AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 What Do You Want From Me ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: What Do You Want From Me ?   Ven 14 Sep - 15:43

Tandis que l’Agent Brand lui faisait son compte rendu, il la regardait à travers la vitre sans teint. Dans cette petite pièce confinée et seule installée à cette table, elle paraissait si concentrée sur son verre d’eau, dans une attitude passive, abandonnée. Sa pâleur contrastait avec la vivacité de son regard qui n’avait pas perdu leur éclat émeraude. Ses traits étaient tirés et les cernes témoignaient d’un manque évident de sommeil. Ses cheveux roux reposaient en cascade ses épaules, dégageant son front dont la blancheur laiteuse de la peau tranchait sous la lumière diffuse de la petite salle.

- Troisième jour, elle dort toujours très peu…elle a cumulé peut être 2 heures de sommeil sur cette période. Elle refuse toujours de s’alimenter et de…comment dire…communiquer autrement que par la réponse à des questions d’ordre de nos investigations : des noms, des lieux, des faits. Nos experts estiment qu’elle a recouvré la mémoire à 70 %, il reste des zones d’ombre et elle en a parfaitement conscience. Elle adopte une attitude détachée, comme si les événements n’avaient plus prise sur elle, nous estimons ce comportement comme les répercutions d’un choc psychologique profond ayant entrainé un repli sur soi-même et peut être une absence de volonté de vivre. Elle coopère, il n’y a pas d’autres mots mais a parfaitement conscience de nous donner des éléments à charge. Elle demande à signer ses aveux et être jugé et condamnée pour ses actes, elle invoque la responsabilité totale de ses actes, pénalement.

Hopes émit un bref rire sarcastique avant de reporter une seconde son attention sur la jeune fille immobile au-delà de la vitre.

- Hum..Ce n’est pas si facile. Le cas Elioth pose un problème éthique. Les « expériences » du projet Régénesis ne peuvent être condamnées pour des actes que …techniquement…ils n’ont pas commis. Elle n’a qu’un an, tout au plus, d’un point de vue physique. Qu’est ce qui est condamnable, la conscience ou le corps ? Ou les deux ? Nous ne sommes pas préparés à un tel cas de figure. Caitlyn Elioth est morte sans avoir payé sa dette, devons-nous la faire payer à celle-ci ? Et puis…je sais ce qu’elle cherche…Ce n’est, ni la rédemption, ni l’absolution. C’est la fuite en avant. Elle pense qu’elle finira derrière les barreaux ou exécutée, c’est de l’autodestruction et uniquement ca.

L’Agent Brand, frêle jeune femme asiatique portant de fines lunettes rondes et à la mine sévère était dans le secret du Plan de Réhabilitation de Hopes depuis le départ, un de ses agents les plus fidèle et dévouée. Elle écouta avec attention, mutante elle-même et d’une empathie rare malgré son apparence austère.

- Elle est si jeune…Quel dommage que nous n’ayons pas pu maintenir le blocage psychique, il semblerait que nous n’ayons plus d’autre choix que de lui donner satisfaction à présent.

Daniel gardait le silence tout en restant pensif.

- Ne..Ne me dites pas que vous songez à… ? Mais c’est parce qu’elle est rousse, c’est pour ca ? Sincèrement Daniel, vous jouez avec le feu, je ne comprends pas comment vous pouvez en arriver à une telle idée.

Hopes se laissa aller à un rire bref tout en considérant l’Agent Brand s’un œil circonspect.

- Ola, Cassandra !…C’est une légende urbaine ce fantasme sur mon intérêt pour la gente féminine à la crinière de feu…non…vous auriez dû dire la gente féminine en général, plutôt, là c’est avec grand plaisir que je vous accorde le point. Regardez la bien, regardez ce qui vous échappe depuis le début….Moi ce qui m’intéresse ce n’est pas ce qu’elle a fait, c’est ce qu’elle ne fait pas. Calme, posée, collaborative…et ce n’est pas un rôle. Même cette tendance de vouloir se détruire, c’est une victoire. Les regrets de ce qu’elle est devenu à défaut de ce qu’elle a fait, Agent Brand, c’est cela même et la Caitlyn Elioth que nous connaissions n’en éprouvait aucun. Nous devons ce changement au 4 mois de l’Institut. En d’autres termes : le programme de réhabilitation fonctionne parfaitement. La volonté, même muselée, de « changer » parce que ce qu’elle est ne lui convient pas…Voilà ce qu’elle ressent actuellement !!
Tout le monde peut être sauvé mais encore faut-il qu’on se donne la peine de vouloir l’être. J’ignore ce qu’elle a découvert chez Xavier mais ce qui l’a fait changer peut encore la faire progresser là-bas. L’enfermée entre quatre murs ne servira qu’à briser cet élan. D’autant plus que d’après mes contacts, elle est appréciée à l’Institut même si c’est une incorrigible gaffeuse, il semblerait qu’elle ait pu tisser des liens solides…même inattendus. Nous prendrons des nouvelles garanties, bien sur, mais son cas n’ai pas aussi irrémédiablement cloisonné qu’il n’y parait.


Hopes se contenta de sourire. Karma lui avait clairement dépeint la situation sur ce qui c’était passé avant et après les événements l’ayant menée à quitter l’Institut de manière précipitée. Des sources informelles et notamment des rumeurs de couloirs rapportées par Enora confortaient ses supputations.

L’heure de tirer au clair les choix de la jeune Elioth était venu.
Il entra.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: What Do You Want From Me ?   Ven 14 Sep - 20:16






Je ne sais même pas ce que je fous ici au juste. J’attends, j’attends qu’on décide pour moi, personnellement toutes leurs merdes ne m’intéressent plus. J’ai cru à un cauchemar quand je me suis réveillée avec tous ses ploucs en chemises bleues. Je pensais me tourner et la voir sourire, comme tous les matins…comme tous les fichus matins…Mais elle n’était plus là et c’est alors que je me suis souvenu. Je suis seule…mon dieu je suis si seule mais je sais que je le mérite et j’ai toujours cette foutue envie que tout se termine, qu’on arrête les conneries pour de bons. Je regrette la justice expéditive, je regrette la balle dans la tronche, me serais même passé de cigare et de verre d’alcool. Bang ! Bang ! Et Rideau ! Je suis un monstre, un putain de monstre et je mérite ce qui m’arrive, y’a rien à dire de plus.

Je ne pense qu’à ca…Qu’à ça et à elle. Je sais qu’elle vit, je l’ai vu se relever après que je l’ai frappé…oui…mon dieu, je l’ai frappé ! Quelque chose de terriblement puissant s’est imposé à moi ce jour et quelque chose d’autre est mort. Mon innocence….Qui ca intéresse ?
Et elle ? Comment elle encaisse…Elle a pleuré…c’est sur…l’APB ? Peut-être ? Ou alors…Ou alors elle me déteste, on a du lui dire, oui, on a eu lui dire quel monstre je suis. Je me suis réveiller d’un rêve et maintenant, la réalité est un cauchemar…Je ne peux pas le savoir…je ne veux pas le savoir, je ne veux plus la voir parce que j’en suis incapable. Je ne mérite pas. Je ne la mérite pas.

Personne ne pourra jamais comprendre ce que je ressens. Personne n’est allé jusqu’au fond des ténèbres comme je l’ai fait et personne n’en a été tiré de cette façon-là. Ces quatre ans qu’on m’a imposé m’ont fait mettre des mots sur bien des choses. Je ne suis plus celle qu’elle a connue, je ne le serai plus jamais. Tout est mort dans des décharges d’éclairs bleutés. Et pourtant, personne, j’en suis certaine, n’aurait pu l’aimer autant que moi…personne n’aura autant compris la valeur de ce que c’est…Franchement, une balle aurait été préférable à cette torture. J’espère toujours…Cette Balle…

Le voilà qui entre, une fois de plus…le grand silencieux, cette ombre penchée sur moi et présente dès mon réveil. Il m’observe comme un rapace, avare de ses putains de mots qu’il n’échange jamais à la légère. Et le voilà qui sort une feuille et un stylo. Des aveux ? Encore ? je croyais en avoir fait le tour.



_____________________________________________________



- Miss Elioth…vous dépérissez à vue d’œil, vous devez pourtant savoir qu’on ne vous laissera pas mourir de faim. On peut toujours vous nourrir par intraveineuse.

- Amusant…les aiguilles dans le bras, ca risque de vous créer un générateur de secours pour l’hosto, c’est le but ?

- Non, nous disposons d’appareil permettant de mettre en sourdine vos capacités, vous savez bien.

- Ah ? Dans ce cas…faites comme bon vous semble…Si vous n’voulez pas laisser faire la nature, laissez-moi un instant avec votre arme de service, j’vous économiserai un temps précieux et l’argent du contribuable.

- Vous ne pensez pas ce que vous dites jeune fille, personne ne le pense réellement.


- Chiche ?

- Et après ? Vous vous sentirez mieux ? Le Néant c’est ca ? Fuir encore et toujours ?

- Ca m’regarde.

- Non…c’est là que vous vous trompez…Ca regarde beaucoup de monde.

- Non…ca regarde plus personne…

- Superbe…L’attitude nihiliste, on touche le fond de la douleur ? Ironique pour une personne comme vous. Mais je sais et vous savez comme moi que ce n’est pas le cas.


- ….

- Caitlyn, certaines personnes n’ont jamais cessé de vous faire confiance, nous avons essayé de vous préserver de votre mémoire quand nous vous avons trouvé à demi morte dans ce laboratoire.

- …..

- C’était peut-être une erreur de vous « reconditionner » mais nous avions un fol espoir de pouvoir sauver ce qui devait ou pouvait être sauvé Vous n’êtes pas une coquille vide, vous pouvez mieux et vous l’avez prouvé.

- Recevez Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs…et si on arrêtait de déconner ?

- Je ne suis pas seul à y croire, le professeur Xavier y croit.

- Ainsi soit-il…

- Vos professeurs y croient aussi, Jubilee et Karma entre autre.

- Me faites par rire, mes lèvres sont gercées.

- Vos camarades y croient, ils attendent votre retour…

- Bon…sauf vot’ respect, vous m’faites chier…Si je signe votre document à la con ? On est bon ? Vous vous casserez ?

- La jeune Amy De Lauro y croit.

- …..

- Vous l’avez rudement secouée, il parait…et Pourtant c’est son prénom que vous hurliez dans votre coma.

- ….

- C’est aussi son prénom que vous avez prononcé en vous éveillant.

- ….

- C’est toujours son prénom qui accélère votre rythme cardiaque lorsque vos interrogateurs vous posent des questions.

- ….Ca suffit..

- Qu’est ce qu’elle penserait de vous ? A vous entendre débiter des âneries ?

- …suffit…

- C’est pour elle que vous avez pris le temps de changer et de devenir ce que vous êtes et c’est son jugement qui..

- VOUS ALLEZ FERMER VOTRE GUEULE !! VOUS NE COMPRENEZ RIEN ! VOUS NE SAVEZ RIEN ! NE PARLEZ PLUS D’ELLE COMME SI VOUS SAVIEZ !!! ELLE SE FOUT D’UN MONSTRE COMME MOI ! ELLE SE FOUT DE CE QUE JE PEUX ….C’EST…ca..Ca n’a pas d’importance…pitié. Finissez en qu’on..qu’on tire un trait sur tout ca.


- ….Vous l’aimez ?

- ….Ca..fait.. si.. mal.

- …Vous l’aimez.

- C’est une bonne chose…Prenez ce mouchoir et séchez ces larmes , je crois que nous allons pouvoir discuter plus sérieusement à présent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: What Do You Want From Me ?   Sam 15 Sep - 14:16



Hopes se contenta de focaliser son attention sur la boite de mouchoir tendit qu’il lui faisait face afin de lui laisser le temps de retrouver sa contenance. Il n’aimait pas particulièrement à appuyer là où ça faisait mal mais ce levier, il l’avait compris depuis quelques heures en lisant le compte rendu des agents Psy était son meilleur auxiliaire pour la mener là où elle se refusait à aller : faire un choix en toute connaissance de cause. Elle avait craqué et venait de s’effondrer. Caitlyn était plus à plaindre qu’à blâmer, sans doute la plus humaine de ces enfants perdus qu’il avait rencontrés ces dernières années. Derrière cet ultime parade, elle apparaissait enfin telle qu’elle était, dénudée, fragile et écorchée vive. Les sentiments font ce que nous sommes, la haine, la colère, l’espoir et bien entendu l’amour : personne n’y échappe, sinon la vie ne serait qu’un vide absolu. Combien d’animaux sauvage à peine apprivoisé griffent et mordent parce qu’ils ne savent rien faire d’autre que ça, parce qu’on ne leur a jamais laissé le choix d’apprendre et de choisir.
Oui le changement fait mal parce qu’il fragilise, qu’il nous rend faible afin de devenir plus fort. Etre quelqu’un de bien, c’est juste être capable d’avancer vers le droit chemin, pas forcément le construire.

- C’est lorsqu’on aime ou qu’on en est capable qu’on devient humain. Vous n’êtes pas un monstre Caitlyn, vous vous êtes juste égarée et comme tous ceux dans ce cas, il serait temps de rentrer à la maison.

Elle renifla, toute colère ayant disparue de son attitude, il ne restait qu’une grande souffrance et qu’une fatigue abyssale.

- Vous m’faites marrer…J’ai pas d’maison…j’ai pas d’famille…Vous voulez que j’aille où ?

Hopes esquissa un sourire amusé et se contenta de bouger de sa chaise afin de rende sa position plus confortable.

- Fermez les yeux une seconde…non…faites le serieusement, que voyez-vous ?
- Rien, il fait noir, ducon….

Daniel leva les yeux au ciel, si seulement elle pouvait faire preuve d’un minimum d’éducation, les cours de moral du Professeur Hopes manquaient beaucoup à l’Institut apparemment.

- ….Où voulez-vous être Caitlyn ?

Elle ne répondit pas ce qui produisit un élargissement du sourire chez le Time Tricker.

- L’Institut….n’est-ce pas ?…Il ne tient qu’à vous d’y retourner.

La petite rousse se laissa aller à un rire bref et empreint d’ironie.

- Ah oui ? C’est sûr qu’ils vont accueillir à bras ouvert la furie qui a bousillé la bibliothèque, cramer un rat et blessé des étudiants. C’est impossible et puis, toutes ces choses que j’ai faites, ce passé, vous en faites quoi ? Pourquoi je serai dehors alors que d’autres finissent en taule pour même pas 1/100 eme de ce que j’ai fait !
Hopes fronça les sourcils, elle était loin d’être idiote et soulevait un point très controversé de la situation.


- Vous n’avez pas toutes les données en mains, il est préférable que cette expérience se poursuive, c’est vital pour nous. C’est une chance et elle ne se présentera pas deux fois, tout ce que vous avait à faire c’est de signer ce document et d’ici demain, vous serez de retour auprès de ceux qui vous aimes et que vous aimez.

Cait soupira et repoussa la feuille d’un air las.

- C’est trop tard, Bruce Willis, Le Dernier Samaritain n’est plus à l’affiche….Je préfère découvrir la condition des lesbiennes en milieu carcéral.


Hopes l’interrompit brusquement, en saisissant la feuille et en la déchirant.

- Très bien, libre à vous. Oh ? Dois-je le dire à Mademoiselle De Lauro ?
- M’en fous…On en a déjà parlé.
- Bien, je dis cela au cas où vous voudriez lui signifier votre décision de vive voix et la voir pour la dernière fois de votre vie…Mais je respecte votre décision..Je vais la faire reconduire.
- C..Comment ?? Elle..Elle est là ?!!

Il resta impassible. La fin était proche et il le savait pertinemment. Il savoura la mine défaite de la jeune fille qui venait de se redresser sur sa chaise et se mordait nerveusement la lèvre. Il se contenta de se lever en prenant une attitude un peu lointaine. Puis porta la main à son portable , composant un numéro.

- Hum ? Oui…Ca fait trois jours qu’elle casse les oreilles du service de sécurité à hurler votre prénom, entre injures à notre encontre, menaces et supplications. Vous n’aurez aucun mal à la reconnaitre, elle est telle que vous l’avez quittée, il semblerait qu’elle ait fuguée de l’institut immédiatement après votre départ et dorme dans des carton à la porte depuis. C’est fort distrayant pour le service de sécurité, mais tout ceci ne fait pas trop sérieux en fin de compte pour notre institut. Enfin, bon…C’est terminé, je demande de l’évacuer par la force.

Du coin de l’œil, il la surveillait, il la vit pâlir et chercher ses mots. Cette simple déclaration et ce tour de manipulation faisait l’effet d’une bombe lui permettant de comprendre enfin l’opportunité qui lui était offerte.

- Je..Je…la laissez pas dehors…elle..c’est pas une plante d’extérieur. Elle.. .doit avoir si froid et se sentir si seule…Oh mon Dieu…Depuis trois jours ? Elle doit avoir tellement mal.

- Non, vous vous trompez, hélas, Miss Elioth, je pense que ce qu’elle subit à cette minute même et ce que vous lui avait fait subir même physiquement n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des souffrances que vous lui promettez par cette décision…. Oui ? Hopes à la sécurité ?

- BORDEL !! TROUVEZ MOI DU SCOTCH ET RACROCHEZ CE PUTAIN DE TELEPHONE !!!! JE..JE VEUX SIGNER !!!!PITIE ! JE VEUX SIGNER CE PAPIER ! JE VEUX RETOURNER LA BAS ! LAISSEZ LA RENTRER, PAR LE SANG DU CHRIST !


Elle s’était redressée mains à plats sur la table, rouge de colère et quasi tremblante, les larmes inondant son visage mais son regard lui renvoyait une détermination effrayante et sans borne comme si en elle quelque chose venait de se rallumer et l’animait complètement. Hopes raccrocha son téléphone en gardant un visage impassible.

- Certes…Mais il y a quelques conditions…supplémentaires.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: What Do You Want From Me ?   Sam 15 Sep - 22:27

Elle s’en voulait terriblement de ne pas parvenir à garder le contrôle. Tous les sentiments qui l’assaillaient depuis le Black Out étaient incroyablement puissants et dévastateurs la faisant passer d’un extrême à l’autre provoquant de véritables souffrances morales comme des poignées de sel jetées sur une blessure vive. Elle avait parfaitement conscience que cet Agent s’amusait à la manipuler mais ne parvenait pas à s’empêcher de réagir sur certains sujets. Le manque de sommeil exacerbait son ressenti et les décharges émotionnelles qu’elle avait subi lors de la réactivation de ses souvenirs l’avaient totalement déséquilibrée. Elle était le jouet de ses émotions même si elle s’efforçait de garder le contrôle, elle n’y parvenait qu’en surface.

Ce contrôle somme toute plus que précaire, s’effondra totalement lorsque Hopes perfidement lui apprit qu’Amy l’attendait depuis plusieurs jours. Un acte irraisonné, complètement fou et elle l’aurait volontiers giflé pour une telle chose, la renvoyant à l’Institut à grand coup de pied dans l’arrière train.
Mais l’idée d’une Amy Clodo se réfugiant dans un carton et faisant pipi derrière un fourrée en pleurant lui vrilla le cœur. On ne transformerait pas son orchidée sauvage en pissenlit à vache !!

Ce qu’elle aurait dû faire si elle avait suivi son idée était simple : étaler d’un coup de poing ce fils de pute avant de se précipiter vers la porte pour aller à sa rencontre. Elle avait mémorisé les lieux depuis qu’on la trimballait de couloirs en couloirs, elle pouvait au moins remonter 3 étages de ces sous terrains, pulvériser quatre gardes occupés à lui mater le cul quand elle passait : ruiner les burnes de deux autres qui lui avaient sorti des commentaires obscènes sur son passage. Le reste serait facile à faire et elle savait parfaitement comment s’y prendre…Elle l’avait déjà fait, oui durant ces foutues quatre années. Après elle la retrouverait dehors et elle lui dirait tout et…

Et quoi au juste ? Lui dire quoi ? Que les choses ont changés, que le temps d’avant c’était le temps d’avant ? Et Elle ? Comprendrait-elle bien tous les mots ? Pas de quoi se trouer le Dion, non ? C’était un plan foireux. Non, elle allait signer son foutu papier et attendre qu’on lui amène gentiment Amy en tortillant nerveusement ses boucles rousses et après…et après : ben ca serait la merde !

Il lui annonçait des conditions supplémentaires : allons donc…Il sortit une nouvelle copie de sa première feuille et un autre document. Le premier lui fit donné, Cait y jeta un vague regard.

- Par cette présente, Miss Elioth, vous intégrez en toute connaissance de cause cette fois ci, le programme de Réhabilitation à l’Institut. Vous y retourner de ce fait dans une poignée d’heures toujours sous contrôle de l’équipe encadrante et sous notre contrôle par référents.

Elle signa d’une main rapide sans s’attarder sur ce qui était écrit, ce qui importait c’était la possibilité de la voir, elle, dans une poignée de minutes ! Elle commença à s’attaquer au second document, deux colonnes avec des chiffres et des noms barbares.

- C’est quoi ? Du Klingon ? C’est du Navajo comme dans X Files ?

Hopes leva les yeux au ciel, les références geekienne de Cait lui échappant totalement.

- Non, il s’agit de deux tests ADN, l’un est le vôtre.

- Ah ? Et c’est des bons résultats ? J’ai une bonne note ?

- ….Vous m’épuisez, Miss Elioth.

Il se leva de sa chaise et commença à rassembler ses documents.

- L’ADN, sachez-le, est la signature génétique de chacun, un code unique porté par chaque individu. Il nous livre bon nombre d’informations, votre mutation, votre hérédité, vos prédispositions à certaines pathologies.


- Ma mère adoptive disait qu’y avait un gène de niqué chez moi….On peut le voir la dessus ?

- Sérieusement non, mais je vous rassure, chez vous ca s’entend plus que ca ne se voit.

- Sérieusement, vous vous foutez de ma gueule là ? J’suis pas conne hein ?

- Non, je pratique la programmation neurolinguistique comme d’autres ouvre leur boite de Petit Chimiste Amusant.

- Chacun son truc, vieux, moi c’était Pac Man et Mario.

Elle parvient à lui soutirer un léger sourire ce qui la fit sourire en retour. Situation complètement décalée dans ce lieu on ne peut plus stressant.

- Et donc, il dit quoi le tableau à coté ?

- C’est celui de votre frère de sang.

- P…Pardon ???

Elle resta scotchée au siège, les yeux ronds comme deux phares.

- Vous avez un frère Miss Elioth, un grand frère de sang et croyez-moi, il vient de loin celui-là.

- C’est…Impossible..je..c’est..

- Je n’aurai pas pris la peine de falsifier ces documents, Miss, cette journée est bien assez longue déjà, je vais tout vous expliquer. Il y a..

Son téléphone sonna et Hopes balbutia quelque mots.

- Votre amie arrive, je vais l’accueillir…Veuillez m’excuser nous poursuivrons plus tard.
Hopes fit signe de se diriger vers la porte

- Attendez !

Il se tourna vers elle et l’interrogea du regard, elle semblait soudain très mal à l’aise.

- Est-ce que..Est-ce que vous pourriez lui dire…tout ce que j’a fait…qui je suis..je..S’il vous plait, Monsieur.

- Ne croyez-vous pas que par soucis d’honnêté ce serait plutôt à vous de lui confier cela ?

- Non…je…si..elle me rejette, je..Je ne le supporterai pas qu’elle me le fasse en plein visage, je préfère qu’elle reparte et nous nous éviterons définitivement. Comprenez-moi, ca fait trop mal, je m’étais pas préparer à ca , si vite.

Hopes la regarda avec pour la première fois une certaine tristesse dans le regard. Elle avait quelque chose de touchant et plus il la côtoyait, plus il commençait à s’en apercevoir. Il lui adressa un léger sourire.

- Je vois…Je tacherai de la ménager.

Elle resta seule, à nouveau, et son estomac se tordait d’angoisse. Cette journée n’en finirait pas, aussi longue et terrible qu’un accouchement.
Etait-ce si différent ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: What Do You Want From Me ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
What Do You Want From Me ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Les Outils :: Fan-Fiction-
Sauter vers: