans le transport de ma came, notamment quand il fallait emprunter des territoires appartenant à des gangs armer jusqu’aux dents qui y patrouillaient. Bref, on me filait une marchandise et je la livrais au client. Vous pensez peut être que ce n’est rien de compliquer à faire, mais je doute que vous soyez toujours du même avis en apprenant que certaine transaction pouvais tourner aux carnages. Généralement par une embuscade orchestrer par les larbins d’un rival à Menendez. La plupart des dealeurs « humains » de mon boss y laissèrent leurs vies, sans jamais retrouver leurs carcasses, raison pour laquelle il m’avait engagé pour ce travail à haut risque.

Au fil de mes succès, les profits d’Anthony grimpèrent en flèche à une vitesse qui lui permit d’être actionnaire ayant la main mise sur d’innombrables établissements d’échangisme, clubs de striptease et boite de nuit. Écrasant ses concurrents sans aucun scrupule grâce à son propre syndicat du crime dont il en était le patron. Il se délectait de sa richesse croissante, mais son avidité féroce le poussa à étendre ses activités dans le trafic d’armes et d’organes en passant par le mercenariat afin de gagner toujours plus de bénéfices. Du simple baron de la drogue il était devenu un magnat du crime organisé par mon aide. Je sais aussi qu’il venait d’intégrer un club particulier à New York. Lequel ? Il n’a jamais voulu me le dire. Voyant un formidable potentiel en moi ainsi qu’une confiance sans bornes, il me confia du travail supplémentaire en tant que voleuse mais également tueuse à gages. Ce dernier me déplaisait, car cela me faisait resurgir cet épisode douloureux que je voulais oublier, mais je ne voulais pas décevoir mon boss. S’il était extrêmement sévère envers ceux qui échouer, il se montrait en revanche très généreux en partageant grassement ses bénéfices pharaoniques à ceux qui le méritaient. Du coup, j’empochais quelques millions de dollars pour chaque tâche effectuée si bien que je nageais dans le luxe chez moi, dépensant des sommes immenses dans les fringues et produits cosmétiques de luxe. De plus, la grande majorité de mes cibles étaient des criminels, facilitant l’oublie de ce mauvais souvenir. Les clients de Menendez me payaient à l’avance et j’exécutais leurs cibles, point ! Oui je les exécutais, car aucun d’eux ne me voyait surgir derrière eux pour leur trancher la gorge avant de repartir comme si de rien n’était. Parmi toutes mes victimes, je n'en ai laissé qu'un seul en vie uniquement pour qu'il transmettent le message à son maître. Sans que je m’en rende compte, je me forgeais une sinistre réputation dans l’univers de la pègre du pays, inspirant peur et incertitude rien qu’à l’appellation du sobriquet auquel on m’a attribué à l’âge de 20 ans : Switchtime. J’étais devenu l’incarnation de la mort sur terre et j’en ressentais une sensation de puissance et d’invincibilité enivrante que je savourais de toute mon âme. Mon Dieu que c’était bon ! Mais en contrepartie je venais de me faire une légion d’ennemis qui payaient des sommes astronomiques pour me voir morte –ou bien vivante pour me voir mourir dans d’atroces souffrances qu’ils dégusteraient de la même manière qu’un plat succulent-. Heureusement, personne ne connaissait mon identité vu qu’aucune de mes victimes ayant vu mon visage n’était revenue vivante pour le raconter. D’autant que je dissimulais mon identité à travers un costume d’assassin spécial offert par mon boss, histoire d’interpréter mon rôle de faucheuse tant pour la sécurité que pour le fun. Au moins je ne risquais pas de révéler mon visage devant les caméras de surveillance.



~~~




C’est à l’aube de mes 22 ans que tout changea. Un soir pendant un weekend end, à 1 heure du matin, je fus convoqué au bureau de Menendez. Celui-ci ne voulait pas que je tue un rival supplémentaire à lui, mais bel et bien toute une famille. Il glissa une photo de famille pour me montrer tous les membres que je devais faucher. Une famille qui avait l’air paisible et qui ne semblait pas à rendre compte à qui que ce soit. Je me souviens très clairement de ce qu’il m’avait dit comme si c’était hier………




- Le père de cette famille s’appelle Therry McBane, c’est un vieil ami à moi qui n’a décidé de rompre nos relations. Cet individu représente une menace majeure pour nos affaires, car non seulement il sait presque tous de mon cartel, mais aussi de mes affaires et mes relations. Tu vas peut-être me dire qu’il n’y a rien à craindre, et ben tu te trompes ! Mes sources m’ont informé qu’il possède suffisamment de preuve en béton armé pour me dénoncer aux autorités du pays. Ils possèdent des photos ainsi que des dossiers sur mes transactions et de mes contacts. À ce niveau-là, je ne peux rien faire et la corruption demeura insuffisante. Infiltre-toi chez eux, tue les et détruits toutes ses preuves ! Cette mission est d’une importance cruciale et tu n’as pas le droit à l’erreur ! Réussis cette tâche et je te récompenserais comme il se doit. Je compte sur toi !




Ce que je redoutais depuis des années venait d’arriver. Autant tuer des malfrats, des mafieux et autre voyou issu de la pègre il n’y avait pas de soucis, autant décimée une famille dont la majorité était innocente c’était au-dessus de moi. J’avais hoché en signe d’approbation alors qu’au fond de moi je refusais. Je n’avais pas le courage, ou du moins ma conscience me l’interdisait. Certes j’étais une meurtrière qui avait du sang à profusion sur les mains, ça, il n’y a rien à y redire, mais les imprégnaient du sang d’innocents ça JAMAIS ! Oui j’avais tué Jayden, sauf que ce n’était pas avec préméditation. Comment j’aurais su que mes pouvoirs s’éveilleraient dès ce moment-là ? Bref, j’ai décidé pour la première fois depuis que je bossais pour Menendez de désobéir aux ordres reçus, même venant de lui. J’ai enfourché ma moto pour retourner chez moi pour prendre une mallette et la remplir de 10 millions de dollars en liquide, la même mallette que Menendez m’avait offerte lors de notre première rencontre, ainsi que la même somme. Après quoi je me suis mise en route au domicile de la famille en question, empruntant brusquement la porte d’entrée et braquant une arme de poing vers le couple, paniquer par mon entrée soudaine à leurs résidences. Je leurs jetèrent ma mallette à moitié ouverte et débordante de billets verts sur leurs canapés, avec pour mot d’ordre de prendre ce présent avec eux et de quitter le pays sur-le-champ et de ne plus jamais y mettre les pieds. Accompagnant le geste a la parole. Le père de famille acquiesça et me remercia « du fond du cœur » avant de faire signe à sa femme de prendre leurs affaires personnelles ainsi que le « cadeau » que je leur ai faite. Dix minutes plus tard, ils montèrent dans leurs véhicules avec leurs enfants puis quittèrent les lieux dans un rugissement de moteur qui se perdit dans les airs. Ceci fait, j’ai sorti 5 charges de C4 dans le coffre de ma bécane, je les aie installés puis je me suis suffisamment éloigné de la baraque avant d’appuyer sur le détonateur. La maison explosa dans une déflagration assourdissante et lumineuse, réveillant tout le voisinage de la banlieue. Du son et lumière pure et dure. La mission fut à moitié accomplie étant donné que les preuves furent détruites en même temps que la résidence. Retournant chez Menendez, je lui annonçai le succès de ma mission en lui mentant sur la pseudo-mort des cibles. Antonio goba l’arnaque sans sourciller et il m’offrit la récompense en question qui n’était d’autres qu’une machette extrêmement tranchante, spécialement conçue pour chauffer à une température extrême pour la rendre plus redoutable. Telles furent les infos qu'il me donna sur cette arme blanche et de son fonctionnement. J’étais tranquille pour un bon bout de temps en plus d'être enthousiaste pour ce joli cadeau, mais ce qui devait arriver arriva deux mois plus tard, au milieu de la nuit........

En zappant les chaines de ma télé je venais de tomber le scoop médiatique qui focalisa toute mon attention : l’horrible massacre perpétré à Mutant Town. J’ai était horrifié par les images montrant des carcasses carbonisées de personnes d’âges divers rôtir dans les flammes. Toutefois, ce qui provoqua un violent choc psychologique en moi fut les croix plantées sur les cadavres, provoquant un resurgissement total de cette horrible expérience que je ne voulais plus me souvenir. C’était eux !.....C’était eux qui ont tué Jordan et qui m’avaient capturé avec Jayden ! Mais la goutte d’eau qui fit déborder le vase fut le discours venimeux du révérend Striker. Ma haine était si intense que je me jeter sur télé pour l' exploser en mille morceaux dans une rage incontrôlable, a l'aide d'un vase. Je pensais que ces fanatiques religieux n’étaient qu’une petite minorité, et bien je m’étais trompé sur toute la ligne. D’un rythme empressé J’ai pris ma nouvelle arme avec moi puis j'ai fait route chez Menendez pour demander des renseignements sur l’emplacement de leurs QG pour réprimander leurs actes ignobles. En m’approchant de la porte menant vers son bureau, je l’entendis cracher des jurons a tous vas en tapant du poing sur son bureau qui annihila l’envie de toquer. Au lieu de cela, j’ai épié sa conversation au téléphone à travers le petit interstice de la porte, en l’absence de ses hommes de main à l’intérieur de la résidence. Ces derniers surveillaient généralement l’extérieur. Mes yeux s’écarquillèrent à mesure que j’espionner mon boss, car visiblement il venait de découvrir le poteau rose que je lui avais laissé deux mois plus tôt. J’étais grillé ! Mais comme on dit, la colère pousse souvent les personnes à dévoiler leurs mensonges.

C’est ce qui arriva à Menendez en faisant la plus grosse erreur de sa vie en révélant un terrible secret qu’il m’avait tant caché…….

- Je n’aurais jamais cru qu’un jour cette garce me ferait le coup du lapin ! Si j’avais su dès le début qu'elle était la fille de cet hijo de puta de Dwane et de sa meuf que mes hommes se sont chargés de faire sauter avec leurs bagnoles, elle serait déjà six pieds sous terre à l’heure qu’il est ! Tout comme ses frères que j’ai livrés à ces tarés de fanatiques religieux ! Mais nooon il a fallu que je l’apprenne aujourd’hui, UUUGGHH !!! …..Quoi ?!......ouais c’est vrai que tu n’as pas tort en me disant que si j’en suis arrivé ici c’est grâce à elle, mais ça n’excuse en rien son acte impardonnable ! Maintenant j’ai une épée de Damoclès au-dessus de ma tête qui peut me frapper à n’importe quel moment ! Si c’est le cas Therry a probablement filé ses preuves aux flics et qu’il me reste peu de temps avant de voir le F.B.I et le S.W.A.T débarquer chez moi !........ah bah ça J’espère bien pour toi que tu vas m’aider à retrouver Therry !! Car si je dois couler, toi aussi tu couleras, tous comme les autres d’ailleurs !!......mhum……..T’es sérieux là !? Hors de question que je la zigouille, ce serait un gâchis de se débarrasser d’un outil aussi utile qu’elle. Nan j’ai une meilleure idée !.... Je vais plutôt payer un télépathe pour trafiquer son esprit et en faire une chienne docile et obéissante qui exécutera mes ordres au doigt et à l’ œil ! C’est d’ailleurs ça que j’aurais dû faire depuis longtemps au lieu de lui faire entièrement confiance ! T’avais raison depuis le début mon fils……il ne faut faire confiance à personne et encore moins envers les mutants……Je me suis laissé séduire par la beauté de Kiara et j’en….*SLUUAARRSHHH !!!!*

C’en était trop ! J’en avais assez entendu comme ça ! Avant qu’il n’ait eu le temps de finir sa phrase, j’avais activé le ralentissement temporel, après avoir chauffé à blanc ma machette, avant de bondir sur cette ordure de Menendez en déchainant mon arme vengeresse sur son corps que je déchiquetai, lacérai, éventrai et mutilai dans une rage meurtrière. Quand j’en avais fini avec lui, annulant le temps dans mon périmètre, cet enfoiré n’était plus qu’un tas de chair informe et sanguinolente. Détruisant au passage son téléphone portable. La faucheuse que j’étais devennue venait de porter un coup fatal à l’un des cartels les plus puissants au monde. Il me fallait du temps pour digérer cette nouvelle accablante, mais je savais au moins une chose : c’était lui le responsable de la mort de mes parents…..et de mes frères. Comme il l’avait si bien dit pour son ami je m’étais moi aussi trompé à son sujet, moi qui voyais les humains d’un bon œil. Pour lui les mutants n’étaient que des outils bons à exploiter qu’ils lobotomiser en payant des mentalistes pour en faire des esclaves dociles.

L’avant-dernière phrase d’Antonio en était la preuve irréfutable.

Sans attendre une minute de plus, j’ai commencé à faire ce que j’ai déjà fait avec la maison de Therry. D’abord j’ai massacré tous les hommes de main patrouillant l’extérieur. Tous des humains. Puis j’ai fouillé le domicile pendant un quart d’heure avant de trouver une pièce souterraine auquel étaient entreposées des tonnes de cargaison explosives. Une par une, je les aie installés dans des zones précises de la baraque, je me suis éloigné suffisamment pour ne pas prendre le souffle en pleine face, j’appuie sur le détonateur et BOOM BADABOOM!!! 6 ans de truandage consumé dans les flammes de la destruction. C’était comme si une lumière salvatrice me libérait de cette cage en or massif construite par ce tyran de l’ombre. Après un tel acte, les contacts de Menendez allaient probablement s’entredéchirer pour s’emparer du cartel tel des rapaces se repaissant de la carcasse d’un prédateur plus fort qu’eux. La loi du plus fort, c’est autour de cette règle que fonctionnait l’univers de la pègre. Peu après avoir dévasté le QG de mon ex-patron, je suis retourné au bercail pour préparer mes valises, prenant le plus de choses que je pouvais emportais avant de vendre la propriété à une agence immobilière pour reprendre ma vie d’errance d’antan. La seule différence c’est que je résidais dans des hôtels 4 étoiles de Floride et non dans ces vieux taudis miteux et délabrés de la ville qui ne dort jamais. Pourquoi cet exil ? Pour échapper pendant un temps aux sbires des mafieux qui étaient fidèles à Menendez !

Je passais mon séjour à méditer sur ce que j’allais faire pour me rendre utile. Vivre dans le luxe total ne faisait plus partie de mes priorités étant donné que je m’en suis lassé. La race humaine m’avait trop déçu pour avoir ne serait-ce qu’un embryon d’estime pour la cohabitation entre humains et mutant. Finalement, au bout de longues patiences, je me suis tourné sur l’organisation que j’admirais depuis que j’étais gamine et que j’estimais comme étant la voie que j’aurais dû prendre au lieu de celle du crime organisé : rejoindre la confrérie pour devenir le bras armé du maître du Magnétisme. Pour moi c’était clairement le meilleur moyen de me rendre utile à l’édification d’un monde régi uniquement par les mutants et pour les mutants. Prendre part à la cause mutante. Après 3 mois à vivre là-bas, j’ai décidé de payer un billet d’avion pour New-York. Malheureusement, j'ai dû attendre le mois prochain en raison des évènements produits récemment par une mystérieuse végétation aurait mis à sac une grande partie la grosse pomme (l'évènement d’Yggdrasil). Une fois sur place, j’ai tenté de prendre contact avec la confrérie dans le quartier désolé de Mutant Town, mais sans résultat. Finalement c’était plus difficile que je le pensais, mais je n’ai pas relâché mes efforts et j’ai continué de chercher. Au bout de 6 semaines de recherche intensive, je commençais à perdre espoir de trouver un jour un contact.

Jusqu'à ce que la main du destin guide mes pas à côté d’une ruelle ou une dizaine d’antimutants armés jusqu’aux dents encerclaient un mutant reptilien qui ne semblait pas appartenir à une race de reptile existant sur terre. Un hybride dinosaure ? J’en doutais. Quoi qu’il en soit il me semblait être dans la détresse et c’est sans crier gare que j’utilisai mon pouvoir de ralentissement temporel, décapitant leurs têtes avec la machette qui m’a servi à ôter la vie à Menendez. Le mutant reptilien vit ses agresseurs décapiter instantanément a sa surprise, avant de connaître aussitôt la responsable de ce carnage : c'est-à-dire moi. Après lui avoir dit ce que je cherchais, il m’annonça qu’il faisait bien partie de la confrérie. J’ai ressentie spontanément un enthousiasme impossible à cacher, j’avais enfin trouvé un contact ! Il me fila un plan menant au QG de la confrérie, dans une forêt au beau milieu de nulle part. Ah ben ça alors, je ne savais même pas que la confrérie s’y cachait ! Je m’attendais plus à une base sous terrain ou sous-marine, peu importe, mais pas à ça ! Fin brève, après quoi il me laissa toute seule comme si de rien n’était, sous prétexte qu’il était en mission. J’ai donc replié le plan que j’ai rangeais dans une poche de ma veste puis j’ai enfourchais ma bécane pour quitter la ville. Direction, le repaire de Magnéto. Je brulais d’impatience d’arriver sur ce lieu que j’admirais depuis que je suis gamine. Rejoindre la confrérie, le temple de la résistance mutante contre la domination de l’homo sapiens. Un rêve qui devint réalité.

Je suis Kiara Cameron, et ceci n'est que le début de mon histoire……..




Le mot de passe est : [Vu par Léno] Lénore

Avatar : Rihanna
Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]
Double/Triple Compte? : Oui [X] Non []
Si oui, Qui ? : Forge (anciennement)
Pseudo : Yoda_gros_laser
Votre Age : 21 ans
Comment avez vous connu le Forum ? : Cela fait fort longtemps que je le connais.


Dernière édition par Kiara Cameron le Ven 25 Jan - 22:34, édité 129 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Ven 9 Nov - 11:18

Bon courage pour ta modération.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Ven 9 Nov - 17:42

Fiche enfin terminer et prête à être disséqué

Je tiens quand même à préciser que pour le premier pouvoir, il est inspiré de Mercury. Donc, je me suis aider de cette fiche pour savoir ce que je devais mettre.

J'espère que cela ne dérange pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Surion
Confrériste Delta
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Ven 9 Nov - 18:30

Rebienvenue confrériste de boue

_________________
Couleur des paroles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Mar 20 Nov - 14:55

Je demande a ce que ma fiche soit déplacer en fiche d'attente.

Je décide de reprendre mes rp avec mon autre compte (Forge)

Pour le moment........

Edit : Tout compte fait, je souhaite qu'elle soit mise dans les fiches a modérer. La raison qui m'a pousser a le faire est c'est mon envie irresistible a vouloir jouer avec deux comptes pour la première fois.

(Désolé du dérangement.......)
Revenir en haut Aller en bas
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Mar 20 Nov - 15:09

Tu viens de reprendre ton activité avec Forge après une série d'absences, il faudra RP un peu plus avec lui pour nous montrer que tu es capable de jouer deux persos sans planter des partenaires RPs.
Cependant, cela fait plusieurs fois que tu changes d'avis, donc il sera agréable d'avoir un avis quasi définitif la prochaine fois. Non pas que changer d'avis est interdit mais ne pas réfléchir avant de la donner est autre chose (bien que je ne t'accuse pas cela reste juste mon ressentis en tant que modo)

La bonne nouvelle c'est que je suis la plus sévère des modo donc ça signifie que les autres seront plus indulgent. Je t'invite donc à souhaiter ma mort. Oo hum pardon, je m'égare.

Merci de ta compréhension. En attendant je laisse cette fiche en attente pour te laisser le temps de faire ton choix. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Sam 15 Déc - 14:42

Comme je l'ai déjà annoncer ici, je souhaite a ce que ma fiche soit mise dans la liste des fiches en cours de modérations, étant donné que je désire plus que tous à jouer mon nouveau personnage.

EDIT : Ma fiche est enfin terminée et fin prête a être modéré Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Sam 15 Déc - 15:29

Bonjour et bienvenue tout d'abord. Je suis le sadique dragueur bad-modo qui s’occupe de ton premier tour, et je fonctionne sans guère d'originalité: en gras les remarques importantes, en italique les facultatives et en normal le développement de ma pensée, c'est pas ta première fois entre mes mains, et tu risque vite de demander que ce soit la dernière parce que ma toute première impression en lisant ta fiche se limite à une question :

Si tu voulais jouer Dieu c'était peut-être plus simple à demander ... on aurait brodé autour et hop. Trêves de blagues de mauvais goût on s'y met ....


Nom : Ok
Prénom(s) : Ok
Alias & Surnom(s) : Ok
Age & Date de Naissance : Ok
Métier(s) : ok
Nationalité(s): ok
Genre : Ok
Clan : Ok



En fait pour le moment, je préfère même pas m'en préoccuper je vais direct au plus salace et au plus douloureux, on s'occupera du reste plus tard.

Pouvoir(s) :
Description :
pour commencer on va relire ensemble cette partie du règlement

Citation :
1. Votre personnage ne pourra pas avoir plus de 2 pouvoirs répartis d’une de ces façons :
• 1 pouvoir offensif et 1 pouvoir défensif
• 1 pouvoir offensif et 1 pouvoir passif
• 1 pouvoir défensif et 1 pouvoir passif
• 1 pouvoir défensif et 1 pouvoir défensif
• 1 pouvoir passif et 1 pouvoir passif
2. Les pouvoirs de votre personnage devront respecter les limites suivantes
• Les pouvoirs surpuissants seront refusés
• Les pouvoirs que vous choisirez ne devront pas se retrouver dans la liste des pouvoirs bloqués.
• Les pouvoirs clonés d’un personnage populaire seront refusés (exemple : griffes d’adamantium, rayon optique aidé d’une visière, etc.)
• Les pouvoirs pourront évoluer en cours de RP (Ex : Pourra s’ajouter à la téléportation, la téléportation d’objets à distance)



1. Corps de boue (pouvoir passif) :

Claire Ashfield a écrit:

À vrai dire, j’ignore encore si je suis devenu une sorte de femme-boue, une Slime ou encore un corps composé exclusivement de boue. Cette dernière me semble la plus logique des hypothèses, mais pas faite d’une boue que l’on retrouve sur terre.

Donc elle vient d'où ?

Claire Ashfield a écrit:
La première chose que j’ai constaté chez moi qui m’a fait flipper c’est cette étrange sensation de n’avoir plus besoin de respirer ou encore de boire et de dormir. Je me souviens même d’avoir passé un mois sans ressentir le moindre besoin d’aller aux WC, de passer des nuits blanches entières sans bâiller et même d’être resté sous l’eau sans avoir eu besoin de retenir ma respiration.

Donc premier pouvoir .... ça se nomme une immunité aux sommeils, besoins naturels et respiration aquatique ... pardon ça fait 3 pouvoirs.

Claire Ashfield a écrit:
En découvrant cela, j’ai donc compris que j’étais immunisé contre n’importe quelles toxines, poisons et maladies puisque je n’ai plus rien de biologique chez moi. Et comme je suis exempte des besoins humains, cela veut dire aussi que je peux survivre aisément dans des milieux extrêmement dangereux pour tout être vivant (vie spatiale, profondeurs abyssales, milieu hautement radioactif).

On y rajoute une immunité élémentaire ... et une immunité biologique.

Claire Ashfield a écrit:
j’ai tenté de mettre fin à mes jours en me jeter d’un immeuble pour m’écraser sur le bitume. À part faire « SPLASH » et finir en monticule de boue, cela ne m’a rien fait.

Donc immortalité en plus ?

Claire Ashfield a écrit:
Alors j’avais tenté les grands moyens en essayant de me faire électrocuter par une ligne à haute tension d’un train, mais je n’avais toujours rien senti.

Immunité à la douleur et à l’électricité ...

Claire Ashfield a écrit:
Après tous ces échecs, il est clair que les balles d’armes à feu risquent d’être absorbées par ma masse, tout comme les coups physiques et les armes blanches. Soient-elles s’enfoncent ou bien elle me traverse sans réel dommage. Les explosions quant à elles disperseront ma masse constitutive, mais ne me tueront pas. Ma constitution vaseuse éparpillée sur un périmètre de 100 mètres va se rassembler automatiquement et me remettre à neuf.

Ok donc invulnérabilité générale à tout en gros ... ainsi que régénération.

Claire Ashfield a écrit:
Cela m’offre la possibilité de faire moduler pour me faufiler dans presque n'importe quelle ouverture, de me mouvoir et de me battre sous ma forme semi-liquide. Cette matière visqueuse m’autorise également d’adhérer sur n’importe quelles surfaces, qu’il s’agisse d’un mur ou d’un plafond de n’importe quelle matière (verre, bois, métal, brique, béton, plastique, etc….) par adhérence moléculaire.

Donc élasticité ainsi que adhérence moléculaire.

Claire Ashfield a écrit:
D’après ce que j’ai retenu je suis capable de rendre mon corps aussi dur que du granite, tout comme je peux lui conférer une texture élastique ou encore de le rendre aussi fluide que de l’eau.

Pourquoi pas après tout vu la tonne de pouvoirs développés plus haut ... un de plus ou de moins.

Claire Ashfield a écrit:
Il m’est possible ainsi modeler ma masse comme il me plait pour changer un membre de mon corps pour en faire une lame tranchante ou encore contondante. Je peux même distordre, onduler et former un trou à mon corps pour éviter des coups. Même avec la tête explosée je pourrais toujours bouger mon corps étant donné que mon contrôle psychique est lié à cette matière vaseuse. Surtout que je n’ai plus de cerveaux ! Certes, je serais aveugle en l’absence de ma tête, mais je pourrais toujours contrôler mon corps.

Modifications de masses, moléculaires et gestion ...

Claire Ashfield a écrit:
Après quelques années à me familiariser avec ce corps et à l’accepter, je fus en mesure de modifier mon apparence physique en remodelant ma corpulence, la longueur de mes cheveux, les traits faciaux tels que la bouche, la forme du nez, de mes yeux et du menton, la courbe de mes sourcils et l’inclinaison de mes oreilles. Ma masse peut même imiter les vêtements en plus de l’aspect physique. Mais contrairement à un mutant métamorph, je ne peux pas varier la couleur et la texture de mon corps tout comme je suis incapable de moduler ma voix. Et encore je ne suis pas limité aux formes humanoïdes puisque je peux même prendre la forme d’un objet, un animal ou encore un être anthropomorphique. Une forme limitée de polymorphie, car bien entendu je ne fais qu’imiter la forme et non l’état. Je ne peux pas modifier la nature de ma constitution, aussi bien physique que chimique.


Polymorphie partielle, anthropormorphie, zoomorphie ...

Claire Ashfield a écrit:
D’après ses dires, mon corps peut résister à des températures atteignant le zéro absolu, soit 275 degrés en dessous de zéro, tandis que pour les températures extrêmes elle planche vers les 2000 degrés.

Immunités aux températures extrêmes ...

Claire Ashfield a écrit:
En raison de ma constitution inorganique, il m’a affirmé que je ne suis plus soumise au vieillissement, car d'un point de vue scientifique mon corps ne produit plus de superoxydant qui puisse attaquer mon ADN dont la structure n'a plus rien d'organique.

Immortalité et absence de gènes des leviers temporels ...

Claire Ashfield a écrit:
Cela va de soi pour un géokinesiste puisque la nature particulière de cette matière et d'origine terrestre.

Ah mais je croyais que

Claire Ashfield a écrit:

À vrai dire, j’ignore encore si je suis devenu une sorte de femme-boue, une Slime ou encore un corps composé exclusivement de boue. Cette dernière me semble la plus logique des hypothèses, mais pas faite d’une boue que l’on retrouve sur terre.

Donc ça vient de sur terre mais ça n'a pas d'origines terrestres ?


En gros juste pour la partie Corps de boue en passif on y découvre plus d'une dizaines de pouvoirs généraux ...


2. extension boueuse (pouvoir offensif) :

Claire Ashfield a écrit:
En plus d’avoir un corps composé uniquement en boue, je peux également créer cette même matière pour l’utiliser comme extension de ma masse constitutive.

Donc de la géomancie, de l'hydromancie, et probablement de l'élémancie ...

Claire Ashfield a écrit:
Je peux alors soulever, tracter et presser avec une force classe 10. Ce qui me permet d’effectuer des bonds magistraux de 5 étages (soit 20 mètres de haut) ainsi qu’une vitesse de course frôlant de près les 200 km/m.

Force surhumaine sachant que tu saute presque plus haut qu'un personnage sur le forum disposant d'un C70 et que tu vas beaucoup plus vite qu'un C100.


En fait on va clairement pas finir le détail ... mais en l'état rien n'est en cohérence avec les règles d'un personnage inventé donc ma question est plus générale : veux tu jouer Dieu ou même Galactus ? Ce sera plus simple à faire accepter je le penses.

En l'état c'est beaucoup trop pour être accepté en tant que personnage débutant et inventé. Déjà que les Marvels rassemblant plusieurs pouvoirs sont ultra limités et ultra sécurisés en modération .... au risque d'être passé pour un grand méchant, je te confirme qu'aucune validation ne te sera accordée tant que se trouveront plusieurs pouvoirs et avec aussi peu de retenue.

1 pouvoir passif te fournira un pouvoir passif mais pas une dizaine
1 pouvoir offensif ne te fournira pas non plus plusieurs pouvoirs mais un seul.

Merci de prendre en considération mes propos, mes demandes, et les règles du forum. Et de changer l'intégralité de tes pouvoirs en les rendant cohérents, logiques et modérables.



Bon courage et ma boîte mp est toujours ouverte pour discuter et aider à la création.
Revenir en haut Aller en bas
James Tucker
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 470
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Sam 22 Déc - 3:02

Bonjour, cela fait 7 jours ou plus que tu n'as pas posté, des nouvelles sur cette fiche ?

Si rien ne bouge d'ici une semaine, elle sera malheureusement refusée.

Merci de ta compréhension.

_________________


Spoiler:
 
06/10/2011
Ma fiche - #005484
Messages RP : 132-59
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Ven 28 Déc - 18:28

Oui ça avance ! Là je prépare le nouveau BG de mon perso en l'adaptant avec les nouveaux pouvoirs que je lui ai donnés (changement de pouvoirs donc....)

Je pense que j'aurais terminé d'ici ce soir ou demain


EDIT : J'ai modifié ma fiche en y apportant de gros changements. Tu peux reprendre la modération (Josh) Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Mar 8 Jan - 0:09

Salut, meilleurs voeux pour commencer.

Tu n'es pas sans te douter que tes multiples changements de fiches, de personnages et tes aller-retours avec ton personnage de Forge mettent le staff dans une position délicate parce que indépendamment du temps que tu as passé à faire cette fiche, celui utilisé pour sa modération aurait pu être utilisé à meilleur escient envers d'autres utilisateurs, et qu'il s'agit en outre de temps strictement perdu pour rien puisque tu as tout refondu dans un nouveau personnage différent des premiers échelons de la modération.

De plus le fait d'avoir modifié ta fiche en pleine modération n'aide pas à dissiper les choses. Tu n'es pas sensée ignorer le règlement en vigueur et tu te doutes bien que tes multiples retournements et détournements conduisent irrémédiablement à une sanction : un gel de ta fiche à compter du 28 décembre 2012 pour une durée de 15 jours avant une nouvelle modération et un avertissement.

En espérant que cette mise en garde serve à la fois de garde fou pour empêcher ce genre de désagréments et de leçon.

Cordialement, Le staff.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Mar 8 Jan - 15:56

Bah très sincèrement l'idée ne m'était même pas venue à l'esprit et puis même si c'était le cas je ne vois pas en quoi l'autre fiche (Claire Ashfield) aurait pu être utile ! De toute façon, perdre du temps est mon deuxième passe-temps favori après écrire Héhéhé

puis en ce qui concerne les modifications en pleine modération, je me doutais bien que cela allait poser problème au staff, mais je n'ai pas pu résister a l'envie irrésistible de rajouter de nouvelles choses pour rendre ma fiche plus construite. Faut dire que j'avais eu une inspiration de malade durant les vacances de Noël et qu'il fallait à tout prix que je rédige mes idées.

Bref ! Si je dois être sanctionner qu'il en soit ainsi. J'attendrais la fin du gel. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Jeu 24 Jan - 16:59

Salut salut, je suis Lénore, j'ai longtemps disparu, mais en voyant tes réclamations sans fin pour être modérée, je suis revenue, parce que même si cela t'as peut être été déjà dis, tu n'as pas à demander une modération, les modérateurs viennent quand ils peuvent, et tu n'es pas prioritaire sur les autres, sanction levée ou non. Et j'aime pas ce genre de comportement, je voulais te le dire en face à face. Du coup, je suis là, ça doit te faire plaisir n'est-ce pas ? Tu vas pouvoir être modérée par la déesse fantomatique du staff qui adooooooooore faire ce qu'elle fait, t'comprends chéri chéri ? Non ? Tans pis. Allez, c'est partie big poulette, ça va déplumer de la volaille, c'est moi qui t'le dis youhou !

Petite chose à savoir et à faire si tu es un gentil membre qui veut être validé. Si tu pouvais mettre tes modifications en couleur dans ta fiche ou les recopier dans un post après avoir terminé, ce serait formidable, et plus facile pour nous qui avons la vue qui baisse, pour continuer ta modération. Je t’en remercie. ^^

Nom Ok

Prénom Ok

Alias et Surnom Porsha, Kiki... aaah on reconnaît bien là notre Peggy nationale What a Face Bon ça reste spécial hein, m'enfin.

Age Alors maintenant t'es plus si jeune que ça, t'as pris un an de plus cocote Wink

Date de naissance Ou sinon tu change ton année, si tu veux pas être plus vieille.

Métier Ok

Nationalité hm, alors soit américaine, soit africaine, mais faut choisir, afro-américain n'est pas une « nationalité » mais un terme pour désigner une origine ou une communauté. Sauf si tu veux la double nationalité, mais va falloir me l'expliquer.

Genre Même si ça fait pas vrai, ils sont là, donc ok.

Clan Ok

Pouvoirs
    Pour le moment je ne peux modérer cette partie. Pourquoi ? Parce que tu as deux pouvoirs offensifs. L'altération du temps, quoi que tu dises, est considéré comme offensif, car il favorise l'attaque même si tu le vois comme un élément de défenses. Avec une personne au ralenti, tu peux la frapper comme tu veux après. Un pouvoir défensif, c'est un pouvoir purement basé sur la défense (bouclier, mur de protection etc.) qui n'a pas but de blesser les autres. Donc vu ton perso', je doute qu'elle ralentirait quelqu'un juste pour fuir. De plus, tu peux revoir tes périmètres d'utilisations et tes temps d'utilisation à la baisse pour se premier pouvoir c'est trop. Bref, modifie moi ça, trouve une solution, car qu'un pouvoir ou change tout, mais je ne peux modérer ceci actuellement.


Niveau de maitrise
    Ca fait partie du pouvoir donc j'attend les modifs'.


Lien entre les pouvoirs
    De même.


Apparence

  • « Presque caricaturale » ? Elle est totalement, oublie pas ses boobs et ses fesses quoi.
  • A force de lisser ses cheveux crépus, il lui en manque pas ? x) T'sais comme Naomie Campbell...
  • « Phantasme » , c'est Fantasme.
  • 1m70 pour 71 kilos sérieux ? Mais ta perso' elle a au moins 10 kilos devant, 10 kilos derrière déjà que j'ai du mal à accepter ce genre d'avatar car c'est de la pure provocation, alors quand on en choisit un comme ça, il faudrait au moins être réaliste sur le poids... Bref, je crois internet, mais je change pas d'avis pour l'avatar.
  • D'ailleurs question : As-t-elle des soucis d'équilibre avec ces choses proéminantes ?


Signes particuliers
    Ok...


Mental
  • Ok


Talents particuliers
  • Comment elle a apprit la combat, l'informatique ? Et trois hommes ça fait trop, même si tes boobs et ton popotin permettent de garder une distance.
  • Tu rentrais dans les tenues de gymnastiques, c'était pas trop serré ? *déja dehors*
  • Le talent d'envoyer bouler les gens, n'est pas un talent, mais un trait de caractère, je ne donnerais pas le nom exacte, tout comme l'art de la chambre, et pour dire, y'a pas besoin de le savoir, commence pas a aller trop loin.


Possessions
  • D'où vient le costume ? Qui l'a fait ? Pourquoi tu l'as ?


Biographie

    Bon j'ai pas envie de lire, puisque tu dois revoir ton pouvoir et que, je suis pas contente. Je vais t'expliquer ci-dessous.


Avatar Ok,
Personnage Marvel Ok
DC/TCOk
Pseudo Ok
Votre Age Ok
Connaissance du forum Ok

Vu ton passé tumultueux depuis Peggy et que je ne vais pas répété ici, il faut que tu sâches que je vais être assez sévère, que je vais pas te lâcher et que tu n'as plus droit de contredire quoique ce soit.
Ensuite j'ai dis que je n'étais pas contente, parce que même si ta fiche est beaucoup plus lisible et soft que celle de Peggy, il reste que, tu es dans la provocation. Volontaire ou pas, j'en sais rien, mais je m'en fiche. Ton avatar est à deux doigts d'être refusé, parce que la description qui va avec est purement égal à une provocatrice et je ne dirais pas les mots plus qualificatifs, je tomberais dans la vulgarité. Alors ok, liberté d'expression patati, patata, mais sérieux, les plans culs on s'en fiche, on a pas besoin de savoir, en biographie j'ai cru voir des injures qui n'ont pas lieux d'être. De plus, la description physique, remplie de subtilités, est limite. Bien écrite ok, mais tu l'as fais paraître comme une « chaudasse », alors tu fais ce que tu veux, chacun à le droit de jouer ce qui veut, mais quand le public du forum sera plus adulte ça passera peut être plus. Je me doute déjà un peu de comment ça va se passer en rp, et je préfère prendre les devants. Et puis, dans le cadre personnel, j'aime pas les stéréotypes que tu as, mais ça ça reste perso' comme déjà dis, donc je met de côté, mais je veux que tu le saches.

Voilà, j'attend que tu revois ton pouvoir déjà, puis tant qu'à faire, soit encore plus soft pour les descriptions et je verrais après.

Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Ven 25 Jan - 22:42

Bon !

J'ai changé d'avatar comme tu me la suggéré (en espérant que CETTE fois-ci cela ne soit pas provoquant a tes yeux.....).

J'ai supprimé les parties vulgaires et choquant de la description physique et rajouté quelques descriptions supplémentaires, modifiant au passage le poids et la taille de mon perso.

En ce qui concerne le pouvoir, j'ai passé mon premier pouvoir en offensif et remplacer le second par un autre (l'ancien sera acquis par évolution).

J’ai donné des infos sur le comment et le pourquoi de mon costume, ajoutant également que c'est la même personne qui a conçu ma machette spéciale (bien que tu ne me l'as pas demandé, je l'ai quand même fait par cohérence).

J'ai également supprimé les phrases choquantes dans la partie mentale et signe particuliers (même si tu as dit " ok ")

Ainsi que les petits détails demander........

Bref ! j'ai modifié ma fiche et j’attends ton verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Ven 25 Jan - 23:55

Bonjour

Je me permets d’interrompre la modération de cette fiche suite à la lecture de tes corrections au niveau du pouvoir que tu explicites pour ton personnage. Nous n’allons pas faire perdre notre temps a des modérateurs, il est temps en tant qu’ancienne joueuse, et je dirais même plus en tant que « pourvoyeuse de sueurs froides » aux modérateurs de toutes époques depuis de longues années, que tu tires quelques leçons de ce passé chaotique que tu traines derrière toi.

Le contrôle du temps, et le voyage temporel est un pouvoir qui est bien au-delà des capacités en tant que joueuse, ce n’est pas de la méchanceté, ce n’est pas pour te brimer : c’est juste UN FAIT analysées à travers quoi ? Deux années de Rps pendant lesquelles on a eu tout le temps de voir les limites de ton écriture. Alors, oui, il est grand temps qu’on te le dise une fois pour toute. Il y a des choses que tu es capable de jouer, d’autres pas et ça , rien qu’à la lecture de ton pouvoir on voit d’emblée le carnage de ce que ça va donner en RP, ce n’est simplement PAS dans tes cordes. C’est comme si on donnait les clés de contact d’une F1 à une gamine de 4 ans, ni plus, ni moins.

Je me doute bien que ça ne te fera pas plaisir mais il y a un moment où il faut savoir dire NON, on arrête les frais. Et là, c’est mon job de le faire parce que les modérateurs n’ont pas à subir une fiche qui va partir dans les 150 éditions avant d’avoir un pouvoir qui commencera à ressembler à quelque chose et je n’imagine même pas ce que tu vas en faire en rp tellement la chronopathie est complexe en entraine des conséquences Rps lourdes à gérer. Tu seras aigris et colère, c’est complètement légitime mais ca ne changera rien : non. Ce pouvoir, nous le refusons d’emblée parce que tu n’es pas compétente à le jouer : point final.

La fiche n’est pas refusée pour autant, tu peux t’orienter vers un autre pouvoir moins complexe et y réfléchir mais par moment dans la vie, crois-moi, il faut savoir écouter les personnes qui, certes avec verdeur, vous mettent devant vos limites afin de mieux les comprendre et peut être plus tard avec du travail, les dépasser.
Cordialement.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Sam 26 Jan - 0:15

Ainsi soit t'il.........

Dans ce cas tu peux déjà mettre ma fiche dans la liste des fiches refusées étant données que l'orientation de mes nouveaux pouvoirs passera obligatoirement par une refonte totale de mon perso. Bien entendue, si je peux le faire dans cette fiche, dans ce cas pas de problème. Est-ce possible ?

Refaire et re-refaire ma fiche n'est pas un problème pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Sam 26 Jan - 8:27

Tu peux garder le canevas de cette fiche pour orienter un autre personnage mais comme je te l'ai expliqué via MP, on va se donner un peu de temps.

Merci.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Tucker
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 470
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Lun 18 Fév - 0:17

Bonsoir !

Cela fait 4 semaines qu'il n'y a pas eu de nouvelles sur cette fiche pour le moment. Je la place dans les fiches refusées. Elle pourra être remise en circulation sur demande du joueur.

Bonne soirée.

_________________


Spoiler:
 
06/10/2011
Ma fiche - #005484
Messages RP : 132-59
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   Lun 25 Mar - 16:07

Fiche refusée, pas de nouvelles depuis envoie MP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kiara Cameron AKA Shadowbane [En attente de validation de la partie " pouvoir "]
» Expédition Bismarck - reportage de James Cameron
» Noct Liddell, a votre service... (fini logiquement) [en attente d'une validation]
» Contre toute attente - d'Hélène Magnan
» En attente du résultat du tec 2...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches refusées-
Sauter vers: